1855, une année en salles des ventes (5). La géographie.

La géographie des ventes d’antiques au sein des ventes publiques en 1855.

Une autre donnée, prise en considération dans les procès-verbaux des ventes, traduit également cette grande proximité entre les différents acteurs que la récurrence des noms et l’organisation des études permettent de pressentir : les adresses. En reprenant l’ensemble des localisations associées au différents acteurs et, à l’instar de la carte des marchands composée par Léa Saint-Raymond (fig. 1), en les reportant sur une carte, il nous est possible de dresser un aperçu du “Paris des enchères” avec ses points névralgiques, ses zones de connexions et ses périphéries, bref les réseaux.

Carte interactive de la géographie du marché parisien (Géo MAP) pour l'année 1855

Fig. 1

Retranscrire sur une carte l’ensemble de ces localisations demande dans un premier temps de les relever au sein des procès-verbaux, de les trier et de les recouper. Entre les appellations approximatives ou fautives ( “rue basse” du temple, des remparts laquelle? ), celles qui ne sont pas développées car allant de soi (“à l’hôtel” =l’hôtel Drouot sans doute puisqu’il est question d’un huissier Gillet lors d’une vente mandatée “Pilardeau” chez Pouchet le 5 février) et celles qui ont disparues ou ont été renommées avec l’évolution de la géographie parisienne (rue neuve Saint-Eustache = rue d’Aboukir), il est parfois peu évident de s’y retrouver. D’autant plus que l’évolution des limites de Paris sous le second Empire et les grands travaux haussmanniens ont grandement modifiés la physionomie de la ville. Et si un certain nombre d’adresses sont récurrentes, et même parfois se prêtent ou se louent, la multiplication des propriétaires lors des ventes composées et des ventes de successions accroît fortement le nombre d’éléments à traiter  (fig. 2). Il est donc nécessaire d’établir un tri pour parvenir à y voir plus clair.

Vue satélitte de Paris avec l'ensemble des adresses des ventes de 1855 reportées.

Fig. 2

Par étude

Le premier critère de tri, celui qui peut sembler le plus évident, est le tri par étude. Il permet de mettre en évidence le profil des ventes assurées par chaque commissaire-priseur. 

vue extrême des adresses de Ridel-Pouchet

fig. 3

La carte présentant les adresses des procès-verbaux de chez Pouchet-Ridel demande la focale la plus large. Il s’agit en effet de la seule étude pour laquelle nous disposons d’une adresse transatlantique (fig. 3). Elle apparaît dans le cadre d’une succession. Anne Marie Louise Collot, marquise de Radepont, est l’épouse d’un ancien officier d’état major, Louis Victor Dubore, marquis de Radepont, localisé à Véra Cruz (Mexique), mais elle séjourne en réalité à Paris, auprès de sa sœur, rue Bellechasse. Lors de la vente de la succession Collot, les 2 adresses sont données : une de droit et une de fait. Si le caractère unique de cette localisation pourrait la faire passer du côté de l’anecdote, elle traduit en réalité la prééminence de Paris comme lieu des ventes et ce même pour les ventes après de décès ou de succession, alors que le défunt ou les bénéficières ne sont pas parisiens. L’étude de Ridel-Pouchet présente un nombre significatif de ce type de vente. 

Vue satellite présentant les adresses pour l'études Bonnefons-pillet

Fig. 4

Pour l’étude de Bonnefons-Pillet, il y a plus d’adresses en dehors de Paris en particulier à l’international avec marchands spécialisés (porcelaine, volailles…) mais aussi en régions (tableaux, vins,…) (fig.4). Il est peu évident de saisir la réalité du flux des marchands internationaux dont l’adresse d’hébergement sur Paris est donnée sans que ne soit spécifiée leur adresse d’origine, à l’inverse de ce qui est fait pour Jules Isaac Boasberg, marchand “demeurant à Amsterdam et momentanément à Paris, hôtel de France et de Champagne, rue Montmartre”. De même l’adresse communiquée à l’étude peut être celle d’un représentant parisien. L’attrait de Paris pour des ventes spécialisées est également perceptible au travers de la démarche de Charles Node, artiste peintre montpelliérain qui préfère le marché parisien ouvert à l’international pour vendre ses œuvres.

vue satellite de l'ensemblle de adresse de l'étude Delbergue

Fig. 5

Les adresses présentes sur les procès-verbaux de l’étude de Delbergue  sont principalement parisiennes (fig. 5). Ce resserrement géographique permet de prendre conscience de la nécessité d’introduire de nouveaux critères de tri. Car si le tri par maison permet d’y voir un peu mieux, il est encore possible d’appliquer un filtre supplémentaire sur nos données brutes à partir de nos premières observations, par exemple en re-répartissant les adresses par type d’acteurs des ventes : témoins, déclarants, requérants, propriétaires.

