1855, une année en salles des ventes (2). Ventes et études.

L’analyse des ventes de l’année 1855 permet peu à peu de comprendre la place des ventes d’objets antiques au sein de l’activité des études de commissaires-priseurs à Paris au XIXe s.

Les ventes d’antiques en 1855 et les études de commissaires-priseurs responsables.

Les trois études sélectionnées, Bonnefons-Pillet, Ridel-Pouchet et Delbergue, ne représentent qu’une portion des études officiellement actives en 1855 : au moins 79 commissaires-priseurs sont enregistrés à la chambre des commissaires-priseurs du département de la Seine, formant un moindre nombre d’études car certains ont le statut de commissaire-priseur mais pas d’étude à leur nom ; nous n’avons identifié les archives que de 27 études seulement aux archives de la ville de Paris.

Sur les onze ventes recensées pour les antiquités en 1855, un procès-verbal est manquant et pas des moindre : il s’agit de la principale vente, Raoul-Rochette, dont un fantôme nous indique qu’il a été versé dans les archives de maître Boulland, dont les minutes (autre nom des procès-verbaux) sont absentes des archives de la ville de Paris. C’est d’autant plus dommage qu’il s’agit de la principale vente de l’année, émanant d’une figure majeure de l’archéologie dans les réseaux internationaux, avec pas moins de 342 lots antiques, dont bon nombre d’antiquités orientales et égyptiennes, connues par un beau catalogue. 

Les ventes d’antiques de 1855

Fig. 1. Vente Bénard, N°1003, dessiné par J.-B. Muret. https://agorha.inha.fr/ark:/54721/5cdcbecb-0685-46c6-aac0-75a4c41730eb

La vente Bénard comprend essentiellement des monnaies, monnaies gauloises, grecques et romaines, mais aussi des sculptures en marbre et en bronze, objets mobiliers et armes. Ancien maire de Sermaize dans la Marne, il a donné à sa mort, en 1854, une sélection d’antiquités au musée de Bar-le-Duc ; le reste de sa collection est dispersé au profit de ses héritiers, mais à la requête de Camille Rollin.

La vente Delange comprend quelques antiques, elle est le fait de Carl Delange, antiquaire et expert en art de la Renaissance connu en particulier pour son rôle de fournisseur et de mandataire auprès d’Auguste Dutuit. Il ne semble pas y avoir de catalogue.

La vente Roussel émane de François Roussel, notifié comme expert au 5 rue Neuve de l’Université ; elle comprend 177 lots d’antiquités, que nous ne connaissons pas encore en détail puisque le catalogue n’a pas encore été consulté.

La vente Bourgeois-Thièry comprend 380 lots antiques sur 360 au total, ce qui en fait une vente de premier plan ; elle comprend un ensemble de 210 lots d’antiquités égyptiennes, 29 vases grecs essentiellement originaires d’Italie du Sud et de Vulci, 20 lampes en terres cuites, 5 verres antiques, 34 bronzes gréco-romains répartis en 215 lots.

La vente Vattier de Bourville est l’un de nos problèmes principaux, puisqu’elle émane d’un consul de France en Libye et à Constantinople qui fut l’un des principaux pourvoyeur d’antiquités de Cyrénaïque, d’où émane la belle collection actuellement au Louvre. Mais sa vente, au profit de sa veuve en seconde noces, n’a pas fait l’objet d’un catalogue. Je vous renvoie à la publication en ligne sur ce sujet suites aux recherches effectuées par Elsa Bergès sur notre carnet de recherche, “la vente maudite de 1855”. 

La vente Callet est celle, posthume et au profit de ses héritiers, de l’architecte Félix Emmanuel Callet, architecte d’état de la ville de Paris, qui exprime tout au long de sa carrière un puissant goût antique, et à qui l’on doit par exemple l’ancien hôtel des commissaires priseurs. Sa vente comprend des antiquités égyptiennes (statuettes, amulettes), lampes, vases en terre cuite, fresques, verres, bronzes (objets mobiliers, vases), médailles romaines, marbres, répartis en 107 lots.

La vente Collot est celle de l’ancien directeur de la Monnaie et de la Banque de France, au profit de ses héritiers. Elle ne comprend que 36 lots et un seul antique, un hermès à tête de satyre en marbre.

La vente Hope, celle du richissime collectionneur anglais William Hope installé à Paris, est la principale vente, toutes catégories confondues, pour l’année 55. Plusieurs milliers de lots sont divisés en plusieurs ventes pendant plusieurs mois. Nous avons dénombré une soixantaine de lots antiques.

Fig. 2. Affiche de la vente Marcel / Desnoyer (Archives de la ville de Paris).

