Où est Achille ?

Réflexions autour d’un vase perdu des collections Pembroke et Hope

La vente des “objets inutiles” de Lord Pembroke à Paris, en avril 1839, fut l’occasion de la mise en circulation d’un très petit ensemble de dix-neuf vases grecs antiques provenant de Vulci et de Nola (fig. 1), perdus au sein d’un vaste ensemble de tables, armoires, porcelaines diverses et autres éléments du mobilier d’un riche hôtel particulier de la rue d’Anjou. Nous ignorons où, quand et comment il les a acquis ; il est cependant significatif que le Lord se sépare de cette petite collection d’antiques mais demeure attaché à sa collection de peintures qui seront, elles, vendues après sa mort. A ce titre, il ne paraît pas particulièrement passionné d’antiquités, contrairement à certains de ses aïeux. [voir notre précédent article sur la vente Pembroke]


Fig. 1.
Parcours actuellement connu des vases de la collection de Lord Pembroke vendue en 1839 à Paris.

Il y avait néanmoins au sein de cet embryon de collection quelques pièces d’exceptions, en tous cas aux yeux des savants contemporains qui les publièrent. C’est ainsi que cinq de ces vases sont connus par des dessins exécutés dès avant 1839, à l’époque où ils se trouvaient encore chez Lord Pembroke. Or, à la suite de Nicolas Plaoutine, nous n’avons pu identifier la localisation que de deux de ces vases dessinés. L’un eut un un parcours plutôt simple, puisque acquis par l’un des marchands Rollin en 1839 probablement commissionné par le duc de Luynes qui fit don de sa collection à la Bibliothèque nationale en 1862. L’autre est aujourd’hui au Metropolitan Museum après une longue errance qui devait le mener de Lord Pembroke jusqu’à Albert Eugène Gallatin aux États-Unis, dont la collection fut acquise par le musée en 1941. Ce genre de parcours, aux nombreux intermédiaires et erratiques dans leur documentation, peut expliquer certaines des difficultés que nous rencontrons souvent dans nos tentatives pour recomposer le chemin de ces collections dispersées.

En revanche, l’histoire du vase n° 91 (figs. 2-4), qui ouvre la série des vases grecs dans le catalogue, est singulière. Cette amphore dite « chalcidienne » porte l’une des plus minutieuses représentations de la mort d’Achille. Provenant de Vulci, elle est fréquemment citée et commentée. Elle fut attribuée en 1927 par Andreas Rumpf, auteur de l’étude phare sur les vases dits chalcidiens en raison de la graphie des lettres, issues de l’eubéen et employé à Chalcis et dans ses colonies, à un « peintre des inscriptions ». Actif en Italie du Sud dans la seconde moitié du VIe s. avant J.-C., il doit cette appellation à l’indication presque systématique du nom des personnages représentés. Au centre, sous le regard d’Athéna, Achille gît au sol, le visage de face, une flèche dans le flanc et une autre à travers le talon, du sang s’écoulant de ses blessures. Il vient d’être abattu par Pâris, à droite, qui tend encore son arc et continue de frapper. Ses flèches s’arrêtent toutefois sur le bouclier d’Ajax qui, tendu au-dessus d’Achille pour le protéger, enfonce et brise sa lance dans le corps du Troyen Glaukos, qui tentait d’enlever son corps en le tirant à l’aide d’une cordelette. Quatre autres Troyens se succèdent à droite : Enée et un compagnon anonyme tentent de venir en aide à Glaukos, tandis que Laodokos fils de Priam s’effondre, atteint par une des lances d’Ajax, face à un autre guerrier inconnu, Echippos. Entre lui et Athéna, une scénette un peu distincte montre l’Achéen Diomède pansé par son second Sthélénos. Lié au Troyen Glaukos par un serment d’hospitalité, il n’a pas pris part au combat. Ce détail souligne que, plus que la mort d’Achille, c’est en réalité la défense acharnée de son corps par Ajax aidé d’Athéna qui est ici mise en scène.

Fig. 2. Amphore de la Mort d’Achille, reproduction, in Rumpf, Andreas, Chalkidische Vasen 1927, pl. 12. Wikimedia Commons.

Cette image d’une incroyable densité n’est toutefois connue que par un relevé employé fréquemment (fig. 2), du LIMC à wikipédia, en passant par une version colorisée par Kathleen Vail ; il fait même office de couverture au livre de Jonathan D. Burges, The Death and Afterlife of Achilles, en 2009, omettant systématiquement la scène du pansement de Diomède. Ce dessin, publié par Rumpf, n’est en réalité qu’une partie de l’illustration d’Aloys Louis Hirt (fig. 3) pour le premier volume de cette nouvelle collection de recueils lancée en 1833 à Rome par l’Institut de correspondance archéologique, les Monumenti inediti – Monuments Inédits. La version complète nous apporte plus de détails ; outre le registre principal de la panse, l’auteur a reporté les scénettes de l’épaule et la forme complète du vase. La légende de l’illustration permet  d’affirmer qu’en 1833 ce vase appartenait déjà à Lord Pembroke.


Fig. 3. Aloys Louis Hirt, [Amphore de la mort d’Achille], in Monuments Inédits (…) I, 1833, pl. LI.

