La vente maudite de 1855. Sur la trace des antiquités perdues de Cyrénaïque… (3e partie)

Elsa Bergès, chercheuse invitée à l’INHA pour le programme Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle, est partie sur les traces d’une vente méconnue : celle de la collection personnelle d’un antiquaire français du XIXe siècle, formée pour l’essentiel en Libye. Une vente pour laquelle nous disposons des procès-verbaux du commissaire-priseur, mais pas du catalogue de vente…

III. La dispersion des dernières antiquités de Cyrénaïque 

Les antiquités récoltées par Joseph Vattier de Bourville en Cyrénaïque furent dispersées entre diverses connaissances du monde intellectuel parisien et lors d’une vente aux enchères organisée après sa mort. Le manque d’informations et l’arrêt brutal des pistes suivies transforment le traçage de ces œuvres en véritable casse-tête aux allures de malédiction.

La vacation du 30 avril

Un inventaire des possessions de Joseph Vattier de Bourville est fait le 10 avril 1855. La prisée des antiquités fut réalisée par Me Alphonse Pouchet, assisté du marchand de curiosités Sigismond Mannheim. Une vente après-décès de ces biens est alors organisée pour le 25 avril.

Extrait du procès-verbal de la vente Vattier de Bourville, non paginé

Les antiques furent proposés aux enchères lors de la troisième et dernière vacation, le lundi 30 avril après-midi, dans la salle n°4 de l’Hôtel du commissaire-priseur, actuel Hôtel Drouot. À l’exception des médailles et monnaies, ce sont 101 lots d’antiques qui furent vendus. L’ensemble de la vente se tint sans catalogue et sur représentation des objets à vendre faite par Marie Louise Amélie Blanchet, veuve de Vattier de Bourville. Le procès-verbal, dont la prise fut assurée par Me Pouchet, commissaire-priseur au département de la Seine, constitue ainsi la seule source dont nous disposons quant au contenu de la vente. Néanmoins, l’absence de catalogue rend impossible l’identification des objets au sein des lots. Au mieux pouvons-nous déterminer la nature de l’objet :

173. Dix figures terre cuite adjugées dix francs à M. Dhios.

En effet, les lots ne sont que sommairement énumérés dans le procès-verbal et ne sont jamais accompagnés d’une description permettant leur identification dans les collections des acheteurs. Même les cinquante-cinq objets acquis par le musée du Louvre, précisément inventoriés et catalogués ne peuvent être rattachés à un lot en particulier. Les mentions sont parfois d’un degré de précision encore inférieur. Il devient alors impossible de deviner la catégorie des objets concernés :

181. Douze pièces fragments adjugés vingt francs à Raulin.

Plusieurs acquéreurs sont des collectionneurs et marchands d’antiquités ou de curiosités réputés. Le premier en nombre est le marchand Rollin, orthographié Raulin, qui acheta 49 lots, soit plus de 200 objets, pour un total de 1 184 francs. L’ampleur de son activité commerciale fut telle qu’il est malheureusement impossible de retracer le parcours des objets acquis, d’autant plus que leur nature exacte est inconnue.

Nous sommes contraints à la même observation pour un certain M. Dhios, qui nous est davantage connu comme expert de tableaux et d’objets d’art. Il se procura neuf lots lors de la vente pour une centaine de francs.

Un acheteur plus évident à traiter est le vicomte Hippolyte de Janzé. Alors baron, il acquiert neuf lots de 34 objets pour 1 146 francs lors de cette vacation. Jean-Joseph De Witte publie en 1857 un catalogue des antiquités du vicomte, dans lequel paraissent trois figurines portant la mention « collection de M. de Bourville »[1]. Deux d’entre elles furent incluses à sa vente après-décès en 1866[2]. La première fut acquise par M. Delange et la seconde par M. Rollin. Par un heureux hasard, ces deux figurines intègrent la collection des frères Dutuit, léguée au Petit Palais en 1902 (Dut 264 et Dut 268).

Jean-Joseph de Witte, Choix de terres cuites antiques du cabinet de M. le Vicomte Hpe de Janzé, Paris, 1857, pl. XIX, n° 1 et 3
À gauche : « Femme debout, drapée, le bras droit derrière le dos, le gauche soutenant son péplus sur la hanche »
À droite : « Femme debout, drapée et serrée dans son péplus, à peu près comme le n° 1 ci-dessus, la tête penchée en avant. »

La troisième fut léguée au Cabinet des Antiques de la Bibliothèque impériale (actuel Cabinet des monnaies, médailles et antiques) avec 168 autres pièces de la collection du Vicomte (Janzé.tc.9)[3].

À l’exception d’Adrien Longpérier qui achèta pour le Louvre, les autres acheteurs se procurèrent de plus petites quantités d’objets et sont difficiles à identifier pour plusieurs raison : absence d’adresse (M. Riff), orthographe incertain (Lehman, Lehmann, qui correspond peut-être à Léman) ou nom trop courant (Normand).

Dispersion et pistes de recherche

Outre la vente de 1855 et les acquisitions par les musées, Joseph Vattier de Bourville fit don de plusieurs objets de sa collection à différentes personnalités. La première d’entre elles est François Guizot. En 1847, lors de l’envoi au ministre de son Coup d’œil sur la Cyrénaïque ancienne et moderne, il joignit plusieurs vases, cadeau servant autant d’argument pour appuyer son propos qu’à se mettre dans les bonnes grâces de Guizot. Cependant, après sa fuite en Angleterre en 1848, la collection de Guizot fut vendue en mai 1850 par Sotheby’s. Le catalogue, conservé uniquement à la British Library, n’a pas encore pu être consulté.

