Identifier et localiser les objets passés en vente : les antiques Durand à Toulouse

Le Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle s’attache à retracer le parcours de œuvres depuis leur découverte jusqu’à leur lieu de conservation actuel, ainsi un de ses objectifs consiste à identifier et localiser les œuvres antiques passées en vente. Pour ce faire, plusieurs moyens s’offrent à nous.

Quelques clés de recherche pour l’identification des œuvres 

Identifier les objets à partir des notices de catalogue n’est pas toujours chose aisée.

Cependant, certains objets comme les vases grecs ont fait l’objet d’une étude poussée par les savants dès le XIXe siècle et surtout par John D. Beazley au XXe siècle. Ce dernier a étudié des vases conservés dans le monde entier afin de mettre en place ses attributions de peintres. Toutes les informations qu’il a pu collecter à leur sujet sont rassemblées dans deux grands répertoires, Attic Red-Figure vases painters et Attic Black-Figure vases painters. Ces ouvrages répertoriant des milliers de vases provenant de musées et de collections privées ainsi que ses archives conservées au Classical Art Research Center d’Oxford sont à l’origine d’une base de données en ligne : la Beazley Archive Pottery Database. Lorsque nos catalogues de ventes sont suffisamment détaillés, il s’agit de la source la plus accessible et la plus complète pour l’identification des vases peints, permettant une recherche filtrée selon de nombreux critères (forme, technique, artiste, iconographie etc..). Le Corpus Vasorum Antiquorum, série de catalogues des collections de vases des musées, initié par Edmond Pottier en 1919 et dont la plupart des numéro sont numérisés, est également une aide précieuse dans la recherche sur les vases antiques.

Les bases de données en ligne des musées, de plus en plus nombreuses et de plus en plus précises, sont également des outils indispensables, d’autant plus qu’elles sont nombreuses à proposer des recherches par mots-clés et référencent, lorsque les provenances sont connues, les noms des anciens propriétaires. C’est le cas par exemple des sites des collections du British Museum, du Metropolitan Museum of Art, du Louvre ou encore du Cabinet des Médailles.

Bien évidemment, tous les objets antiques ne se trouvent pas dans ces grands musées et il est alors plus difficile de les identifier. Et c’est là que le projet du Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle prend tout son sens ! Il faut alors retracer le parcours des objets à travers les collections en interrogeant les acheteurs. Si les procès-verbaux indiquent quelques acheteurs anonymes, ou dont les noms sont parfois difficiles à déchiffrer, d’autres sont très explicites et renvoient à des personnalités plus ou moins bien connus. On trouve ainsi des marchands, des grands collectionneurs, des savants, qui ont acheté des antiquités pour leur collections personnelles mais qui ont parfois fait également office d’intermédiaires pour les musées. Une recherche plus poussée sur certains de ces acteurs est nécessaire afin d’arriver à l’identification et des objets, et c’est le cas des antiquités achetées par le Comte de Clarac lors de la vente Durand de 1836.

Étude de cas : Les antiques Durand à Toulouse

Charles Othon Frédéric Jean-Baptiste comte de Clarac était en 1836 conservateur des Antiques du musée du Louvre depuis 1818, poste qu’il garde jusqu’à sa mort en 1847. S’il lui est arrivé d’acheter des antiquités pour le Louvre, comme un cratère à volutes apulien à la vente Mainvielle-Fodor en 1828, ou comme intermédiaire pour d’autres personnalités, comme on le constate pour la vente Durand où il a notamment acheté pour la vicomtesse de la Marlière, ses acquisitions ont le plus souvent rejoint sa collection personnelle.

C’est un constat particulièrement frappant lors de la vente Durand en 1836, puisque Clarac se trouve être le deuxième plus gros acheteurs (177 œuvres) juste derrière le British Museum et ses 485 acquisitions. Le premier réflexe a donc été de chercher ces œuvres au Louvre bien que le Supplément du catalogue indique « Le Musée royal du Louvre » pour les acquisitions du musée, indications qui correspondent, dans le procès-verbal, aux achats de Léon Jean-Joseph Dubois. Ces recherches n’ont évidemment permis aucune identification de ces œuvres au Louvre. Une vente de la collection du comte de Clarac avaient également été organisée après son décès en 1847 mais celle-ci ne comportait que peu de lots d’antiques et essentiellement des antiquités égyptiennes. Il fallait donc une fois de plus chercher ailleurs.

