La folle histoire du numismate kleptomane (2)

Razzia au cabinet de médailles d’Athènes, par Mathilde Barbotteau


Photographie d’une des salles du Musée numismatique d’Athènes © La Grèce Autrement

            Le matin du 11 novembre 1887, les employés du cabinet de médailles d’Athènes sont pris de panique : un vol a eu lieu dans la nuit ! La collection nationale grecque de numismatique se trouve amputée d’environ 2 000 pièces d’une valeur considérable. L’auteur de ce vol n’est autre que Périclès Raftopoulos, le même qui dévalisa quelques années plus tard les experts Rollin et Feuardent.

Quel fût le mode opératoire du kleptomane numismate ? Les journaux nous racontent, ou plutôt imaginent le déroulé de cette visite nocturne. Alors que le musée ferme, Raftopoulos se dissimule dans la salle de lecture de la Bibliothèque nationale à l’étage du bâtiment universitaire où se trouvait l’inestimable collection nationale de numismatique. À la nuit tombée, il quitte sa cachette et dévalise une à une les vitrines puis, satisfait de sa saisie, quitte les lieux sans avoir été vu par aucune âme. Le lendemain matin, alors que le gardien assure sa ronde habituelle, il constate avec stupeur la disparition des pièces. L’alerte est lancée : le musée a été cambriolé ! Si aucun des documents ne nous donne l’inventaire exact du butin, Salomon Reinach déplore dans sa Revue archéologique, la disparition « de pièces attiques les plus rares, de monnaies précieuses d’Asie-Mineure et d’autres provenances »[1].

À Athènes, l’affaire attise les passions et les articles de presse se multiplient[1]. D’ailleurs, la légende voudrait que notre audacieux Périclès, journaliste à ses heures perdues, aurait lui-même interviewé le lendemain du casse le conservateur du musée… [2] . Quoi qu’il en soit, l’enquête est menée, des suspects sont interrogés mais aucun coupable n’est désigné. Mais le scandale de la disparition des pièces ne s’en tint pas là. En effet, l’affaire devient le prétexte d’une confrontation politique entre ceux soutenant le gouvernement en place et ceux s’y opposant[1].

Le Directeur et le sous-directeur M. Postolocca et M. Svoronoss, proches du gouvernement, sont accusés de négligence et même soupçonnés d’être liés à la disparition des pièces. Le scandale s’envenime, sur fond de dénonciation d’une pratique courante chez les amateurs d’objet anciens : celle de vendre des antiques sans autorisation[2].  Salomon Reinach nous décrit l’affaire dans la Revue Archéologique de 1888 [3]« L’émotion, comme cela arrive d’ordinaire en pays grec, fut encore plus grande que le dommage. Ce vol, suivant l’expression d’une feuille athénienne, prit les proportions d’une question d’État. Le conservateur du dépôt, M. Postolacca, fut l’objet d’une mesure très rigoureuse ; son attaché, M. Svoronos, ne fut pas moins malmené. On se mit à récriminer contre la négligence des uns et des autres, faute de pouvoir sévir contre le voleur. L’éphore général déposa une plainte au parquet contre les explorateurs d’objets d’art anciens, comme si ce petit commerce était resté, jusqu’alors, inconnu des différents ministres qui se sont succédé au 88 de la rue d’Hermès !».

Au milieu de cette cacophonie générale, la décision est prise de destituer le directeur et son adjoint, en espérant mettre fin au scandale. Périclès Raftopoulos, lui, s’est fait la malle, direction Paris…

 

[1] Lambros Varelas précise que dès février 1888 l’affaire est successivement traitée par les journaux dépendant des parties politques

[2] Salomon Reinach précise qu’une loi grecque de 1834 prohibe strictement l’importation non autorisée d’antiquité grecque, pourtant de nombreux biens archéologiques furent vendue à ce moment sans pour qu’autant ces derniers puissent légalement l’être. (Revue Archéologique Cinquième Série, T. 28 (juillet-décembre 1928), pp. 128-130 (3 pages)

[3] Revue Archéologique, Troisième Série, T. 11 (JANVIER-JUIN 1888), p. 366-369 Published by: Presses Universitaires de France

[1] Lambros Varelas, Le poète kleptomane, « Revisiter » le grand vol au Musée numismatique (1887), The Athens Review, 11 février 2020

[2] Goron, Marie-François, Les mémoires de M. Goron, ancien chef de la Sûreté, Partie 3 ; haute et basse pègre, 1897, Ernest Flammarion, Paris

[1] Salmon Reinach, Revue Archéologique, 3ème Série, T. 11 (JANVIER-JUIN 1888), CHRONIQUES ET D’ORIENT, p.366


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search