La vente Durand de 1836

S’il existe de nombreuses ventes parisiennes dont la renommée n’est plus à faire, une en particulier occupe le programme du Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle depuis sa création. Il s’agit de la vente Durand de 1836. Cette vente, qui s’est déroulée entre le 25 avril et le 27 mai 1836, est considérée comme la « vente du siècle » et comprenait plus de 3300 objets antiques pour une recette totale de 307 624,90 francs.   Toutes les informations et données sur cette vente ont été mises en ligne sur la base de données du programme sur  AGORHA.

Le chevalier Edme Antoine Durand (1768-1835)

Edme-Antoine Durand  fils d’un commerçant de vin et de bois d’Auxerre, n’était pas destiné à une vie de collectionneur. Il débute sa carrière dans le commerce comme marchand mercier puis comme marchand de tableaux (de 1817 à 1822) avant d’être désigné comme négociant ou encore antiquaire dans les divers Almanachs du Commerce de l’époque. Cette carrière de marchand lui a permis d’acquérir une certaine richesse. Cependant son goût pour les Arts, né très certainement peu avant son premier séjour en Italie en 1799, va faire de lui l’un des plus grands collectionneurs de son temps.  Si son premier intérêt va vers la musique, il se tourne très vite vers les Beaux-Arts et commence à collectionner tableaux, estampes, glyptique et numismatique. Il a également une véritable passion pour les objets antiques : bronzes, terres cuites, verres mais surtout pour les vases peints grecs et étrusques. Quelques années avant son décès il s’était également mis à collectionner bijoux antiques, faïences, émaux, vitraux et militaria. Ces objets, assemblés sans discontinuer pendant plus de 35 ans au grès de voyages, principalement en Italie où il se fournit directement auprès des marchands italiens, mais également lors des ventes publiques parisiennes1, seront ensuite dispersés lors de différentes ventes aux enchères. Les premières sont organisées à sa demande tandis que d’autres sont administrées par ses successeurs après son décès soudain survenu en mars 1835 au retour de Florence où il venait d’acquérir de nouvelles œuvres pour sa collection.

Edme-Antoine Durand, n’était pas un simple collectionneur, connaisseur autodidacte, son expertise des antiquités et l’accueil qu’il réservait aux savants et collectionneurs les jeudis dans ses appartements parisiens lui ont valu une véritable reconnaissance2  ainsi que la proximité et l’estime non seulement des grands noms du marché de l’art parisien mais aussi de grands savants de son temps comme Champollion, Clarac, Lenormant, Millingen et des collectionneurs comme le comte de Pourtalès et le Duc de Blacas.

La collection vendue en 1836 n’est pas l’unique collection d’antiquités du Chevalier Durand. La première, fruit d’années de recherche et d’acquisitions est vendue au Louvre par un accord avec les administrateurs du musée Charles X en 1825 afin d’offrir au musée royal une des plus riches collection d’antiquités grecques étrusques et égyptiennes de toute l’Europe. Plus de 7400 œuvres comprenant non seulement des antiques mais également des œuvres du Moyen-Age et de la Renaissance sont alors vendues par Durand pour la somme de 480 000 F (le comte de Pourtalès l’ayant tout de même estimé à plus d’un million de francs).

La vente Durand de 1836

Le testament du chevalier Durand qui désigne son frère Edme Laurent Durand-Duclos  (1770-1847), peintre et marchand de tableaux et sa fille Henriette Lion, née d’une liaison hors mariage, comme légataire précise que son souhait pour la vente de sa seconde collection est tout comme pour la première de s’assurer qu’elle reste sur le territoire national, si possible au Louvre une fois de plus et qu’elle ne soit pas trop éparpillée. Un autre passage de son testament précise de :

[…] ne recevoir aucunes (sic) propositions étrangères pour la vente de cette collection avant d’avoir fait auprès de messieurs les administrateurs des musées royaux toutes les démarches nécessaires, pour en obtenir le placement à Paris […]

Malheureusement aucun accord n’est conclu et une vente publique est organisée.  

