De l’atelier aux enchères : la famille Jacob-Desmalter

Si l’importance de l’identification des acteurs des ventes aux enchères a été démontrée pour la compréhension des réseaux et l’identification éventuelle des œuvres, elle permet également de cerner différents profils d’acquéreurs. Marchands antiquaires et collectionneurs érudits, dont les noms sont devenus familiers par leur récurrence, ne sont pas les seuls à assister aux ventes. Les « Jacob » de la vente Durand de 1836 peuvent, après leur identification, témoigner de la présence d’acheteurs moins attendus. 

La vente des antiquités du chevaliers Edme Antoine Durand a réuni plus d’une centaine d’acheteurs au cours des vingt-huit vacations se déroulant du 25 avril au 27 mai 1836 et durant lesquelles plus de deux mille sept cents lots sont adjugés par les commissaires-priseurs Jean Étienne André Lenormant de Villeneuve et Benoît Antoine Bonnefons de Lavialle[1]. Le nom « Jacob » associé à moins de cinquante lots dans le procès-verbal de la vente aurait pu passer inaperçu et disparaître dans la masse des acquéreurs de moindre envergure. Cependant une variation de désignation – « Jacob », « Jacob fils », « Jacob père » – et une mention dans l’errata à la fin du Supplément[2] laissent entr’apercevoir une attention particulière portée à cet -ces- acquéreur-s.

La lecture attentive du procès-verbal, mise en parallèle avec celle du Supplément, permet de faire émerger de nouveaux éléments : un nom complet, Jacob-Desmalter, et des adresses, 23 rue des Vinaigriers et 13 rue Cadet. La première adresse correspond à celle de « Jacob-Desmaltère (A.) ébéniste, menuisier, fabricant de bronze du Roi et des princes et princesses rue des Vinaigriers 23, ci devant rue Meslay et de Bondy » dans l’Almanach du commerce de Paris de 1837[3]. Il alors possible d’identifier « Jacob fils » comme Alphonse Georges Jacob-Desmalter, fils de François Honoré Georges Jacob-Desmalter, « Jacob père », lui-même fils de Georges Jacob, ébéniste de renom et fondateur d’une dynastie d’artisans émérites.

Graphique montrant la succession généalogique simplifiée des membres de la famille Jacob-Desmalter.

Succession généalogique des ébénistes de la famille Jacob-Desmalter.

Médaillon en plâtre sculpté en bas relief par Dantan aîné et représentant le portrait de François-Honoré-Desmalter en 1833. Cadre doré en bois sculpté.

Antoine Laurent Dantan (dit Dantan Aîné – 1798-1878). “Portrait de Jacob Desmalter, ébéniste”. Plâtre. Paris, musée Carnavalet. (S3489).
CC0 Paris Musée / Musée Carnavalet – Histoire de Paris

Car si les noms Jacob et Jacob-Desmalter n’évoquent rien dans la sphère des collectionneurs d’antiques, ils sont en revanche fort bien connus des historiens des arts décoratifs[4]. En effet, depuis 1765 et la réception de Georges Jacob comme maître de la corporation des menuisier-ébénistes de Paris, jusqu’en 1847, date à laquelle Georges-Alphonse Jacob-Desmalter cesse son activité, les meubles produits par les ateliers successifs dirigés par les différents membres de la famille[5] – Georges, Georges II, François-Honoré-Georges, Georges-Alphonse – connaissent un franc succès auprès de clients aussi prestigieux que la reine Marie-Antoinette, l’empereur Napoléon I ou encore madame la duchesse de Berry. François-Honoré-Georges, qui accole Desmalter[6] à Jacob afin de se distinguer de son frère aîné, Georges II, est même réputé pour être un des inventeurs du style « Empire », notamment dans le cadre de sa collaboration fructueuse avec les architectes Percier et Fontaine. Son fils, Georges Alphonse, est d’ailleurs l’élève du premier lors de ses études d’architecte à l’école des Beaux-Arts de Paris, avant de reprendre l’entreprise familiale en 1825.  