Or, il se trouve que le comte de Clarac, dont la famille était originaire de Gascogne, avait, en 1843, vendu l’intégralité de sa collection d’antiques à la ville de Toulouse. En 2011, seul deux vases avaient été identifiés par Louise Détrez au musée Saint-Raymond de Toulouse, un fragment de cratère à volutes1 et une oenochoé protoattique2. Nous nous sommes donc penchés de nouveau sur les œuvres conservées au musée Saint-Raymond.

Aujourd’hui, l’Open Data est essentiel à notre recherche tout comme il est primordial pour nous de rendre nos données accessibles à tous. Et justement, le musée Saint Raymond et la municipalité de Toulouse contribuent depuis quelques années à cette ouverture des données. Le musée Saint-Raymond collabore ainsi avec wikimédia à l’aide du moteur de recherche et de visualisation Palladia qui propose plus de 1300 objets des collections du musée avec des visuels. Les données, parmi lesquelles on peut trouver des précisions sur les propriétaires précédents des objets, se trouvent sur la plateforme wikidata.

Grâce à ce système ainsi qu’à l’inventaire principal du musée entièrement mis en ligne par le musée et la ville de Toulouse, nous avions, en septembre 2021, identifié une trentaine d’objets (des vases principalement mais également quelques figurines en terre cuites). Cependant, en parcourant ces collections, quelques antiquités non identifiés comme venant de la collection Durand semblaient également correspondre aux descriptions d’objets du catalogue de vente et achetés par Clarac durant la vente de 1836.

Nous avons alors contacté le musée afin d’en apprendre plus.

Christelle Molinié, documentaliste du musée Saint-Raymond, et Mathieu Scapin, médiateur, nous ont alors envoyé une liste des œuvres du musées identifiés comme provenant de la collection Durand. Parmi les 40 objets de cette liste, 11 correspondaient à un dépôt du Louvre et relevaient donc de la première collection Durand vendue au Louvre en 1825, les autres (29) provenaient bien de la vente de 1836. Certains des vases qu’il nous avait semblé identifier à Toulouse ne s’y trouvaient pas non plus.

Après avoir fait part de nos découvertes et interrogations au musée, ils ont eu la gentillesse de nous envoyer en octobre 2021 une version numérisée de l’inventaire manuscrit de la vente Clarac de 1843 modestement intitulé Vente de tous les objets composant le cabinet d’antiquités de M. le Comte de Clarac par M. le Comte de Clarac à la ville de Toulouse, inventaire qui ne compte pas moins de 987 numéros.

Inventaire manuscrit de la vente Clarac à la ville de Toulouse 1843.
Avec l’autorisation du musée Saint-Raymond, Toulouse.

En parcourant cet inventaire nous avons eu l’agréable surprise de découvrir que le comte avait indiqué, dans la description de ses objets, lorsque ceux-ci venaient de la collection Durand3 et que le plus souvent il en avait indiqué le numéro de catalogue.

Coupe des Petits Maîtres, Musée Saint-Raymond 26094, Clarac 1843 n°8, Durand 1836 n°659
©Axel Le Prince,musée Saint-Raymond
Notice n°8 de l’inventaire manuscrit de la vente Clarac de 1843

Néanmoins, ce n’est pas le cas pour tous. Certaines notices font seulement mention de la collection Durand, sans numéro de catalogue, et parfois la provenance Durand n’est même pas indiquée. Nous pouvons prendre l’exemple de deux beaux fragments de cratère que le comte de Clarac détaille avec soin dans son inventaire aux numéros 218 et 219 et qui correspondent sans équivoque à deux (le premier et le troisième) des trois fragments qu’on retrouve dans le catalogue Durand de 1836 au n°8654. Si ces fragments ont été identifiés par le musée Saint-Raymond comme provenant de la collection Durand, d’autres objets, aux descriptions plus sommaire, ont pu passer inaperçus.

Notice n°865 du catalogue de la vente Durand de 1836.

