Un Lord à Paris

A propos de la vente Pembroke du 2 au 4 avril 1839

Fig. 1. Robert Henry Herbert, 12e comte de Pembroke. Welsh collection portrait, National library of Wales. Wikimedia Commons.

12ème comte de Pembroke, Lord Robert Henry Herbert (1791-1862, fig. 1) est au début du XIXe s. l’héritier d’une illustre lignée de collectionneurs et mécènes. En 1814, il est à l’origine d’un petit scandale lorsqu’il épouse secrètement la princesse Ottavia Spinelli (1779-1857) en Sicile, sans l’autorisation des deux familles. Le mariage fut dissout en 1818 après un séjour en prison, une évasion et un procès à Londres intenté par l’épouse délaissée. S’il ne se remaria jamais, on lui connaît plusieurs enfants illégitimes en France avec sa maîtresse Alexina Gallot. En 1827, il hérite de son père du manoir de Wilton House où est exposé l’essentiel de la formidable collection d’antiquités familiale. En 1833, il récupère le titre paternel à la Chambre des Lords. Davantage que lui, cependant, c’est son jeune frère Sidney (1810-1861) qui prend le devant des affaires familiales, devenant un influent politicien conservateur, allié de Sir Robert Peel. En l’absence d’un héritier légitime, c’est le fils de Sidney qui pris le titre de 13ème Lord à la mort de Robert Henry en 1862.

Progressivement écarté, à ce qu’il semble, par le reste de sa famille, Robert Henry aurait vécu à partir du milieu des années 1830 une vie fastueuse à Paris, recevant l’aristocratie et menant salon dans ses hôtels particuliers où il possédait des collections composée essentiellement d’œuvres modernes, dont le tableau de Lancret Danse devant une fontaine  provenant des collections de Catherine II de Russie. Cette collection de peintures fut dispersée, pour la majorité des pièces, après sa mort en 1862 en deux ventes successives.

Fig. 2. Extrait du procès-verbal de la vente Pembroke, 1839, Archives de la ville de Paris.

Le « catalogue d’un riche mobilier… pour cause de départ de MyLord P…… » rédigé par M. Roussel contient 19 notices dédiées à des vases antiques sur un ensemble de 222 objets mis en vente (fig. 2).  Cette vente, dirigée par le commissaire Benoît-Antoine Bonnefons de la Vialle, a eu lieu dans l’hôtel particulier du comte au 25 de la rue d’Anjou-Saint Honoré à Paris, les 3, 4 et 6 mai 1839. Les vases antiques ont été parmi les premiers objets vendus. Nous ignorons actuellement les raisons exactes pour laquelle le comte met en vente sa collection. Le titre complet du catalogue indique « pour cause de départ ». Tout au plus savons-nous qu’en 1862, lors des deuxième et troisième ventes Pembroke, posthumes désormais, le Lord vit au 19 de la Place Vendôme, dans l’Hôtel d’Evreux. Ce déménagement entre la rue d’Anjou et la place n’en serait pas la cause : les deux lieux sont voisins. Le comte ne semble pas non plus être retourné vivre à Londres. Le procès-verbal, issus des archives de la ville de Paris, indique seulement qu’il s’agit d’une vente « de meubles et curiosités inutiles qui lui appartiennent ». Et pourtant, que d’objets ! Organisé par pièce, le lecteur du catalogue se promène littéralement dans les appartements du Lord depuis la « pièce d’attente » au grand salon en passant par la salle à manger et le petit salon. Tout y passe : meubles, tapis, rideaux, porcelaine, service de table, mais aussi un tamis, un moulin à café, des chocolatières en fer blanc, cinq voitures et des bouteilles de vin (rien de moins que 231 bouteilles de champagne !).

La collection vendue en 1839, très diverse, comprend donc à peu de choses près tout ce qu’un hôtel particulier du début du XIXe s. pouvait contenir. Les dix-neuf vases paraissent bien isolés au sein de ce catalogue : c’en sont les seules antiquités. Les écarts entre le prix de ces vases sont importants : de 39 F. pour une petite coupe à 2550 F. pour l’amphore de la mort d’Achille. C’est une somme remarquablement élevée, équivalent des vases les plus chers vendus lors des ventes des grandes collections Canino, Beugnot, Durand et Magnoncour. Son prix est légèrement plus important que le piano Pleyel (lot n° 139) adjugé 2400 F. De fait, seules deux des six voitures luxueuses du Lord ont été emportées pour un montant supérieur à ce vase, un tilbury et un coupé « d’une grande fraîcheur » (lots n° 215 et 213) emportés pour 4000 et 4020 F. Même si le poids relatif des antiquités dans ce catalogue est faible, c’est bien un vase antique qui fut l’objet le plus cher de la vente.

Fig. 3. Jean de Witte (?), « intérieur d’une Cylix à figure rouge de la collection Pembroke », in Elite des monuments Céramographiques (…), IV, p. 244-245, pl. XCLVIII.

Il est intéressant de constater au passage que la plupart des acheteurs qui apparaissent lors de la vente Magnoncour, deux semaines plus tard, sont  déjà là : certains bien identifiés (Isaac Gansberg, le comte de Pourtalès, Durand-Duclos, le baron Roger, le ou les Rollin, le ou les Fould, le marquis de la Marche) et d’autres encore méconnus : Monvoisin, Roux et Jarry dont nous parlions dans « Les inconnus de la vente Magnoncour ». Roux, Fould, Gansberg, Rollin et Monvoisin acquièrent d’autres objets, de même que le baron Roger. Mais seuls Roux et Fould reviennent les jours suivants et continuent d’acquérir bon train des objets de toute nature.

