Nikosthénès vendu aux enchères au XIXe siècle

Ce n’est plus un mystère, la redécouverte des grandes nécropoles étrusques au XIXe siècle, dont les œuvres ont immédiatement inondé le marché, a permis de grandes avancées dans le domaine de l’histoire de l’art et de l’archéologie, au nombre desquelles figure l’identification de nombreux noms d’artisans de la céramique attique, les plus réputés aujourd’hui, et parmi eux Nikosthénès.

Qui est Nikosthénès ?

Nikosthénès est un artisan de la céramique attique de la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C. Son nom nous est connu par ses 150 vases signés en epoiesen (« a fait »), soit 25% des signatures de ce type. Généralement, on considère que ce terme d’epoiesen désigne le nom du potier ou du maitre de l’atelier, c’est-à-dire de la personne qui supervise le travail.

Au sein des caractéristiques qui font sa singularité, l’une d’elle est particulièrement intéressante : avoir produit des vases de formes étrusques en techniques picturales attiques pour un commerce spécialisé pour l’Étrurie. C’est le cas de l’amphore dite « nikosthénienne » mais aussi du kyathos.

Le nom de Nikosthénès est connu au tout début du XIXe siècle par une première amphore à col dont la signature verticale est parfaitement centrée entre deux pugilistes. Cette amphore a été découverte à Agrigente en Sicile et on la retrouve pour la première fois dans le catalogue de la collection Blacas de 1823. Elle est par la suite acquise par le British Museum en 18661.

Londres, British Museum 1867,0508.968
© The Trustees of the British Museum

A partir de 1828 et des premières fouilles de Vulci, c’est en « masse »2 que les vases peints attiques sortent du sol étrusque et principalement de ses nécropoles ; les productions de Nikosthénès ne font pas exceptions, et une grande majorité des vases signés que nous connaissons aujourd’hui ont été découverts au XIXe siècle.

Nikosthénès et les grandes collections

Parmi les œuvres signées par Nikosthénès, beaucoup ne sont jamais passées par le marché, que ce soit à Paris ou à Londres. La raison en est simple, ils viennent de la collection du marquis Campana, considéré comme l’un des plus grands collectionneurs de son temps. Sa collection constituée de plus de 15 000 œuvres antiques et modernes est dispersée dans les années 1860, principalement entre l’Angleterre, la Russie (qui acquiert en 1861 près de 800 pièces antiques pour le musée de l’Ermitage nouvellement créé) et la France. En France, c’est Napoléon III qui achète en bloc l’ensemble de ce qu’il reste de la collection, près de 12 000 œuvres, dont de nombreux vases3. La présence de tant de vases de Nikosthénès dans la collection Campana est liée au fait que la majorité des signatures de notre potier a été retrouvée sur les fameuses amphores nikosthéniennes imitant d’une façon saisissante des amphores de bucchero typique de la cité étrusque de Cerveteri4. Et c’est à Cerveteri que le marquis finance et organise des fouilles à partir des années 1840. On trouve tout-de-même des œuvres de Cerveteri sur le marché parisien, notamment celles passées par la collection Castellani.

Bien que le lien entre Nikosthénès et cette cité s’avère particulièrement privilégié, il semble que notre céramiste ait également eu la cote, même si dans une moindre mesure, dans la cité de Vulci. Ainsi, des fouilles Canino aux fouilles Gsell, on y retrouve cette signature à travers tout le XIXe et au début du XXe également.

Les découvertes de vases de Nikosthénès dans ces deux grandes cités étrusques font que l’on retrouve ses objets dans les plus grandes collections d’Europe du XIXe siècles. En dehors des collections Campana, Canino, Castellani déjà citées, ils sont également présents dans les collections Durand, Beugnot, Pourtalès, Piot, Hope…. Soit tous les grands noms du collectionnisme d’antiques de l’époque.

Nikosthénès sur le marché parisien

Si on en revient à nos ventes, sur le marché parisien, les exemples de vases de Nikosthénès ne sont pas très nombreux5 mais certains de leurs parcours se révèlent particulièrement intéressants.

C’est le cas du fameux canthare conservé à Boston qui passera par cinq ventes différentes à Paris tout au long du XIXe siècle avant d’être finalement acheté par le Museum of Fine Art de Boston à Edward Perry Warren en 1895. Ce vase, d’une forme déjà peu commune, présente sur ses deux faces des scènes érotiques. Il arrive sur le marché parisien lors de la fameuse vente Durand de 1836, qui indique Vulci comme provenance, sans autre précision. Acheté pour 1100 francs par Adolphe Beugnot, on le retrouve quatre ans plus tard sous le marteau lors de la vente Beugnot, où il est acquis pour 1600 francs par le comte de Pourtalès. C’est donc tout naturellement qu’il est vendu lors de la vente Pourtalès-Gorgier de 1865, c’est là qu’il passe aux mains d’Eugène Piot pour la “modique” somme de 600 francs, avant d’être une fois de plus vendu 1510 francs lors de la vente posthume de ce dernier en 1890 à Feuardent. Très rapidement, notre canthare arrive probablement chez Alphonse Van Branthegem qui était à Paris un habitué de la maison Feuardent. Mais dès 1892 Van Brantheghem doit se séparer de sa collection, qui est alors mis en vente à Drouot, et le vase est finalement acheté par un certain Marshall pour 1600 francs. Il ne fait aucun doute que ce Marshall du procès-verbal de la vente correspond à John Marshall, partenaire et amant du collectionneur Edward Perry Warren. Ce dernier était connu pour son goût pour les objets érotiques, ce qui s’accorde parfaitement avec les images de notre canthare.

