Des bizarrerie du marché de l’art : les rachats Piot lors de ses propres ventes

Les pratiques de certains vendeurs ne cessent de nous étonner. Les marchands et collectionneurs d’antiquités au XIXe siècle ont tous des rapports tout à fait particuliers avec leurs objets. Certains constituent une unique collection jusqu’à leur mort, d’autres proposent leurs collections à la vente afin d’en constituer de nouvelles, d’autres encore, souvent marchands également, multiplient les ventes aux enchères dans le but, très certainement, de faire du profit. C’est le cas d’Eugène Piot qui a, durant la seconde moitié du XIXe siècle, organisé de nombreuses ventes d’objets d’art en tout genre. Parmi ces ventes, neuf comprenaient ou étaient entièrement dédiées aux antiquités. Ces ventes comptant 14 à 629 œuvres antiques n’ont pas toutes eu le même succès et n’ont visiblement pas eu le succès auquel s’attendait notre collectionneur.

Et en effet, notre vendeur avait une pratique assez particulière lors de ses ventes, il rachetait lui-même certains objets. Cette pratique bien que surprenante existe également chez d’autres collectionneurs/marchands comme les Castellani. Mais Piot semble bien l’utiliser à outrance.

Eugène Piot et les ventes d’antiques

Eugène Piot (1812-1890) est un personnage fascinant. Polyvalent, il cumule de nombreuses activités : critique d’art, journaliste, photographe, collectionneur et marchand. Après des études de droit, il commence à s’intéresser aux arts aux côtés de son ami de Théophile Gautier. C’est à partir de 1838 et d’un premier voyage en Italie qu’il commence à voyager à travers l’Europe et a constituer sa collection. Il se procure alors des objets d’arts auprès de marchands et d’antiquaires aussi bien en France, qu’en Italie ou encore en Grèce1 mais fait également de nombreuses acquisitions au cours de ventes aux enchères parisiennes telles que les ventes Pourtalès de 1865, Barre de 1878 ou encore Paravey de 1879.

  

Lui-même va écouler sa collection d’antiques au cours de différentes ventes.

Les trois premières en 1847, 1848 et 1850 sont des ventes d’objets d’art et de curiosité comprennent respectivement 12 (sur 199), 15 (sur 149) et 30 (sur 180) lots d’antiques. Les ventes de 1857 et de 1858 sont des ventes intégralement dédiées aux “antiquités égyptiennes, grecques et romaines”  et comptent 198 et 100 lots.

Le catalogue de la vente de 1864, s’intitule Catalogue des objets d’art et d’antiquités, des tableaux, dessins et médailles des XVe et XVIe siècle de la collection de M. Eug. Piot, il indique directement la présence d’antiquités, ces dernières sont au nombre de 120 sur les 722 de la vente. 

La vente de 1870 est une nouvelle fois dédiée aux antiquités mais cette fois spécialisée en œuvres grecques d’Attique, de Grande Grèce et d’Asie Mineure et comprend 264 lots. Il en est de même pour la vente de 1876 comprenant 94 lots suivis de quelques médailles artistiques. 

Enfin, en 1890 se tient la vente posthume de sa collection : ses œuvres sont dispersées lors de diverses vacations entre le 21 mai et le 28 juin. Les antiques, de types variés, au nombre de 556 lots se sont vendus entre le le 27 et le 30 mai.

Les rachats Piot lors des différentes ventes

Identification dans les procès-verbaux

Grâce aux procès-verbaux nous connaissons les noms des acheteurs lors de chacune des vente. C’est ainsi qu’il a été possible de reconnaitre que Piot avait participé aux ventes non seulement comme vendeur mais également comme acheteur. Souvent désigné par son nom, il arrive aussi, lors de la vente de 1858, surement car il était bien connu des personnels de Drouot, qu’il soit désigné par son prénom Eugène voir par son prénom abrégé en “Eug.”. 