En tout, l’inventaire Clarac de 1843 signale 61 objets provenant de la collection Durand, parmi ces derniers, le numéro du catalogue de vente est indiqué pour 51 objets.

Les archives de la transaction entre le comte de Clarac et la ville de Toulouse comportent de plus quelques documents supplémentaire dont le rapport de réception et de vérification de la collection par une commission nommée par la ville. Ce document précieux nous informe que 19 objets annoncés dans l’inventaire ne sont jamais arrivés à Toulouse. Trois d’entre eux nous intéresse plus particulièrement puisqu’il s’agit de trois vases Durand, le n°303 de l’inventaire Clarac (1255 du catalogue Durand) qui n’a pas pu être localisé, mais aussi, plus surprenant, les numéros 124, un askos à figures rouges représentant deux poissons et un canard, et 205, une oenochoé à vernis noir à panse cannelée, de l’inventaire Clarac, qui sont bien conservés au musée Saint-Raymond. On voit bien ici toute l’importance des récolements réguliers !

La présence à l’arrivée de 84 objets supplémentaires, n’apparaissant pas dans l’inventaire, est également mentionnée. Parmi ces derniers se trouvent peut-être d’autres antiques achetés à la vente Durand. Cela expliquerait l’identification d’objets non répertoriés comme provenant de la collection Durand dans la base de donnée du musée Saint-Raymond mais qui sont, tout compte fait, bien conservés par le musée.

Après la consultation de l’inventaire manuscrit, il était donc nécessaire de réinterroger les différentes ressources en ligne, régulièrement mises à jour par le musée Saint-Raymond. Ainsi, si nous avions commencé par questionner la base de donnée en ligne du musée à partir des numéros de catalogue Durand, faire, un an plus tard, une nouvelle recherche à partir des numéros de l’inventaire manuscrit du comte de Clarac nous a permis d’identifier de nouveaux objets dans les collections du musée. Au final, en croisant les données de l’inventaire manuscrit aux différentes bases de données offertes par le musée Saint-Raymond, nous arrivons à 54 œuvres identifiées avec certitude et 12 mentionnés Durand dans l’inventaire Clarac mais qui ne sont pas actuellement localisés dans les collections du musée Saint-Raymond. Il s’agit pour ces dernières d’objets communs, principalement de vases à vernis noir ou sans couverte. Sur AGORHA, un commentaire propose alors le musée Saint-Raymond comme potentiel lieu de conservation et indique le numéro de l’inventaire Clarac de 18435.

Cette étude de cas des objets achetés par le comte de Clarac à la vente Durand nous montre une fois de plus la nécessité de croiser toutes les données disponibles (archivistiques, bibliographiques, numériques) ainsi que l’importance des collaborations avec les musées qui rendent possible notre recherche.

Qui sait si nous ne découvrirons pas, au bout du compte, que d’autres antiques sur les 170 achetés par le comte de Clarac lors de la vente Durand sont également conservés au musée Saint-Raymond de Toulouse …



Citer ce billet
Lucille Garnery (2023, 15 février). Identifier et localiser les objets passés en vente : les antiques Durand à Toulouse. Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v681

  1. Identifié dans Les Vases à mémoire. Les collections de céramique grecque dans le Midi de la France [Exposition, Lattes, musée de Lattes, 1988]. LAURENS, Annie-France, LANDES, Christian et al.. Montpellier, Imago/Musée de Lattes, 1988, n°78 p 117-118. []
  2. Identifiée dans ZAMBON, Alessia. « Fauvel et les vases grecs : un catalogue retrouvé ». Journal des savants, 2006, n°2, p. 185-196. []
  3. Le catalogue de la vente de 1836 est en effet devenu une référence par la suite, pour en savoir plus : https://venteantique.hypotheses.org/4136 []
  4. un troisième fragment du musée Saint-Raymond a aussi été associé au n°865 du catalogue Durand, cependant la scène ne correspond pas à celle du catalogue []
  5. Pour un aperçu de tous les objets achetés par le comte de Clarac à la vente Durand : https://agorha.inha.fr/recherche?terms=&page=1&pageSize=20&sort=&fieldSort=&noticeType=&selectionId=1_U6UIYB0K-B8oSoHLb2&facets=W10%3D []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search