La vente Albert Barre en 1878

fig. 1

Parmi les ventes d’antiquités qui ont émaillé le 19e siècle à Paris, celle de la collection d’Albert Barre tient une place importante, car elle signe une époque : la décennie des années 70. Son titre est à lui seul une marque des temps : “ANTIQUITES GRECQUES, vases peints de la Grande-Grèce et de l’Attique, TERRES CUITES DE TANAGRA, Poteries et vases Chypriotes”. Outre les traditionnelles mais convoitées antiquités grecques, l’accent mis sur les Tanagra et les antiquités Chypriotes révèle en effet deux catégories relativement nouvelles sur le marché : les terres cuite du site de Tanagra ayant livré des quantités considérables d’objets s’imposant dans les collections à partir de la seconde moitié des années 1860 et les antiquités de Chypre, dont l’arrivée massive (plus de 30000 objets) suite aux fouilles de Cesnola  modifie considérablement la composition des ventes à partir de 1870. 

Fig. 2.

Albert-Désiré Barre (1818-1878)

Albert-Désiré Barre (fig. 1) est né dans une famille parisienne bien implantée dans les milieux artistiques et marchands puisque son père, Jean-Jacques Barre (1793-1855), simple ouvrier graveur à la monnaie de Paris, est devenu en 1842 Graveur Général des Monnaies. Son frère aîné, Jean-Auguste Barre, entre à l’Ecole des Beaux-Arts et se forme à la sculpture. Albert-Désiré suis ses pas et devient peintre, auprès de Paul Delaroche. Il partage avec son frère un goût prononcé pour l’art antique et s’exprime dans un style principalement néo-classique. En 1845, il devient le bras droit de son père avant de lui succéder à sa mort en 1855. Jusqu’en 1878, il règne en grande partie sur les émissions de monnaies, timbres et médailles du Second Empire et du début de la IIIe République, travaillant également ponctuellement pour d’autres pays, comme le Vénézuela et la Grèce. Il publie en 1867 une somme considérable pour l’histoire des graveurs, Graveurs Généraux et particuliers des Monnaies de France, Contrôleurs Généraux des Effigies, Noms de quelques graveurs en Médailles de la Renaissance Française. Il est membre de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France ainsi que de la Société française de numismatique, depuis les années 1860. A sa mort, en 1878, son frère lui succède comme Graveur Général, clôturant ainsi la “dynastie Barre“. La vente est effectuée de son vivant, mais il s’en est fallut de peu  : les enchères ont lieu du 16 au 18 avril, Albert Barre décède le 29 décembre suivant. Il est donc probablement à l’origine de la vente, afin peut-être de répartir l’argent entre ses héritiers. Néanmoins, le bénéficiaire révélé par le procès-verbal n’est autre que Henri Hoffmann, le nom d’Albert Barre ne figurant ni sur les documents officiels, ni même sur la couverture catalogue, Catalogue de la collection Albert B***. Curieusement toutefois, cet “anonymat” est rompu par le rédacteur du catalogue dès la première page. 

fig. 3

La collection Barre

Le goût de Barre pour l’Antiquité remonterait en particulier à ses années de formation avec Delaroche ; il voyage en Italie et achète des antiquités. Nous ignorons tout de l’histoire de la constitution de sa collection. Il n’apparaît pas, pour le moment, dans les procès-verbaux que nous avons analysé, mais le catalogue recèle des indices. Dans l’avant-propos de W. Froehner, rédacteur du catalogue, ne nous donne que de maigres indications : 

Fig. 4. Composition du catalogue de la vente Barre, 1878.

La collection de M. Albert Barre a ce qui manque à beaucoup de collections, elle a un caractère. Les séries dont elle se compose, trois ou quatre, forment un ensemble, une suite presque ininterrompue, qui prend Fart grec à son réveil et le conduit jusqu’à l’époque d’Alexandre. Terres cuites, vases peints, antiquités chypriotes : chaque groupe présente une image complète du développement de l’art. Ce n’est pas au point de vue de la science que les objets ont été choisis ; une pensée artistique a présidé à leur réunion. Tout relève de cette pensée et tout y ramène.

Il énumère ensuite les qualités de la collection : les Tanagra en première place (“elles feraient l’ornement d’un musée”), les vases peints (“sujets de la plus haute importance”), les antiquités de Chypre (qui permettent “de ressaisir la filiation entre l’art phénicien et l’art hellénique”). Il détaille néanmoins ces diverses catégories dans ce qu’il nomme des “en-têtes”, autrement dit des synthèses, l’une consacrée aux antiquités chypriotes, une deuxième aux vases grecs, une dernières aux terres-cuites grecques.

Il insiste ainsi beaucoup sur les fouilles Cesnola à Chypre, ce qui laisse supposer la provenance des objets, achetés directement ou par l’intermédiaire d’une vente publique. Plusieurs mentions de la vente Castellani laissent songer à un achat lors de la vente parisienne de 1864. Enfin, quelques indications de provenance éparses (Rome, Capoue…) font penser à des achats via des marchands italiens ou parisiens se fournissant en Italie. Quant aux terres cuites, elles semblent provenir de Grèce essentiellement, un peu d’Italie du Sud, mais nous ignorons par quel canal.