D’autres personnalités reçurent des antiquités en cadeau de la part de Joseph Vattier de Bourville, comme le sculpteur Victor Huguenin. Le catalogue de sa vente après décès[4] mentionne un lot d’ « environ 30 pièces, vases étrusques de différentes formes, offerts à M. Huguenin par M. Vallier de Bourville, ancien consul à Salonique, et provenant de Cyrénaïque ». Le procès-verbal, écrit par Mr Lecocq, est malheureusement perdu et il est impossible de retracer le parcours de ces œuvres.

Arnold Morel-Fatio, numismate et conservateur du musée des Antiquités[5] du canton de Vaud, reçut de la part de Joseph Vattier de Bourville un lécythe, un pendentif, un bouclier votif et surtout vingt-cinq statuettes de terre cuite cyrénéennes. Nous ne savons pas à quelle occasion Arnold Morel-Fatio entra en possession de ces objets. Mais nous savons par ailleurs que les deux hommes étaient membres de la Société de Géographie en 1852[6]. Les deux hommes se connaissaient donc et fréquentaient les mêmes cercles. Par la suite, l’ensemble acquis par Arnold Morel-Fatio vint enrichir les collections du musée vaudois.

Enfin, une amusante coïncidence veut que la vente d’antiquités de Désiré Raoul-Rochette eut lieu le même jour que celle de Joseph Vattier de Bourville. Au sein de cette vente se trouvaient vingt-huit objets (quinze vases et dix-sept figurines) de Cyrénaïque. Les contacts récurrents entre le conservateur et le drogman permettent de soupçonner l’origine de ces antiques cyrénéens. La coïncidence se poursuit, puisque si la vente Vattier de Bourville se tint sans catalogue et n’est connue que par son procès-verbal, la vente Raoul-Rochette fut cataloguée mais son procès-verbal est aujourd’hui perdu[7]. Il nous est alors impossible de connaître la liste des acquéreurs. Néanmoins, les recherches de l’équipe du Répertoire des ventes d’antiques permirent d’en retrouver deux : le commandant Auguste Oppermann, qui fit l’acquisition d’une figurine de « Génie nu ailé, sur un cheval qui marche à gauche », léguée au Cabinet des Médailles en 1874 (Oppermann.tc.52) ; et A. Raifé, qui se procura six lots.

Ce dernier, qui n’était pas présent à la vente de Vattier de Bourville, avait réuni une collection d’antiquités de Cyrénaïque, proposée aux enchères en 1867. Le procès-verbal presque indéchiffrable nous laisse à peine deviner les noms d’Oppermann, Rollin et, peut-être, de Fould. La description des lots est, quant à elle, illisible et ces derniers peuvent difficilement être rattachés au catalogue de vente, pourtant précis. Néanmoins, deux lots furent achetés par Arnold Morel-Fatio et ont pu être retrouvés au musée cantonal d’archéologie et d’histoire de Lausanne.

 

La collection d’antique de Cyrénaïque de Joseph Vattier de Bourville, constituée sans méthode lors de son consulat à Benghazi entre 1847 et 1849, fut dispersée de façon inégale entre musées et collectionneurs privés. Une partie importante de sa collection fut d’abord achetée par le Cabinet des Médailles et par le musée du Louvre entre les années 1847 et 1853. Certaines pièces furent distribuées parmi ses connaissances et le reste fut dispersé en vente suite à son décès. Quelques achats ont pu être localisés et bien qu’une majorité d’antiques ait aujourd’hui intégré les musées, beaucoup de ces objets peuvent aujourd’hui être considérés comme perdus du fait de l’impossibilité de retracer leur parcours et de la perte d’information progressive lors des passages d’une collection à une autre.

 

[1] Jean-Joseph de Witte, Choix de terres cuites antiques du cabinet de M. le Vicomte Hpe de Janzé, Paris, 1857, p. 5, 7, pl. XIII, n° 2, pl. XIX, n° 1 et 3.

[2] Catalogue des objets d’art et de haute curiosité antiques & de la Renaissance, médailles, composant la collection de feu M. le Vicomte de Janzé, p. 44-45, n° 371 et 388.

[3] Registres produits pour la gestion des collections conservées au Département des monnaies, médailles et antiques (anciennement Cabinet des médailles). Collections. Entrées. Legs. Catalogues de collections entrées par legs. Collection Janzé (1865), non paginé, n°90.

[4] Tenue le mardi 3 avril 1860 à l’Hôtel Drouot.

[5] Actuel musée cantonal d’archéologie et d’histoire de Lausanne (depuis 1955), devenu musée archéologique en 1877 puis musée historique en 1908.

[6] Bulletin de la Société de Géographie, juillet 1852, p. 624, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k37659k/f642.

[7] Le procès-verbal était conservé dans le cabinet de Me Bouland. La filiation du cabinet n’a malheureusement pas permis de retrouver les objets.

Pour citer cet article : Elsa Bergès, "La vente maudite de 1855. Sur la trace des antiquités perdues de Cyrénaïque… (3e partie)", dans Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle, 24/08/2021, https://venteantique.hypotheses.org/3060.

Elsa Bergès

Elsa Bergès est doctorante à l'Université de Poitiers et l'Université de Paris-Nanterre. Elle a effectué un séjour de recherche au sein du programme "Répertoire des ventes d'Antiques en France au XIXe siècle" à l'INHA d'avril à juin 2021. Diplômée de premier cycle à l’Ecole du Louvre et de master II à l'EPHE, elle se spécialise en coroplathie grecque. Son sujet de thèse, codirigé par Vincent Michel et Pascale Ballet, porte sur les figurines de terre cuite de Cyrène et de sa chôra, produites entre l'époque archaïque et le Haut-Empire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search