Procès-verbal de la vente de 1857
Procès-verbal de la vente de 1858

Les différents cas et le nombre d’objets

Eugène Piot a racheté des objets dans des quantités variables lors de presque toutes ses ventes. Sont exclus de ces rachats la vente de 1847 qui ne comprenait que 14 objets en tout sur les 12 lots du catalogue, ainsi que, cela va de soi, la vente de 1890 durant laquelle on peut cependant retrouver des antiques déjà présents lors de ventes précédentes.

Ainsi sur un total de près de 1400 œuvres antiques vendues par Piot lors de ventes aux enchères ce ne sont pas moins de 179 objets qui sont rachetés par notre vendeur à un moment donné. 

Parmi ces objets, 71 sont achetés par d’autres acquéreurs lors de leur 2e passage en vente, 15 lors d’un 3e passage, et 2 lors d’un 4e passage en vente. Ces deux derniers sont une amphore dite de Nola à vernis noir, vendue pour la première fois en 1858 puis en 1864, 1870 et finalement achetée par Hoffmann en 1876 ainsi qu’un rhyton en forme de tête de bélier à figures rouges en 1857 puis 1864 et 1870 avant d’être acheté par Feuardent en 1890.  Le reste, soit 108 antiquités n’ont pas été remises en vente ou n’ont pas une description assez détaillé pour être identifiées dans les ventes Piot suivant leur première mise en vente. On constate également que les objets proposés de nouveau aux enchères ne le sont pas toujours dès la vente suivante.

 

Ce tableau présente quelques exemples, les nuances de jaune indiquant le nombre de passage en vente, la ligne en violet montre le cas particulier d’un objet retiré d’une vente

Le graphique qui suit présente le nombre d’objets et non de lots achetés2 par Piot ou par d’autres acquéreurs. Nous n’avons pas mis le détail des autres acquéreurs, mais il est intéressant de noter qu’à certaines ventes, le nombre d’achats de lots par Piot est largement supérieur à ceux des autres personnalités présentes durant les ventes. Ainsi en 1857, Piot est en tête des achats avec 55 lots achetés devant le comte d’Arundel et Fould avec 22 lots chacun. Il en est de même, en 1858 avec 32 lots devant Raulin avec 24 lots. Pour les ventes de 1864 et de 1870 Piot se trouve en concurrence avec les marchands Rollin et Feuardent qui prennent alors l’avantage sur le nombre de lots et d’objets achetés.

Comme nous l’avons vu précédemment, toutes les antiquités rachetées par Piot n’ont pas systématiquement été remises en vente par la suite. Le nombre de ces objets est même assez faible comparés aux objets inédits de chaque vente. Cependant il est possible que plus d’objets ait été reproposés aux enchères publiques mais si les vases figurés sont plus facile à identifier par leur forme, leurs dimensions, leur iconographie, d’autres antiquités comme les figurines de Tanagra ou encore les lampes “spintriennes” ou à “décors obscènes” comme on en trouve plusieurs dans les catalogues Piot sont presque impossible à distinguer les unes des autres.

 

 Les raisons qu’avaient Piot pour remettre en vente un antiques ou non reste pour le moment un mystère bien que nous ayons certaines pistes. A partir des années 70, par exemple, l’explication se trouve peut-être dans les différents prêts et expositions que fait Piot de sa collection. Durant la fin de cette décennie, il participe notamment à l’exposition universelle de 1878 et prête des antiques  au South Kensington Museum et au British Museum dans le but de conclure des marchés par la suite. Ces tentatives sont souvent soldées par des échecs. Il réussit cependant à vendre une partie de sa collection, en 1875, 1877 et 1879 au British Museum (terres cuites et figurines), en 1876, 1877,1878, 1879 au Louvre (principalement des vases) et en 1879 au Museum of Science and Art d’Edimbourg (verres antiques), ainsi qu’à des collectionneurs privés dès les années 503. Parmi les objets vendus au Louvre, nous pouvons retrouver une loutrophore et un casque en terre cuite qu’il avait respectivement racheté en 1864 et 1870 pour 800 et 1 050 francs. Le casque est acquis par le musée pour 2000 francs. De même on retrouve dans les collections du British Museum une figurine d’acteur comique assis racheté par Piot 105 francs à la vente de 1870 et acquis par le musée avec quatre autres figurines en 1879 pour 98 livres, c’est-à-dire, environ 2 470 francs4.