D’une manière générale, les achats paraissent relativement récents : les indications des fouilles de Chypre et de Béotie renvoie essentiellement à la décennie écoulée ; la vente Castellani a eu lieu en 1864 ; le n°505 indique “trouvé dans les fouilles de l’Hôtel-Dieu en 1866” ; le n°490 “trouvé à Rome en 1874”. Il apparaît donc, pour le moment, que l’essentiel de la collection a été constituée de 1864 au plus tôt à 1878 au plus tard. Il n’y a toutefois pas de mention de la vente Pourtalès de 1865, ni des principales ventes de la décennie 1870.

La composition du catalogue donne déjà une idée relativement claire de cette collection (fig. 4) avec une nette domination numérique des antiquités Chypriotes, dont le détail (fig. 5) permet de révéler la diversité.

Fig. 5. Composition de la section “antiquités de Chypre” dans le catalogue de la vente Barre, 1878.

Le catalogue de Froehner

Rédigé par Froehner, le catalogue de la vente Barre est l’un des plus soignés de la période. Non seulement il contient les deux synthèses, fort intéressantes, sur les antiquités de Chypre et Tanagra, mais les notices sont relativement développées et précises. En outre, c’est là sa principale qualité, il est illustré : une édition encore rare dans les années 1870. Le texte est parsemé d’une vingtaine de gravures et accompagné d’une douzaine de planches avec sept chromolithographies et cinq photographies. Il illustre le mélange, habituel depuis les années 1860, entre ces trois supports permettant d’obtenir un ensemble ponctuellement colorisé de premier ordre. Avec le style direct qui le caractérise, Froehner nous donne quelques indications sur son travail, vraisemblablement commandité par son ami Henri Hoffmann : 

Mon travail personnel se réduit à peu de chose. J’ai fait reproduire quarante-quatre objets des plus marquants, soit au moyen de la gravure, soit par la photographie ou la lithographie en couleurs. Le moindre croquis vaut mieux que la description la plus exacte ; on voit les objets de loin, on est à même de les apprécier d’un coup d’œil et d’asseoir un jugement. Quant au texte, je n’ai appuyé que sur les détails qui profitent directement à la science. Un catalogue n’est pas une dissertation; c’est un inventaire, bref, rapide, entrecoupé, qui change d’un numéro à l’autre et ne supporte pas de lecture suivie. Pour obvier à ce défaut, j’ai réuni sur quelques pages tout ce qui pouvait se détacher de la description des monuments. Ces en-tête donneront une idée plus claire, plus vivante des fouilles de Chypre et de Tanagra. Loin de diminuer les objets, c’est les grandir et en doubler l’intérêt que de les rapprocher de leur source.

Fig. 6
Fig. 7

Ainsi, la lecture du catalogue est plaisante et informative ; certes il ne se lit pas de bout en bout, mais il permet de sélectionner des informations, guidé par le poids des images. Les acquéreurs sont également influencés par le visuel : les objets illustrés sont ceux qui partent au prix le plus élevé. Notons la science évolutive, qui condamne Froehner a n’être pas capable de distinguer les objets de l’âge du bronze au sein des œuvres “très primitives” ; nous assistons au balbutiement de la reconnaissance du monde préhellénique.

Froehner est, à cette époque et depuis la fin du Second Empire, personna non grata au musée du Louvre, d’où il a été évincé. Il a perdu ses principaux soutiens universitaires. La rédaction de catalogues est l’une de ses principales activités et il succède ainsi à Jean de Witte comme principal “catalogueur” d’antiquités, que ce soit pour les collections privées (la collection Dutuit) ou surtout pour les ventes à Drouot, en collaboration avec Hoffmann.

Une vente Hoffmann

Fig. 8. Répartition des acquéreurs d’après le procès-verbal.

Henri Hoffmann est bel est bien le principal acteur de cette vente. Il en est à la fois l’expert, le commanditaire et le bénéficiaire. Avait-il acheté d’un bloc la collection à Albert Barre ? C’est possible, car il n’apparaît pas comme “mandataire” sur le procès-verbal. Est-il possible, par conséquent, qu’il ait mélangé d’autres antiques à cette collection initiale ? Il ne faut pas écarter cette possibilité tant Hoffmann apparaît comme le grand pourvoyeur d’antiquités lors des ventes publiques de la fin du siècle, en tant que premier expert et principal marchand. A ce titre, il concurrence également la maison Rollin et Feuardent pour les ventes directes. Il s’associe ici à l’étude de Maurice-Delestre, qui figure, avec l’étude Pillet, comme la principale société de vente publique pour les antiquités dans le dernier tiers du siècle. Hoffmann apparaît enfin, et c’est là le point crucial, comme le principal acquéreur : 94 lots sur les 396 qui composent la vente. C’est un phénomène fréquent, bien connu pour les ventes Piot par exemple. S’empare t-il des objets qui ne partent pas au prix prévu pour tenter de les revendre ensuite ? Il achète toutefois pour d’autres : il est noté sur le procès verbal 17 lots pour Louis de Clercq et 4 lots pour Gréau. Le voici donc commanditaire, bénéficiaire, expert, acquéreur et mandataire pour cette vente.

