La vente maudite de 1855. Sur la trace des antiquités perdues de Cyrénaïque… (2e partie)

Elsa Bergès, chercheuse invitée à l’INHA pour le programme Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle, est partie sur les traces d’une vente méconnue : celle de la collection personnelle d’un antiquaire français du XIXe siècle, formée pour l’essentiel en Libye. Une vente pour laquelle nous disposons des procès-verbaux du commissaire-priseur, mais pas du catalogue de vente…

II. De la collection privée aux collections nationales

À la suite d’expéditions dans l’est libyen, Joseph Vattier de Bourville amasse une collection dont le contenu est difficile à établir avec précision. Les objets les plus intéressants intègrent directement les grands musées parisiens peu après son retour en France. Finalement, ce n’est qu’une partie, considérée mineure, de sa collection qui sera dispersée lors de sa vente après décès.

Une collection difficile à quantifier

Les explorations de Vattier de Bourville en Cyrénaïque furent l’occasion de collecter une importante masse d’objets, dont celui-ci ne manqua pas de vanter la quantité à François Lenormant dans une de ses lettres :

Que de fois je pense à vous, monsieur, lorsque jetant des regards satisfaits sur la masse d’objets de toute espèce qui encombrent mon cabinet, armoires, tables, étagères, etc., je m’écrie : Ah ! si M. Lenormant voyait tout cela, comme il serait heureux ![1].

Les différents artéfacts ainsi réunis sont mentionnés de façon inégale au cours de ses rapports épistolaires.  Par exemple, les différentes sculptures retrouvées dans la tombe de Grenna ou les métopes peintes de la tombe à la balançoire, explorées et dessinées par Jean-Raymond Pacho en 1825, sont assez précisément énumérées dans une lettre, adressée à Jean-Antoine Letronne le 3 avril 1848[2], pour être reconnues des spécialistes[3]. Quelques vases également sont précisément décrits comme une œnochoé attribuée au peintre de Nikias[4] et mentionnée dans la lettre à François Lenormant, mais ce ne fut pas le cas des verres, des petits bronzes ou des figurines de terre cuite, approximativement ou mal quantifiés voire pas du tout : au 10 février 1849 il écrit avoir « près de 200 » figurines de terre cuite[5], des « vases en verre, au nombre de 30 environ », « quelques petits bronzes ». Contrairement aux marbres, il n’est pas non plus possible de savoir lesquels de ces antiques ont été découverts dans la nécropole de Cyrène et lesquels ont pu être achetés au marché de Benghazi.

Bien que nombreux, les vases, les figurines et autres « menus objets de toute espèce »[6] furent tous rapportés par le drogman lors de son retour à Paris en octobre 1849. En revanche, les marbres, trop volumineux, doivent rester sur place et ne sont acheminés jusqu’à la capitale qu’en août 1851 pour une première partie d’entre eux. La seconde n’arrive qu’en 1853.

Les objets rapportés par Vattier de Bourville ne peuvent être précisément quantifiés. Outre les objets donnés ou vendus avant son décès, l’inventaire établi par sa veuve[7] n’est pas assez précis pour savoir ce qu’il lui restait ; il en est de même pour le procès-verbal de la vente de 1855. De plus, l’inventaire après décès et le procès-verbal présentent un écart déroutant entre leur nombre d’objets respectifs : il est possible de compter 260 objets auxquels s’ajoutent trois lots d’objets indénombrables dans l’inventaire après décès, alors que 390 objets sont comptés dans le procès-verbal en plus de sept lots indénombrables.

Les acquisitions directes par les musées

La majorité des antiquités rapportées par Joseph Vattier de Bourville furent acquises par les institutions muséales, à commencer par le Cabinet des Monnaies, Médailles et Antiques. Dès janvier 1847, au retour de Joseph Vattier de Bourville à Paris depuis Tripoli de Barbarie, vingt-sept vases et dix-neuf figurines de Cyrénaïque lui sont achetés par Désiré Raoul-Rochette et François Lenormant pour le compte de la Bibliothèque nationale. À ces lots s’ajoutent plusieurs objets acquis lors de sa mission à Salonique, dont une série de dix-huit têtes macédoniennes. Le tout fut vendu pour un total de 2 700 francs[8]. Mais parmi les vingt-sept vases, seulement quatorze ont été réattribués avec certitude par André De Ridder à l’établissement de son catalogue des vases en 1902[9]. Quatre autres sont rattachés à l’achat de 1847 mais ne correspondent à aucune des entrées du registre d’époque. La situation est pire pour les figurines de terre cuite puisque seulement quatre statuettes de Cyrénaïque sont reliées à l’achat dans les inventaires actuels.

En juin 1850 et après le retour du drogman de Benghazi, le Cabinet acquit encore une cinquantaine de médailles[10] pour 2 232 francs. Enfin, cet été-là, Joseph Vattier de Bourville fit un don à la Bibliothèque nationale d’environ 25 objets, dont un peigne en os, mentionné dans sa lettre adressée à François Lenormant en 1849.

[…] quelques petits bronzes et beaucoup de menus objets de toute espèce, de toute forme et de toute matière, jusqu’à un peigne en os dont les dents sont cassées.

 

La part de la collection achetée par le musée du Louvre est la plus importante car elle dépasse les six cents numéros. Y figurent notamment 337 figurines de terre cuite et simulacres de bijoux dorés, plus de 150 vases et 40 marbres, dont les métopes peintes de la tombe à la balançoire et des inscriptions.

