Les Antiques à l’épreuve du marteau. 1836 : la dispersion du dernier cabinet Durand, par Louise Detrez

En 1836, la vente après décès du colossal cabinet d’antiquités d’Edme Antoine Durand (1768-1835) attire professionnels et amateurs. La dispersion voire la redistribution de ces quelque 2700 lots – contraire aux espoirs du collectionneur – enrichit musée set collections privées européennes. Le catalogue de vente dont Jean de Witte (1808-1889) est le principal artisan s’assigne le but de « perpétuer (…) le souvenir de cette magnifique collection » pour pallier le préjudice scientifique de sa mise à l’encan. Multiples sont les arguments qui conduisent aujourd’hui et à la suite de N. Plaoutine à tâcher d’identifier en particulier les « vases Durand » : le Répertoire des ventes d’antiques de l’INHA en est le support idéal.

Extrait de la journée d’étude “Les Antiques à l’épreuve du marteau. Premiers résultats et perspectives du programme Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle” (INHA – Musée du Louvre), 26 Janvier 2018.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Morgan Belzic (23 novembre 2018). Les Antiques à l’épreuve du marteau. 1836 : la dispersion du dernier cabinet Durand, par Louise Detrez. Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v669


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search