La coupe du Louvre F123, intitulée ” Les vaisseaux d’Ulysse passant devant les sirènes6 , a elle aussi suivi un beau parcours. Elle apparait, tout comme le canthare de Boston, dans le catalogue de la vente Durand de 1836 lors de laquelle elle est également achetée par le vicomte de Beugnot pour 701 francs. Revendue à la vente Beugnot de 1840, elle passe alors dans les mains d’un autre célèbre collectionneur, William Hope, pour 705 francs. Elle figure en 1849 au n°56 du catalogue de la vente Hope organisée à Londres. C’est finalement en la possession du restaurateur Jean-Baptiste Rondel qu’on la retrouve, avant qu’elle soit acquise à l’amiable par le Louvre à sa veuve après son décès en 1865. La coupe entre ainsi dans les collections du musée en 18667.

La coupe bilingue du Louvre F125, toujours signée, ne semble pas avoir beaucoup intéressé les collectionneurs.  Issue des fouilles de Lucien Bonaparte prince de Canino de1828 au lieu-dit Cavalupo à Vulci, elle apparaît pour la première fois à Paris dans le catalogue de la vente Canino de 1843 ; mais le procès-verbal indique que le vase a été retiré de la vente. Deuxième tentative lors de la vente de 1845, où la coupe se trouve bien dans le catalogue mais n’apparait toujours pas dans le procès-verbal. Nous nous trouvons face à une situation légèrement différentes pour les ventes Canino-Cometti de 1848 et 1849 où la coupe apparait toujours dans les catalogues : les archives de Paris ne conservent malheureusement pas les procès-verbaux de ces deux ventes. Cependant le Louvre indique bien un achat en vente publique en 1949, ce qui pourrait signifier qu’elle a finalement été vendue lors de la vente Canino de 1849 et acquise par le musée directement pour la somme dérisoire de 29 francs 508.

L’histoire des autres vases de Nikosthénès intégrés dans la base de donnée du programme est souvent plus courte ou encore lacunaire dans l’état actuel des recherches. 

Trois amphores nikosthéniennes sont notamment identifiées dans le catalogue de la vente Castellani de 1866. On les retrouve aux n°23, 24 et 30 du catalogue.

La première se trouve aujourd’hui au musée du Petit Palais, acquise 999 francs par les frères Dutuit par l’intermédiaire du marchand et expert Carle Delange.

La seconde, quant à elle, identifiée à partir de la description du catalogue, se trouve actuellement à l’Ashmolean Museum d’Oxford. En 1866, elle est rachetée lors de sa propre vente par Alessandro Castellani pour 300 francs. Peut-être sera-t-il possible de combler le vide entre sa présence dans la collection Castellani et l’Ashmolean en traitant les ventes Castellani suivantes et notamment celle de 1884.

Rollin semble avoir acheté la troisième pour 200 francs. Visiblement non signée et représentant sur une face Héraklès contre des amazones, on perd complétement sa trace après cet achat. 

Une autre amphore nikosthénienne est présentée lors de la vente Paravey de 1879 ; achetée par Rollin 800 francs, elle a été identifiée à partir de son iconographie dans les collections de la Rhode Island School of Design de New-York où elle est entrée en 19239

Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, ADUT313
CC0

Deux autres vases signés, une phiale et une coupe, mais entièrement vernis en noir, offrent une situation encore différente. Ces deux objets ne semblent, en effet, pas avoir eu le même succès sur le marché que leurs homologues figurées. 

La phiale vendue à Désiré Raoul-Rochette pour 25 francs lors de la vente Canino de 1940 se retrouve au British Museum en 1852 par l’intermédiaire d’Harry Osborne Cureton. 

La coupe également issue de la collection Canino selon le catalogue Pourtalès de 1965 est achetée par Melchior de Vögué pour 48 francs et n’est aujourd’hui pas localisée.

Et que dire finalement de l’olpé du Cabinet des Médailles 258 qui est pourtant bien décorée de figures noires illustrant un satyre jouant de l’aulos et également signée. Son entrée dans les collection de la Bibliothèque nationale s’est faite directement à la vente Durand en 1836, où par l’intermédiaire de Rollin elle est acquise pour 111 francs seulement.

Paris, BnF De Ridder.258
© BnF-CNRS-MSH Mondes / photo Serge Oboukhoff

Cette inégalité dans les prix et le parcours de cette série de vases amène à s’interroger sur ce qui intéressait véritablement les collectionneurs de ce type d’objet au XIXe siècle. Ces signatures d’artistes apportaient-elles de la valeur ? 

Affaire à suivre donc qui fera l’objet d’un billet prochainement…




Citer ce billet
Lucille Garnery (2023, 17 octobre). Nikosthénès vendu aux enchères au XIXe siècle. Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v685

  1. avec l’ensemble de la collection Blacas []
  2. Ch. Lenormant, J. de Witte, Elite des monuments céramographiques, T.1, p viii []
  3. https://www.louvre.fr/louvreplus/le-marquis-campana-un-homme-et-sa-collection []
  4. Lucille Garnery, « Nikosthénès et l’Étrurie : échanges et appropriations transculturels ? », Frontière·s [En ligne], Supplément 1 | 2022, mis en ligne le 31 mai 2022. URL : https://publications-prairial.fr/frontiere-s/index.php?id=1070 []
  5. 10 ont a ce jour été identifiés sur la base de donnée du programme sur AGORHA []
  6. Nom donné par le catalogue de vente Durand []
  7. CVA PARIS, MUSEE DU LOUVRE 10, p 88 []
  8. CVA, PARIS, MUSEE DU LOUVRE 10, p 5 []
  9. le CVA PROVIDENCE, MUSEUM OF THE RHODE ISLAND SCHOOL OF DESIGN 1, p 19 indique les collections Castellani, Paravey puis Darthès []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search