La vente Marcel / Desnoyer (fig. 2), enfin, a été une belle surprise puisque nous ne la connaissions absolument pas. Elle ne figure pas dans le Lugt, et n’a visiblement pas non plus fait l’objet d’un catalogue. Elle est effectuée à domicile, à la requête d’un certain Jean Louis Desnoyers, 99 rue Ménilmontant, qui correspond à l’adresse de Jean Joseph Marcel, ancien directeur des imprimeries du Caire, décédé en 1854. Il s’agit peut-être d’un héritier ou d’un ayant-droit. La vente comprend une vingtaine de lots antiques.

Ce sont donc essentiellement des ventes de collections privées et ventes posthumes au profit des héritiers.

Les trois études : Pillet, Pouchet, Delbergue

Les trois études en question sont celles qui sont certainement les plus actives dans le champ des objets mobiliers. L’année 1855 représente, pour chacune d’elles, une période faste.

La première étude doit son développement à Nicolas Ridel, de 1833 à 1854. Cela ne fait que quelques mois qu’elle a été reprise par Saturnin Pouchet, qui a eu une carrière plus courte à la tête de la maison, jusque 1858. Nous ignorons le prix d’achat de l’office en 1854, mais nous savons que Escribe la revend 500000 francs en 1890.

Fig. 3.

La deuxième est certainement la plus célèbre, puisqu’elle a cumulé la plupart des ventes importantes d’antiquités et objets d’arts au début du XIXe siècle, sous l’égide de Bonnefons de Lavialle, pendant presque 50 ans. Son ancien assistant, Charles Pillet,  rachète l’office en 1855 pour une somme extrêmement importante, 150000 francs, qui équivaut au prix d’un petit château en Ile de France. Il dirige la maison jusqu’en 1881, lorsqu’elle passe à Chevallier. Léa Saint Raymond rappelle que Pillet était surnommé le “Napoléon de l’enchère” (op. cit., p. 195) par Champfleury et Rochefort, et son activité dépasse celle de son auguste prédécesseur comme en témoigne le prix de revente de l’office, 550 000 francs, en 1881.

La troisième, en 1855, a été rachetée quelque année auparavant pour une somme importante par Victorien Delbergue, qui en développe considérablement l’activité pendant une vingtaine d’années jusqu’en 1875 lorsqu’elle est rachetée par Maurice Delestre pour trois fois son prix initial.

Fig. 4. Proportions des ventes. a. Les trois études sur l’ensemble des ventes d’antiques au XIXe s. b. La proportion des lots vendus en 1855 par étude. c. la proportion des ventes de 1855 par étude. d. La proportion des résultats de vente par étude.

Ces trois maisons sont à l’origine des ⅔ des 635 ventes d’antiquités recensées pour le XIXe siècle, avec en particulier l’étude Bonnefons-Pillet qui comprend plus de 40% des ventes à elle seule (fig. 4a). 

Sur les 345 ventes identifiées en 1855 toutefois, plus de la moitié relèvent de Pouchet, avec 185 ventes, 107 ventes pour Pillet et 55 ventes pour Delbergue (fig. 4c).

En termes d’argent, les résultats indiquent que Pouchet a réalisé plus d’1,8 million de francs en vente, contre moins d’un million pour Pillet et environ 250000 francs pour Delbergue (fig. 4d).

En termes de nombre de lots vendus, inférieur au nombre d’objets puisqu’un lot peut comprendre des dizaines d’items, nous en avons recensé 26432 pour Pouchet, 15689 pour Bonnefons-Pillet et 12250 pour Delbergue, qui vend donc des quantités pour des sommes plutôt faibles (fig. 4b).

Fig. 5.

Le nombre de lots par procès-verbal est en moyenne de 160, mais les variations sont importantes, avec des ventes de plus de mille lots contre des ventes comprenant 1 à 10 lots. La majorité des ventes ne dure que quelques heures sur une demi-journée, mais un nombre important de ventes s’étale sur deux ou trois jours. Il y a également une vente exceptionnelle, celle de William Hope chez Pouchet, qui s’étale sur plusieurs mois.

Les résultats des ventes varient considérablement évidemment. De 135 francs le 12 septembre pour la plus faible, elles s’élèvent jusqu’à 237165 francs le 19 mars ; nous sommes loin des montants de ventes exceptionnelles, comme la vente Pourtalès, avec plus de 2 millions de francs en 1865 et la plupart des ventes se situent près de la valeur minimale, avec un prix médian de 5530 francs.





 

 



Citer ce billet
Morgan Belzic (2022, 19 mai). 1855, une année en salles des ventes (2). Ventes et études. Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v67v

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search