Fig. 9. Principaux acquéreurs de la vente Barre, 1878.

Parmi les autres acquéreurs importants se trouvent le collectionneur et archéologue Charles Louis Frossart (24 lots), le collectionneur-marchand Alessandro Castellani (19 lots), le collectionneur Camille Lécuyer (19 lots), le conservateur du musée de Copenhague Ludvig Müller (17 lots), un certain Mangin (14 lots), le marchand Félix Feuardent (12 lots) et son associé Rollin (1 lot), le collectionneur Lucien de Hirsch (11 lots), un certain Jacquemart (10 lots), Léon Heuzey (5 lots) et Héron de Villefosse pour le Louvre (7 lots) ; les marchands Bellon (17 lots), Raguin (16 lots), et Billoin (8 lots), un certain Chabert (7 lots), le collectionneur-marchand Eugène Piot (6 lots), le marchand Geslin (5 lots), le collectionneur-marchand Olivier Rayet (6 lots), un Sabatier (5 lots, probablement Raymond-Sabatier), ou encore Froehner pour sa propre collection (3 lots). Mais les sommes dépensées varient considérablement indépendamment du nombre d’objets. Sur les près de 48 000 francs récoltés lors de la vente, Hoffmann dépense 15548.5 F., en plus des 5109 pour De Clercq, qui apparaît comme l’un des principaux collectionneur sur cette vente avec De Hirsh (7407 F). Le poids des musées est très relatif : 1681 F pour le Louvre, 1068 F pour Copenhague.

Les ventes des années 1870

Après un pic à la fin des années 1860, la décennie avait mal commencée pour le marché français, en raison de la défaite de 1870 et de la commune de 1871 : le marché est alors presque effondré. Il y a toutefois quelques ventes importantes : en 1870, citons la vente Piot de 1870, la vente Dzialinski (anonyme du 2 mai 1870) et surtout Cesnola en 1870, apportant pour la première fois u important ensemble chypriote, mais qui n’a pas eu le résultat escompté. Dès 1872, le nombre de ventes identifiées augmente et reprend son cour normal, avec 6 à 8 ventes par an. Mais en 1877 commence un essor important, avec 11 ventes en 77 et 12 en 78 lorsqu’a lieu la vente Barre. Notons qu’en terme de qualité, de prix et de nombre d’objet, la vente Barre est certainement la plus importante vente d’antiquité depuis dix ans. Il y a bien une vente Direction des Domaines de l’Est, “envoyés de Naples”, en 1873 avec 361 antiquités, mais nous n’en savons pas grand chose et le catalogue est pauvre. L’on trouve également deux ventes anonymes organisées par Hoffmann les 22 mai 1874 et 19 janvier 1875 avec plus de 500 antiquités chacune, mais aucune n’a de composition ni de catalogue aussi soignés que la vente Barre. En revanche, les années suivantes sont plus riches en antiques : citons bien entendu la vente Paravey en 1879, mais également les ventes de certains des acteurs de la vente Barre : Raguin et Rayet en 1879 et 1886, Lecuyer en 1883, Castellani en 1884, Gréau en 1885… Dans lesquelles se retrouvent parfois certains des objets de la collection Barre.

Fig. 10

Le destin d’une collection (recherche en cours)

Les recherches de provenances concernant les objets de la vente Barre sont pour le moment peu décevantes. Seuls 42 objets antiques sur les quelques 500 figurant au catalogue sont identifiés : 20 au Louvre, 16 au musée national de Copenhague, 3 au musée des Beaux-Arts de Lille (que le musée a acquis lors de la vente Castellani de 1884), 1 à la bibliothèque royale de Bruxelles (mais le reste des achats de Hirsch doivent s’y trouver également), 1 à Cambridge. Deux sont reparus sur le marché des antiquités en 2019. Nous allons tenter d’identifier d’autres œuvres en suivant les ventes ultérieures, avec l’espoir de pouvoir identifier plus de 10% des objets.

Ce bas taux d’identification demeure une constante bien trop régulière pour ne pas y prêter attention ;  il est lié à la faiblesse intrinsèque, structurelle, du marché et de ses acteurs, qu’ils soient marchands, experts ou collectionneurs : le manque de rigueur dans l’enregistrement et la documentation des objets. Le travail, difficile mais exercé avec soin depuis des décennies par la plupart des musées, qui consiste à re-documenter les œuvres dont l’historique était perdu ou méconnu, n’a que rarement été effectué par les acteurs du marché eux-mêmes, par manque d’intérêt ou de temps ; il fallait tout le savoir d’un De Witte ou d’un Froehner pour établir des liens entre les ventes. 



Citer ce billet
Morgan Belzic (2022, 22 mars). La vente Albert Barre en 1878. Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v67o

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search