Dès les années qui suivent cette première publication, cette amphore est abondamment commentée pour son iconographie, avec la publication d’au moins un autre relevé qui diffère légèrement par sa mise en page (Francesco Inghirami, Galleria Omerica III, 1836, pl. CXXVIII, p. 392-394, fig. 4). Nous ignorons si le comte, fraîchement devenu Lord, vit déjà à Paris. A-t-il hérité de ce vase, l’a-t-il acheté sur le marché français ou londonien, ou directement en Italie lors de ses pérégrinations ? Quoiqu’il en soit, ce vase est le plus cher, et de loin, de la série mise en vente. Acheté par Durand-Duclos pour 2550 F., il surpasse largement la coupe de la Gigantomachie achetée pour “seulement” 660 F. Exception faite de deux des six luxueuses hippomobiles, qui entrent dans une toute autre catégorie, l’amphore de la mort d’Achille est l’objet de plus cher de la vente. Ce prix très élevé, équivalent de plusieurs années de salaires d’un membre du personnel domestique, surpasse celui de nombre de vases parmi les plus chers échangés sur le marché de l’art parisien en ce milieu de XIXe s.

Fig. 4. Francesco Inghirami, in Galleria Omerica III, 1836, pl. CXXVIII.

Ce montant est étonnamment similaire à celui d’un autre vase du même peintre, représentant Héraklès contre le triple Géryon en présence d’Athéna figurant dans une position strictement identique. Publié initialement en 1831 puis en 1833, il se trouvait alors dans la collection d’Agostino Feoli . Entre 1833 et 1839, il entre dans la collection Magnoncour. Il fut lui aussi découvert dans la région de Vulci, vraisemblablement entre 1828 et 1831 lors des fouilles menées par Feoli  dans la zone de la “Tenuta Feoli” à Campomorto, et lui aussi vendu en 1839, deux semaines seulement après la vente Pembroke, le 18 avril, lors de la vente Magnoncour. Emporté 2205 F. par Rollin, il suivit le même trajet que la coupe de la Gigantomachie et se trouve aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France. Cette coïncidence est curieuse : deux amphores chalcidiennes à figures noires du peintre des inscriptions, de même dimensions, de même provenance, apparus en même temps dans deux collections privées, revendues le même mois pour une somme presque identique. Une suspicion se forme, que seules des recherches ultérieures ou le hasard de la découverte d’un document d’archive pourraient confirmer ou infirmer : ces deux vases  proviendraient-ils d’un même contexte ? Cette possibilité se heurte au manque de sources et à l’existence d’autres vases attribués au peintre provenant eux-aussi de Vulci, à l’image d’un cratère du British Museum ou d’une autre amphore de la Bibliothèque nationale de France.

Fig. 4. Duc de Luynes, in : de Luynes, Description de quelques vases peints. Paris : Firmin Didot, 1840, pl.VIII. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k884438z/f42.image

Laurent Durand-Duclos, qui achète ce vase en compagnie de deux autres lors de la vente Pembroke, était le frère du collectionneur Edme Antoine Durand (1768-1835), qui possédait l’une des plus vastes collection de vases grecs et étrusques. Il fut peintre, marchand, expert et lui-même collectionneur. Lors de la vente posthume de la collection Durand-Duclos en février 1847, ce vase n’y figure pas, pas plus que les nombreuses antiquités acquises sur le marché de l’art au cours des deux décennies précédentes. C’est que Durand-Duclos est, pour ce qui est des antiques, surtout un marchand. Est-ce lui directement qui vend ce vase au richissime banquier et collectionneur William Hope, qui vit à Paris dans ces années-là ? L’amphore est en effet présente dix ans plus tard dans la vente de sa collection en 1849 (lot n° 62), cette fois organisée par Christies à Londres. Hope avait fui avec ses meubles la Révolution de 1848. Cette vente est la dernière preuve matérielle de son existence. Nous ignorons qui est ce nouvel acquéreur ; peut-être des recherches à Londres nous mettraient sur sa piste. Mais lorsque Salomon Reinach, dans le Répertoire des vases peints grecs et étrusques, publie en 1900 un relevé inspiré du dessin de L. Hirt, il ignore ce qu’est devenu le vase, qui est, au XXe s., également déclaré perdu par Andreas Rumpf, John Beazley et Nicolas Plaoutine.

Force est de constater que ce vase est perdu depuis 169 ans.

Comment ne pas exprimer nos regrets ? Le peintre des inscriptions est l’un mieux connus  parmi les artistes dits chalcidiens ; Rumpf lui attribue même l’invention du style, probablement dans la cité de Rhegion, actuelle Reggio de Calabre. Les vases du peintre des inscriptions sont fascinants à plusieurs titres : les mises en scènes extrêmement détaillées, leurs liens parfois intimes avec la littérature, l’équilibre des couleurs, l’animation des figures ou encore les compositions efficaces qui multiplient les effets de superpositions, en particulier des éléments secondaires de la narration tels  que troupeaux de bœufs ou de chevaux, sans nuire un tant soit peu à la lisibilité. La plupart des vases qui lui sont attribués sont anciennement connus, issus des grandes fouilles d’Étrurie, à l’exception essentiellement d’une amphore conservée au J. P. Getty Museum, qui apparaît dans les années 1980 aux mains du marchand Robin Symes, de sinistre réputation.

Une question demeure : comment un vase d’une telle importance, encore commenté de nos jours,  peut-il disparaître ainsi sans laisser de traces ? Nous n’avons aucune réponse à apporter actuellement. Il est vraisemblable que ce vase, ainsi que bien d’autres, ait été acquis par un marchand ou  collectionneur privé, au lieu d’un musée. A-t-il été détruit ? Est-il encore exposé dans une collection privée inédite ? Repose-t-il dans quelque attique ou grenier, oublié dans un carton poussiéreux ? Nous pourrions fantasmer au plaisir sur son devenir, sans que cela ne masque le problème fondamental qu’est la volatilité des œuvres sur le marché de l’art, qui à lui seul justifie que nous dussions, près de deux siècles plus tard, tenter de retracer le parcours de ces objets.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.