La vente des antiquités d’Edme Antoine Durand prend donc place au sein d’une série d’autres ventes comprenant ses effets personnels, le reste de ses collections d’estampes et de dessins ainsi que de sa bibliothèque qui se déroulent dès décembre 1835. La vente des antiquités qui clôturera cette série est la plus importante et durera un mois entier. Divisée en 28 vacations, 15 sont uniquement dédiées aux vases peints qui constituent plus de la moitié des numéros au catalogue. 

Si le catalogue justement indique 2704 lots, le procès verbal en compte lui 2735 pour un total de 3317 objets. Ce qui en fait, en terme du nombre d’œuvres vendues, la vente publique d’antiquités à Paris la plus importante de tout le XIXe siècle.

Un catalogue savant

La rédaction du catalogue est confiée à l’archéologue et historien de l’art Jean de Witte (1808-1889 ) membre de l’Institut archéologique de Rome et grand nom de la céramographie. Déjà fort d’une certaine expérience de la collection Durand qu’il a mainte fois fréquenté il décide d’associer à ce travail Charles Lenormant (1802-1859), archéologue alors professeur d’histoire ancienne à la Sorbonne, mais également le marchand Charles Louis Rollin (1777- 1853), devenu spécialiste de numismatique et qui fait office d’expert dans de nombreuses ventes d’antiques. La partie étrusque est complétée par Francesco Orioli tandis que les planches de formes sont produites sous la supervision du Comte de Clarac (1777-1847), conservateur des Antiquités du musée du Louvre.  Ce catalogue se veut une véritable source scientifique proposant des notices aux descriptions iconographiques souvent très approfondies parfois complétées de notes proposant des comparaisons et des références bibliographiques. Il y est de plus inséré en annexe des planches des formes de vases. C’est un catalogue exemplaire dont le modèle sera par la suite repris surtout pour les planches de vases que l’on retrouve, par exemple, dans le catalogue de la vente Pourtalès de 1865.

Les catégories d’objets

La collection Durand est un exemple du genre, toutes les catégories d’antiques prisées de l’époque sont représentées. Si comme nous l’avons dit précédemment le plus gros de la collection est constitué de vases grecs (athéniens, corinthiens, laconiens, de Grèce de l’Est) et italiotes on trouve également des vases étrusques, romains, égyptiens, chypriotes. Quant aux autres types d’objets les bronzes sont également bien représentés ainsi que les terres cuites, verres, bijoux3 , mais également des pierres gravées. Dans chacune de ces catégories on retrouve de véritables chefs d’œuvres au côté de pièces plus communes.

Tous ces objets sont divisé comme suit dans le catalogue :

I. Vases peints (1-1473)4

II. Verres antiques (1474- 1547)

III. Terres cuites (1548-1826) comprenant d’autres vases, figurines, éléments d’architecture, lampes.

IV. Bronzes (1827-1980) comprenant des vases, ustensiles, candélabres, de l’outillage, des armes et pièces d’armement, des figurines ainsi qu’une très belle collection de miroirs étrusques.

V. Bijoux d’or et autres (1981-2242)

VI. Mélanges (2243 -2256)

VII. Médailles (2257-2524)5

VIII. Pierres gravées antiques et modernes (2525-2664) dont seules les antiques ont été traitées.

IX. Objets de curiosités (2664-2704)6

Pourcentage des œuvres selon le matériau et le type d’objet

Les prix

 L’éventail des prix d’achat est également très large et la différence entre les prix les plus bas, souvent des lots de plusieurs petits objets assez grossiers, qui partent pour moins de 10 francs (on retrouve ainsi un lot de huit coupes sans anses achetées par le Comte de Clarac pour la modique somme de 6 francs), peuvent côtoyer lors d’une même vacation les pièces maitresses de l’art grec achetées quant à elle pour des milliers de francs.

Ainsi sur les 2735 lots du procès-verbal, une vingtaine de vases partent pour plus de 1050 dont certains pour des sommes jusqu’alors jamais atteintes pour ce type d’objets. Jusqu’à 6600 francs, qui est l’enchère la plus extraordinaire de la vente, pour une amphore attique à figures rouges de Myson acquise par le Louvre qui s’offre également un stamnos du peintre de Berlin pour 6000 francs et une amphore bilingue des peintres d’Andokidès et de Lysipidès pour 3070 francs. Un cratère en calice à figures rouges également attribué à Myson (qui a décidemment beaucoup de succès en 1836 !), est adjugé 4250 francs à Flavien de Magnoncourt, et se trouve actuellement au British Museum.