La mise en parallèle des cartes établies à parti de ces catégories permet chez Delbergue, comme pour nos deux autres études, de saisir visuellement le phénomène d’accumulation des rôles par les même acteurs. Par exemple la superposition du nom de Joseph Gaillard (fig. 5) témoigne de sa présence dans les ventes à la fois comme propriétaire, comme requérants mais également comme déclarants. La cartographie vient donc renforcer les premiers constats sur les études et sur les acteurs, mais elle peut également mettre en lumière d’autres spécificités des ventes aux enchères.

Par lieu de vente (vente en hôtel, vente à domicile, vente spécifique)

Le pluriel appliqué à l’expression “salle des ventes” dans le titre de cette communication renvoie à une réalité de multiplications des lieux de ventes qui apparaissent clairement sur les cartographies. Il peut s’agir de lieux dédiés, ponctuellement, comme la salle Valentino, salle de bal accueillant d’autres évènements, ou de façons pérenne, comme la salle Lebrun, dans le Sentier, et la salle Sylvestre, rue des Bons-Enfants (fig. 6). Il existe également des lieux consacrées à des activités spécifiques qui accueillent les ventes spécifiques dédiées à ces activités tel que les ventes de vins quai de Bercy (fig. 7). Enfin, il apparaît aussi que des espaces privés s’ouvrent au public le temps d’une vente. Ce cas de figure se présente surtout lors de vente après décès ou de vente judiciaire. Par exemple, le procès-verbal de la vente Hope donne la description des aménagements effectués – et facturés – pour accueillir le public dans l’hôtel particulier, 131 rue saint Dominique, avec la distinction entre les espaces d’exposition et la salle de vente temporaire. 

Vue satellite présentant les différentes salles de vente et la localisation des études

Fig. 6

L’hôtel Drouot (fig. 7), inauguré en 1852, n’a pas encore son statut hégémonique mais il concentre déjà un très grand nombre de ventes (+/-219). Ce fait n’est pas vraiment perceptible dans un premier temps à cause des variations d’adresses – 5 rue Drouot, différents numéros rue Rossini – qui apparaissent sur les procès-verbaux. Cette variété traduit une réalité, bien décrite par Léa Saint Raymond dans son chapitre “l’hôtel Drouot, théâtre du beau monde”, de la pluralité des ventes et de leur publics au sein même de l’hôtel. Celui-ci est même desservi par différentes entrées, dont l’entrée bourgeoise rue Drouot, à proprement parlé, qui conduit directement au premier étage. La distinction entre les salles, qui peut parfois être portée sur le procès-verbal puisque leur tarification n’est pas la même (fig. 8), est systématiquement donnée sur les affiches et nous renseigne de façon indirecte sur la qualité des objets mis en vente et leur typologie.

Vue satellite avec localisation des ventes à Drouot

Fig. 7

Plan avec répartition de coûts de location

Fig. 8

Par typologie d’objet

La distinction qui s’opère au sein de l’hôtel Drouot existe à l’échelle plus grande de la ville. Si nous reprenons le traitement des ventes par secteurs, tel que défini dans la partie 3 , à l’exception des ventes auxquelles plusieurs catégories peuvent s’appliquer, les lieux de vente ne se recouvrent pas et s’organisent autours des pôles d’activités spécifiques à chaque productions.

Ainsi par exemple, les ventes du secteur 1 s’organisent autours des espaces dédiés à l’équitation pour les ventes de chevaux (fig. 9). L’établissement de M. Salvador dit Chéri, 49 rue de Ponthieu est l’adresse la plus récurrente de ce type de vente mais l’ancien marché aux chevaux (à l’emplacement du boulevard de l’hôpital) et les locaux d’exposition du champs de mars sont également présents. La variété des points de vente traduit ici aussi des niveaux de qualités différentes pour les biens. Ainsi les bêtes présentées chez Chéri ont un pédigrée et sont destinées à des activités de loisirs plus que les bêtes de sommes de l’ancien marché aux chevaux. Il est à noter que, bien que fondé en 1855 à l’imitation de celui de Londres, le Tattersall de la rue Beaujon n’apparait pas dans les procès verbaux traités.  

De la même manière, les ventes du secteur 2 (fig. 10) sont plutôt polarisées autours des artisans de la rive droite, les ventes du secteurs 3 (fig. 11) autours du quartier de la Bourse et le secteur 4 (fig. 12) avec sa variété de biens s’étend quant à lui jusqu’à la rive gauche.  

Vue satellite avec les localisation des ventes par typologie pour le secteur 1

fig. 9

Vue satellite avec les localisation des ventes par typologie pour le secteur 2

fig.10

Vue satellite avec les localisation des ventes par typologie pour le secteur 3

fig.11

Vue satellite avec les localisation des ventes par typologie pour le secteur 4

fig.12

La cartographie, bien que requérant un travail supplémentaire de traitement des données, permet en jouant avec les critères de tri de mettre en lumière différentes informations sur les ventes aux enchères et sur les milieux où elles prennent place, dont celles développées ici sont un exemple.  





Citer ce billet
Camille Nerestan (2022, 19 mai). 1855, une année en salles des ventes (5). La géographie. Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v67s

Camille Nerestan

Vacataire à l'INHA.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search