Aucun dessin dans le catalogue ne peut nous permettre d’identifier les objets, et la plupart des descriptions formelles ou iconographiques sont brèves et génériques : « guerrier », « guerrier conduisant un char », « éphèbe drapé »… Le rédacteur, Roussel, nous informe toutefois que toutes « sauf quatre » proviennent de Vulci ; les autres proviennent de Nola. De plus, quelques notices plus développées, probablement celles des pièces les plus exceptionnelles ou jugées comme tel, avaient déjà permis à Nicolas Plaoutine de localiser deux vases : la coupe éponyme du peintre de la Gigantomachie de Paris aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France a été vendue 660 F à l’un des deux marchands Rollin, vraisemblablement pour le duc de Luynes, lequel lègue ce vase et le reste de son inestimable collection à la Bibliothèque en 1862, et l’amphore du peintre de Nicoxénos aujourd’hui au Louvre, emportée 371 F. par le baron Roger. Nous pouvons simplement ajouter à cette liste l’amphore figurant Persée fuyant les Gorgones, aujourd’hui au Metropolitan Museum, acquise 306 F. par Jarry (fig. 4).

Fig. 4. Jean de Witte (?), Persée et les Gorgones, in Gazette Archéologique I, 1875, p. 113-114, pl. 29.

Il est très difficile de suivre la destinée des œuvres lorsqu’elles ne sont pas illustrées. Souvent, les descriptions anciennes, des formes comme des iconographies, ne correspondent plus ni à nos critères ni à nos habitudes actuelles. Cette difficulté s’accentue lorsqu’elles sont acquises par des marchands, à l’image de ce « Roux » qui acquiert quatre des vases. Il se peut qu’il s’agisse de Pierre Roux, expert en art, « artiste et appréciateur d’objets d’art », « né dans le Cantal » et qui se fait pour cette raison surnommer Roux du Cantal. Auteur de plusieurs catalogues de vente entre 1814 et 1840, décédé en 1844, il est domicilié, selon ces catalogues, au 35 de la rue Bourbon en 1823, au 8 de la rue Vivienne en 1826 puis au 6 de la rue Jacob en 1839. Or, selon le procès-verbal, cette même année Roux vit square d’Orléans. Il est possible que la même personne déclare deux adresses, il est aussi possible qu’il ait déménagé dans l’année, ou, et cela ne nous arrange guère, qu’il ne s’agisse pas du même Roux.

Fig. 5. Jean de Witte, « Les deux Jupiters, peinture de vase » in Gazette Archéologique, III, 1877, p. 18-21, pl. 6.

Par chance, certains de ces vases ont été publiés  et illustrés par Jean de Witte dans les années qui suivirent. C’est le cas d’une coupe attique à figures rouges achetée par Durand-Duclos (lot n° 105 bis), publiée en 1861 dans le dernier tome de l’Elite des Monuments Céramographiques, collection qu’il avait débuté avec Charles Lenormant (fig. 3). En 1875, il publie dans le premier tome de la Gazette Archéologique, qu’il fonde avec le même camarade, une courte notice et une illustration de l’amphore achetée par Jarry (lot 92, fig. 4), qui nous a permis de l’identifier au Metropolitan Museum. Acquise par Jarry, elle est revendue en 1925 par le célèbre marchand Joseph Altounian (l’un des fournisseurs de Rodin, par exemple), au collectionneur Albert Eugène Gallatin dont la collection est acquise par le Metropolitan Museum en 1941.

Nulle trace cependant de cette hydrie à figures rouges (lot n° 102) acquise par Monvoisin et publiée dans le tome III de la Gazette en 1877 (fig. 5), pas plus que de la célèbre « amphore de la mort d’Achille » ; l’histoire du vase le plus cher de cette vente est plus étonnante et nécessite à elle seule un commentaire développé : pour comprendre la mystérieuse disparition de l’amphore de la mort d’Achille, c’est ici.

In fine, un des moyens les plus fructueux pour repérer le mouvement de ces objets serait de les suivre de vente en vente (voir le schéma, fig. 6). Certains de ces acheteurs sont des collectionneurs d’antiques chevronnés : ainsi, le baron Roger, Durand-Duclos et Pourtalès, sont ils à l’origine de ventes successives en 1842, 1847 et 1865. Les Fould, qu’il s’agisse d’Achille ou de son frère Louis, sont deux collectionneurs bien connus. Le vase  n° 103 de la vente Pembroke pourrait être, sans certitude, le n°1393 de la vente de Louis Fould en 1860. La coupe représentant « Athéna contre des géants au sein d’une assemblée nombreuse », est peut-être le n°144 du catalogue Pourtalès de 1865, racheté par son propre fils Jacques-Robert de Pourtalès. L’amphore n° 98 fut revendue en 1842 lors de la vente du baron Roger, puis en 1865 lors de la vente Collot, de même que l’amphore du Louvre. Même si certains de ces parcours pourraient être tortueusement compliqués, à l’image de l’amphore « Pembroke-Jarry-Altounian-Gallatin-Metropolitan Museum », nous espérons, en étudiant ces ventes successives, être en mesure à l’avenir de repérer à nouveau ces vases et d’en connaître l’actuel lieu de conservation.



Fig. 6. Parcours actuellement connu des vases de la collection de Lord Pembroke vendue en 1839 à Paris.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search