Amphore attique à figures rouges attribuée à Myson, Louvre G197

Les acheteurs

Grâce aux cahiers Plaoutine, au Supplément du catalogue (qui liste les acheteurs et les prix d’adjudications), ainsi qu’au procès-verbal, ce sont plus de cent vingt noms qui nous sont donnés comme acquéreurs lors de la vente. On y trouve des notables, grands aristocrates et collectionneurs : le comte de Pourtalès qui acquiert 72 objets, le duc de Blacas (32 objets)7, le vicomte Beugnot (34 objets), William Hope (86 objets), l’éditeur Panckoucke (48 objets), le marquis de la Marche (39 objets)8, le comte de Clarac (172 acquisitions). Ce dernier semble acheter pour sa collection personnelle plus que pour le Louvre et l’on retrouve de nombreux objets Durand au Musée Saint-Raymond après la vente à la ville de Toulouse de sa collection en 1843.

Des marchands sont également présents, ils achètent pour eux comme Camille Roussel (77 objets) mais sont aussi parfois intermédiaire pour des grands collectionneurs ou des musées. Ainsi l’expert et restaurateur Rondel a acquis 40 vases dont certains pour Beugnot, Charre mais surtout pour le frère du chevalier Durand, Laurent Durand-Duclos. Quant au marchand bien connu Charles Louis Rollin, en plus de ses acquisitions personnelles, il aurait été l’intermédiaire de Bourgeois-Thierry mais surtout de la Bibliothèque royale pour qui il acquiert plus de 60 antiques.

La famille et les proches de Durand sont également de redoutables adjudicataires, ainsi son frère a acquis de lui-même 162 antiques, le tuteur de sa fille, Etienne Janvier Buquet 70, son ami Simon Chaudé 2 et son domestique Morin un lot de 6 vases.

La vente Durand est surtout un véritable enjeu pour les institutions muséales qui souhaitent notamment enrichir leurs collections de vases grecs. La manufacture de Sèvres représentée par Alexandre Brongniard et Denis Désiré Riocreux acquiert pour ses collections plus de 60 vases et 4 verres, permettant d’atteindre la volonté de ces derniers de présenter un panorama des différentes techniques céramiques. Pour les verres il semblerait que ce soit la verrerie Baccarat et son représentant M. Beauregard qui emportent les enchères et acquiert ainsi 22 verres antiques. Le Cabinet des médailles de la Bibliothèque royale est aussi en lice et s’octroie par le biais de son représentant Raoul-Rochette ainsi que par l’intermédiaire de Rollin, plus de 100 antiques de toutes catégories, des vases, des verres, des bijoux mais également des bronzes dont une très belle collection de miroirs étrusques9. Le Louvre quant à lui est le grand perdant de la vente, bien que les pièces achetées soit absolument remarquables, ce ne sont que 4 vases qui rejoignent les collections du musée Charles X à la fin de la vente. Le grand gagnant est finalement le British Museum, qui sous couvert d’anonymat et par l’intermédiaire du Chevalier Peter Oluf Brøndsted, conservateur du Cabinet des médailles de Copenhague, acquiert 485 antiques des plus communs aux plus prestigieux durant la vente.

La collection Durand à travers le temps

La vente de la collection Durand a fait couler beaucoup d’encre en 1836 que se soit sur l’importance de ses objets ou sur les luttes qui ont secouées les acheteurs. Les objets ont également récoltés une certaine gloire en passant par cette collection. Lorsque nous les retrouvons, lors des ventes qui ont suivi, une mention du numéro Durand est souvent apposée à la notice du catalogue de vente, c’est le cas notamment lors des ventes Pourtalès en 1865 et Noël des Vergers en 1867 mais on en retrouve également dans l’inventaire manuscrit de la collection Clarac vendue à Toulouse dès 1843.