 

Une grande variété d’objets et de prix

Parmi les objets rachetés par Piot durant ses ventes, on retrouve toutes les catégories d’antiquités du marché de la seconde moitié du siècle. Sur les 179 antiques, on compte 55 vases attiques et italiotes (13 vases plastiques) dont 35 sont figurés, 6 petits vases en verre, 2 en albâtre, 8 lampes et 12 médaillons de coupes. Les terres cuites sont également bien représentées (58 en tout et comprenant des figurines et des appliques), de même que les bronze au nombre de 21 et comprenant 12 statuettes, 2 miroirs, 4 appliques et 3 vases. Le reste est constitué de 3 fers de lances ainsi que de pierres gravées et autres petits objets. Toutes les grandes provenances sont aussi représentées avec des antiquités grecques, étrusques, romaines, chypriotes et égyptiennes. 

Pour les prix, ils sont là aussi très variés et vont d’un lot de 7 vases racheté par Piot en 1848 pour 4 francs à une figurine en bronze d’Harpocrate racheté par Piot en 1864 pour 3 200 francs. Sur l’ensemble, plus de la moitié des objets sont rachetés pour moins de 50 francs, 20% entre 100 et 500 francs et  5% au dessus de 500 francs dont 4 antiquités de plus de 1 000 francs.

Quelques exemples de parcours

Harpocrate

Cette grande statuette en bronze qu’on retrouve dans les ventes de 1864 puis de 1890 est une des plus belles pièces de la collection passée en vente publique et la plus chère parmi les rachats Piot.

Le catalogue de la vente de 1890 rédigé par Froehner la décrit ainsi en reprenant des éléments du catalogue de 1864 :

Grande figurine d’Harpocrate-Panthée, nu et accoudé sur un tronc d’arbre, l’index de la main dr. Rapproché de la bouche. Le dieu a les formes enfantines d’un Amour grec ; ses cheveux sont noués en krobyle au-dessus du front, et derrière ce krobyle se dresse un petit pschent égyptien, maintenu par un large bandeau qui entoure la tête. Un serpent s’enroule autour du tronc d’arbre, et derrière la figurine, sur le sol tapissé d’herbe, perche une chouette. Il semble que la main g. du dieu ait tenu un attribut, probablement le caducée de Mercure. La tête se tourne un peu de côté, les yeux sont évidés, la jambe dr. supporte le poids du corps.
Ce bronze se distingue autant par ses proportions peu communes que par son style. M. Piot y trouvait “un modèle plein de souplesse et de fraicheur”. Il est de l’époque ptolémaïque et doit venir d’Alexandrie.
Ancienne collection Duval à Genève (vente de 1836). − Publiée par M. Chabouillet, Description du cabinet Louis Fould (Paris, 1861), n°1216, avec une gravure de Varin.
H 54 cent. − Parties modernes : la jambe dr. à partir du genou, le tronc d’arbre, la chouette et le sol. − Socle en granit rose avec une moulure en bronze ciselé et doré.

Musée du Louvre, Br 30

Acheté par Piot à la vente Fould de 1860 pour 2 200 francs, il la rachète en 1864 pour 3 200 francs. Elle est par la suite achetée par Hoffmann en 1890 pour 1 700 francs. Le Louvre l’acquiert à la vente Hoffmann en 1899 pour 2 000 francs.

Plutus

Statuette en bronze dont les catalogues de vente ne tarissent pas d’éloge.

Il est ainsi présenté dans les catalogues des ventes de 1858 et 1864 :

Plutus. – On ne connait qu’une seule représentation de ce personnage de la comédie d’Aristophane, le bronze célèbre du musée d’Amiens. Dans la figurine que nous décrivons ici, le dieu enveloppé dans son manteau, semble fuir la foule importune; sa tête chauve, d’un caractère superbe, est découverte. Magnifique spécimen du meilleur temps de l’art grec. Haut. 14 cent.

