1855, une année en salles des ventes (3). Les types de vente.

Par Lucille Garnery, Camille Nerestan, Morgan Belzic.

Typologie des ventes et résultats.

Nous avons tenté d’organiser la typologie des ventes à partir des titres des procès-verbaux et des catalogues. Toute la difficulté réside dans la porosité des ventes et des objets, puisque la plupart des ventes sont mixtes, et mélangent plusieurs supports, et que certaines catégories sont flexibles, comme celle des “objets mobiliers”, “effets mobiliers” et des “objets d’art” ou de “curiosité”. Les ventes composées majoritairement d’antiquités sont peu nombreuses et représentent 2% du total.

Fig. 1.

Types et secteurs de ventes

Pour y voir plus clair, nous pouvons répartir ces ventes en quatre grands secteurs.

Le secteur 1, qui comprend des éléments liés au quotidien et à l’activité économique, avec en particulier les chevaux et voitures, les vins & spiritueux, l’outillage et les animaux et une partie du textile,représente environ 20% de l’ensemble des ventes. 

Le secteur 2, qui comprend essentiellement du mobilier privé ou d’entreprise, des contenus d’appartements ou de résidences, représente 33% des ventes environ.

Le secteur 3 comprend essentiellement les ventes de tableaux et arts graphiques (gravures, dessins, estampes, aquarelles…), représente environ 25% des ventes.

Le secteur 4, enfin, regroupe la vaste catégorie des objets d’arts, avec toute les variétés possibles, depuis les soieries jusqu’aux bijoux contemporains et les monnaies. C’est au sein de cet ensemble, qui correspond à moins de 20% des ventes, que se situent les antiquités, objets ou monnaies.

Fig. 2. Répartition des ventes par secteur et résultats.

Fig. 3. Répartition des ventes par secteur et résultats.

Pour récapituler et simplifier, et en mettant en valeur les ventes situées à la croisée des différents secteurs, nous pouvons constater la place relativement peu signifiante des antiquités au sein des ventes publiques, et d’une manière générale mettre en valeur la place prépondérante des peintures et arts graphiques à tous les niveaux, en termes de nombres de lots, de prix comme de nombre de ventes. Les antiquités font partie, plus largement, d’un secteur toutefois majeur des ventes publiques, et au sein de ce secteur, composent une part non négligeable des ventes.

Fig. 4. Comparaison entre les trois études.

Evidemment, ces résultats varient considérablement d’une étude à l’autre. Prenons l’exemple de Bonnefons, avec des secteurs 1 et 2 sous-représentés en termes de nombres de vente, et insignifiant au regard des résultats, par opposition aux arts graphiques et objets d’arts qui composent l’essentiel de leur activité. 

Le secteur 2 est en revanche surreprésenté chez Delbergue, le secteur 1 presque absent. C’est donc Pouchet qui, surtout, engrange une grande partie de ses résultats grâce aux ventes de secteur 1, en particulier grâce à son association avec un vendeur de chevaux réputé, Salvador Chéri. En 1868, Léa de Saint Raymond note encore que la vente de voitures et chevaux représente ⅓ de son activité (op. cit., p. 197).

Fig. 5. Répartition des ventes Bonnefons & Pillet par catégories et résultats.

Dans l’ensemble, les antiquités sont donc presque épiphénoménales sur cette année “normale” de 1855. Les ventes d’antiques se confondent, pour l’essentiel, au sein des ventes d’objets d’arts et de curiosités, et ne se distinguent pas en termes de résultats. Tout au plus pouvons nous voir parfois des résultats un peu supérieurs vis à vis des objets plus récents, mais comparé au prix des tableaux, en particulier anciens, les proportions sont bien plus faibles ; cela rejoint le constat que nous avions dressé pour la vente Pourtalès en 1865.

1855 est-elle représentative de l’ensemble du XIXe siècle ? Possiblement. Il faudrait, pour s’en assurer, effectuer le même travail quelques décennies plus tôt et plus tard ; et si nous étendions également l’inventaire à d’autres maisons de vente qui ne sont pas impliquées dans ce marché, nous aurions alors probablement une diminution de l’importance des ventes d’antiquités.

Fig. 6. Robida, A. , «À l’hôtel des ventes » dans Le journal amusant, journal illustré, n° 636, 7 mars 1868.

Si elles sont un rouage important des ventes d’objets d’art, cette étude appelle donc à relativiser largement l’importance du marché des antiquités dans les ventes publiques  parisiennes du XIXe siècle.







Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.