Contrairement donc à la volonté du chevalier Durand, sa collection est belle et bien dispersée non seulement en France mais également dans le reste de l’Europe et Outre-Atlantique. Comme nous l’avons déjà remarqué, l’histoire des antiques de la seconde collection Durand ne s’arrête pas en 1836, beaucoup de ces objets ont ensuite suivi leurs propres parcours à travers les collections et les ventes et ont souvent continué à enrichir les collections des grands musées. Ainsi le British Museum a par la suite acquis de nouveaux objets Durand par les collections Hope et Blacas entre autres. Le Louvre a fait de même aux ventes Beugnot ou encore Pourtalès tout comme le Cabinet des médailles. Par ces cheminements de collection en collection, on peut également trouver des antiquités Durand à Toronto, New-York, Boston, Bruxelles, Berlin, Goluchow…

Enfin la France n’est pas en reste, le XIXe siècle est également une période faste dans la création et l’enrichissement des musées de province grâce aux ventes et surtout aux legs des grands collectionneurs. Ainsi, la ville de Toulouse achète au comte de Clarac sa collection en 1843 dont certains objets proviennent de la vente Durand. Le marquis de la Marche lègue sa collection au musée des Beaux-Arts de Dijon. Turpin de Crissé léguera lui sa collection à la ville d’Angers ce qui mènera à la création du musée Pincé, il en est de même pour Antoine Vivenel à Compiègne…

Au final, nous avons ainsi pu localiser 28% des oeuvres de la collection Durand à travers le monde. Si cela semble peu c’est pourtant bien un pourcentage assez élevé en comparaison des autres ventes traitées.

Pourcentage des oeuvres localisées par Pays (certains musées important ont été mis à part)

Une petite anecdote pour conclure !

John Beazley, éminent spécialiste de vases grecs et précurseur de l’attributionisme appliqué aux peintres de vases attiques, a nommé un peintre à figures noires d’après la coupe n°126 de la collection Durand10 . Son nom : le peintre de Durand ! Malheureusement, cette coupe achetée par un dénommé Caran pour 335 francs lors de la vente n’est jamais réapparue, Beazley lui-même ne l’a jamais vu et a fait son attribution à partir d’une planche de l’Elite des monuments céramographiques de Jean de Witte et Charles Lenormant !

Coupe à figures noires, peintre de Durand, Elite des monuments céramographiques pl XLIX A.

Pour en savoir plus

Pour plus d’informations sur le Chevalier Durand et ses collections nous vous renvoyons aux excellents articles de Louise Detrez, conservatrice au Cabinet des médailles :

Louise Detrez, « Edme Antoine Durand (1768-1835) : un bâtisseur de collections », Les Cahiers de l’École du Louvre [En ligne], 4 | 2014. URL : http://journals.openedition.org/cel/485 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cel.485

Detrez, Louise et Pic, Marielle, « La vente des vases antiques de la collection Durand en 1836 : occasions manquées et choix opportuns pour les musées », La revue des musées de France, 2014, n°4, p.36-45.

ainsi qu’à la base de donnée du Programme sur AGORHA et à la datavisualisation sur laquelle les informations seront versées sous peu.



Citer ce billet
Lucille Garnery (2022, 10 août). La vente Durand de 1836. Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v67y

  1. notamment les ventes Mainvielle-Fodor de 1828, Révil de 1830, Hauterive de 1832 ou encore Canino de 1834 []
  2.  comme en témoigne notamment son rôle de correspondant de l’Istituto di correspondenza archeologica à partir de 1832 []
  3. Pour un petit aperçu du traitement des bijoux nous vous renvoyons au billet Les bijoux de la vente Durand (1836) : petit bilan statistique []
  4. dont le détail fera l’objet d’un autre billet []
  5. n’ont pas été traitées []
  6. n’ont pas été traitées []
  7. dont il semblerait que Fleury ait également acquis pour lui certains antiques lors de la vente []
  8. que l’on retrouve sous le nom de Fyot []
  9. sur les 39 miroirs de la vente la bibliothèque en acquiert 26 par Rollin []
  10. le catalogue Durand indique d’ailleurs par erreur que la coupe est à figures rouges. L’erreur est rectifiée dans l’Elite par de Witte []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search