Les acquisitions du musée du Louvre se firent en plusieurs temps. Seulement deux vases noirs à appliques dorées et quatre vases en verre coloré furent d’abord choisis par Jean-Antoine Letronne au sein d’une « masse sans valeur », soit les restes de la vente de janvier 1847 au cabinet des Médailles[11]. Ils furent achetés pour 160 francs.

Suite à sa mission, Joseph Vattier de Bourville proposa sa collection nouvellement constituée au musée du Louvre. Une sélection dont la valeur est estimée à 25 000 francs fut opérée par le directeur général des musées, le comte de Nieuwerkerke, au sein des vases et terres cuites rapportés de Cyrénaïque en 1849. Elle fut acquise en deux fois : le premier achat de 143 pièces eut lieu le 30 novembre 1850[12] ; il fut suivi du second le 4 avril 1851, qui comprend 429 numéros[13]. Le vase MN 707, décrit dans la lettre à François Lenormant, fut vendu à cette occasion.

Oenochoé attique à figures rouges attribuée au peintre de Nikias, musée du Louvre MN 707 © Musée du Louvre / Hervé Lewandowski.

Le dessin représente un char traîné par quatre centaures à figures grotesques ; au devant danse un bacchant couronné de lierre dont deux branches forment des cornes ; il souffle dans une longue flûte qu’il tient dans la main gauche à hauteur de son menton, et en tient dans la main droite une autre dans laquelle il voudrait chercher à faire souffler un des centaures : on dirait ses sens excités par le spectacle que lui offre le char, sur lequel sont deux personnages. Le premier est debout ; dans sa main gauche est un arc, et dans sa droite une massue avec laquelle il a l’air de menacer ; la femme qui l’accompagne porte deux grandes ailes ; elle est assise, et a peine à retenir les rênes qu’elle tire des deux mains.

Il faut attendre 1852 et l’arrivée des marbres en France pour que ceux-ci entrent au musée du Louvre. Bien qu’acquis en deux temps et faisant l’objet de deux arrêtés distincts, tous les marbres sont enregistrés dans les inventaires comme ayant intégré les collections en 1852. Le tout fut estimé à 8 000 francs[14].

À l’exception de quelques-uns, le reste des objets fut ensuite conservé par Vattier de Bourville jusqu’à sa mort en 1854. La vente après décès organisée par son épouse et Me Pouchet fin avril 1855 fut une dernière occasion pour le musée du Louvre de se procurer des antiquités cyrénéennes. Ainsi, le 30 avril, Adrien de Longpérier se porta acquéreur pour le musée de sept lots, composés en tout de cinquante-cinq figurines de terre cuite adjugées 1 600 francs au total.

Suite à cette vente, le Cabinet des Médailles et le musée du Louvre ne sont cependant pas les seuls détenteurs d’objets de Cyrénaïque. En effet, d’autres acheteurs, notamment le marchand d’art Rollin, l’expert Dhios ou le vicomte de Janzé se distinguèrent lors de cette vacation.

À suivre…

[1] « Lettre de Vattier de Bourville à M. Lenormant, sur les Antiquités de la Cyrénaïque », Revue Archéologique, VIe année, 1/2, 1849, p. 56-58. 

[2] « Lettre de Vattier de Bourville à M. Letronne, sur les premiers résultats de son voyage à Cyrène », Revue Archéologique, Ve année, 1/2, 1848, p. 150-154.

[3] Marianne Hamiaux dans Mary-Anne Zagdoun, « Les sculptures de la Libye antique au musée du Louvre », Journal des Savants, 2004, p. 124-126 ; Thibault Serres-Jacquart, « Joseph Vattier de Bourville (1812-1854). Notes sur un explorateur de la Cyrénaïque », Journal des Savants, 2/2, 2001, p. 393-429.

[4] Acquise par le musée du Louvre (MN 707) https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010275200.

[5] Le musée du Louvre en acquiert en fait 337 et il ne s’agit d’ailleurs pas des seules statuettes issues de sa collection (Cf. III, à paraître).

[6] Voir note 1.

[7] Marie Louise Amélie Blanchet (1830-1865).

[8] Registre C, Acquisitions 1838-1890, p. 51-52, n° 1937-1971.

[9] André De Ridder, Catalogue des vases peints de la Bibliothèque nationale, Paris : Leroux, 1902. 

[10] Registre D, Acquisitions 1850-1857, p. 21-24, n° 601-652.

[11] Livre d’entrée LP 1830-1848, p. 201, n° 3294-3299.

[12] Livre d’entrée MN 1848-1852, tome 1, p. 38-53, n°559-701.

[13] Rétablissement du livre d’entrée MN 1848-1852, tome 2, p. 3-19, n°704-1132.

[14] Pour le détail, voir références notes 3. 

Pour citer cet article : Elsa Bergès, "La vente maudite de 1855. Sur la trace des antiquités perdues de Cyrénaïque… (2e partie)", dans Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle, 02/08/2021, https://venteantique.hypotheses.org/3043.

Elsa Bergès

Elsa Bergès est doctorante à l'Université de Poitiers et l'Université de Paris-Nanterre. Elle a effectué un séjour de recherche au sein du programme "Répertoire des ventes d'Antiques en France au XIXe siècle" à l'INHA d'avril à juin 2021. Diplômée de premier cycle à l’Ecole du Louvre et de master II à l'EPHE, elle se spécialise en coroplathie grecque. Son sujet de thèse, codirigé par Vincent Michel et Pascale Ballet, porte sur les figurines de terre cuite de Cyrène et de sa chôra, produites entre l'époque archaïque et le Haut-Empire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search