1855, une année en salles des ventes (6). Conclusions et perspectives.

L’étude de l’ensemble des ventes des trois études de 1855 met donc en valeur deux phénomènes à retenir : d’une part la portion réduite des ventes d’archéologie même au sein de l’activité économique des études qui y sont pourtant principalement liées, d’autre part le rôle de marchands joué par les membres de ces mêmes études.

Si nous nous doutions fortement des premiers résultats, le comportement des études de commissaires-priseurs a été une véritable surprise : nous ne nous doutions pas de l’importance des assistants du commissaire dans l’organisation des ventes, de leur rôle parfois majeur en tant que requérants ou mandataires. 

Il y a là les signes d’une fluidité des rôles qui contrevient à l’idée générale que nous nous faisons habituellement des ventes publiques, avec des études qui ne sont pas seulement au service des vendeurs, de manière passive, mais qui ont un rôle proactif dans la mise en vente des biens. 

Tant la géographie que la sociologie des ventes montrent qu’il s’agit avant tout d’un étroit microcosme, quelles que soient les catégories de biens considérées. Les acteurs principaux sont peu nombreux et récurrents, avec un rôle de premier plan joué par les marchands et experts, dont les fonctions se confondent. Une large partie des ventes émanent d’une étroite sphère géographique et sociale qui entourent les études des commissaires-priseurs.

Illustration dans la VP de l'article de Champfleury 1863

fig. 4

Cette étude ne donne qu’un point de focale et de comparaison qui ne saurait être dupliqué pour toutes les années du siècle ; il faudrait plonger encore longuement dans les archives pour constituer un référentiel aussi solide au début et à la fin du siècle. Mais cette analyse permet, peu à peu, d’acquérir une base solide pour encadrer l’histoire des ventes d’antiques au sein des ventes publiques du XIXe siècle.







Citer ce billet
Lucille Garnery (2022, 19 mai). 1855, une année en salles des ventes (6). Conclusions et perspectives. Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v67r

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search