Lors de son 1er passage en vente en 1858, il est retiré de la vente faute d’enchères, Piot tente une seconde fois de le vendre en 1864 mais le rachète pour 2 100 francs. La statuette est finalement achetée en 1870 par la Faulotte pour 1 750 francs puis acquis à la vente la Faulotte de 1886 par Piet-Lataudrie pour 2 600 francs. Un article de G. Migeon pour la revue Les Arts de 1909, “La collection de M. Piet-Lataudrie”5 présente une photographie de notre objet alors identifié comme un mime. C’est à ce moment que nous perdons sa trace, mais Piet-Lataudrie ayant légué sa collection à différents musées, le Louvre, la Bibliothèque Nationale, le musée de Cluny, la manufacture de Sèvres, le musée des Arts Décoratifs et le musée de Niort dont il était originaire, nous gardons l’espoir, d’un jour retrouver cette statuette.

Péliké à figures rouges

Ce vase à figures rouges attribué au peintre de Sylée et représentant Éos portant le corps de Memnon est décrit dans le catalogue de vente de 1870 :

Vulci. — Péliké à figures rouges.
L’Aurore ailée, vêtue d’une tunique talaire et d’un péplus, les cheveux retenus par une opisthosphendoné, enlève dans ses bras le cadavre de son fils Memnon, percé de plusieurs blessures.
Revers : Une jeune femme, vêtue d’une longue tunique et les cheveux retenus par l’opisthosphendoné, présente une hydrie à un homme barbu, debout devant elle, les cheveux ceints d’une couronne de feuillage, enveloppé d’un grand manteau et appuyé sur un bâton noueux. Hauteur, 34 cent.

Piot rachète cette péliké à la vente de 1870 pour 240 francs, il la vend finalement directement au musée du Louvre en 1876.

peintre de Syleus, Musée du Louvre, MNB 1152

Dans les pratiques surprenantes d’Eugène Piot, on trouve aussi un cas encore plus particulier. Il s’agit d’une oenochoé à figures rouges et mascarons vendue à de Lafaulotte en 1870 pour 70 francs. Piot la rachète à la vente Lafaulotte de 1886 pour 105 francs. Le n°274 du catalogue de vente de Lafaulotte indique d’ailleurs bien la collection Piot. On retrouve notre oenochoé dans la vente posthume de 1890 où elle est achetée par un certain de Bellis pour … 70 francs. Et c’est ici que l’on perd sa trace. 



Citer ce billet
Lucille Garnery (2023, 3 mai). Des bizarrerie du marché de l’art : les rachats Piot lors de ses propres ventes. Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v683

  1. pour plus d’informations sur le réseau de marchands de Piot nous vous renvoyons à la présentation d’Isabelle Decise Eugène Piot (1812-1890) et son réseau de marchands d’antiques lors de la Journée d’étude Marchands d’antiques à Paris au XIXe siècle le 22 avril 2022, en ligne https://www.youtube.com/watch?v=6Ud02tbF74 []
  2. la différence n’est pas assez significative pour présenter deux graphiques différents []
  3. Decise, Isabelle. Les collections d’antiques d’Eugène Piot (1812-1890) : constitution et dispersion. Sous la dir. de Bourgeois, Brigitte. Mém. de 2e cycle : histoire de l’art : Ecole du Louvre, Paris, 2013. []
  4. Pour la conversion nous nous sommes reposés sur Boyer-Xambeu, Marie-Thérèse, et al. “Régimes Monétaires, Points d’or et ” Serpent Bimétallique ” de 1770 à 1870.” Revue Économique, vol. 45, no. 5, 1994, pp. 1153. JSTOR, https://doi.org/10.2307/3502254. []
  5. G. Migeon, « La Collection de M. Piet-Lataudrie ». Les Arts, n° 92, août 1909, 32 p. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search