Fauteuil du trône de Napoléon Ier aux Tuileries, en bois doré, pieds à pilastres avec ornements végétaux, accotoirs surmontés de sphères en ivoires à décor de losanges noirs, dossier rond orné d'un tore de laurier. Garni de velours bleu brodé or, "N", palmettes et fleurs sur le dossier. Passementeries sous le pourtour de l'assise.

Jacob-Desmalter, François-Honoré-Georges (ébéniste), Percier, Charles (dessinateur), Picot (brodeur), Fauteuil du trône de Napoléon Ier aux Tuileries, bois doré, velours brodé, passementerie, 120 cm, 1814, Paris, musée du Louvre (GMTC 2). © 2006 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi

Les qualités artistiques de Georges-Alphonse, qui s’expriment pleinement lors de la présentation d’aquarelles aux Salons de 1838, 1841 et 1866, témoignent de l’importance de la formation du goût et de l’œil nécessaire à ces artisans d’exception. Le vocabulaire esthétique classique, mis en œuvre sur une pièce comme le serre-bijou de l’impératrice Joséphine, n’est pas uniquement une copie des dessins fournis par les architectes et peintres, Charles Percier pour cette pièce-ci, mais traduit une réelle compréhension des motifs et des formes copiés de l’antique. S’il n’est pas possible d’affirmer que seul le goût personnel ait pu attirer les « Jacob », père et fils, en salle des ventes, il peut être avancé que la nécessité de trouver des modèles et d’enrichir un fond d’atelier les y a conduit. Cette recherche d’inspiration motive peut-être également les nombreux architectes qui assistent à la vente Durand. Les seules ventes d’antiques n’étant pas suffisante pour combler le goût du public, il leur faut produire d’après l’antique. 

Serre-bijoux de l'Impératrice Joséphine dit Grand écrin en bois d'if et d'amarante avec incrustations de nacre et bronzes dorés.

Jacob-Desmalter, François-Honoré-Georges (ébéniste), Percier, Charles (dessinateur), Serre-bijoux de l’Impératrice Joséphine dit Grand écrin, bois d’if, bois d’amarante, incrustations de nacre, bronzes dorés, 276 cm, 1809, Paris, musée du Louvre (OA 10246). © 2003 Musée du Louvre / Erich Lessing

Ainsi, l’identification des acteurs d’une vente est non seulement importante pour l’historiographie des œuvres antiques mais également pour celle des productions artistiques de l’époque à laquelle se déroule la vente.

Il serait satisfaisant de conclure ce billet ainsi avec une identification et un nouvel angle d’approche sur les publics des ventes d’antiques au XIXème siècle. Ce serait sans doute aller un peu vite et faire l’impasse sur la seconde adresse donnée dans le procès-verbal : le « 13 rue Cadet ».

L’Almanach des 25000 adresses des principaux habitants de Paris loge à cette adresse « Jacob de Malter (mad.) », il serait donc question d’une femme de la famille Jacob-Desmalter qui ne vivrait pas aux côtés de Georges-Alphonse ni de François-Honoré-Georges, au domicile-atelier de la rue des Vinaigriers. Si Adélaïde de Lignereux et Hortense Ballu, épouses respectives du père et du fils, peuvent être exclues facilement, la lignée Jacob et Jacob-Desmalter est riche en personnages féminins bien que leurs noms soient à peine évoqués par les biographes de la famille.

Graphique montrant la succession généalogique des membres de la famille Jacob-Desmalter.

Succession généalogique des membres de la famille Jacob-Desmalter.

Il est peu évident de retracer les destins de ces personnages que le statut d’épouse et de mère relèguent souvent au second plan bien que ce soit par leur entremise que la famille étend son réseau dans le monde artistique parisien : Jeanne Germaine Loyer est fille de maître brodeur, Adélaïde de Lignereux fille de bronzier, Hortense Ballu sœur d’architecte… Adélaïde, sœur de Georges-Alphonse, épouse quant à elle l’architecte Louis Benois dont l’adresse est donnée rue Cadet en 1836, dans le procès-verbal de la vente Durand. Hélas, elle ne peut être « Jacob de Malter (mad.) » puisqu’elle est décédée en 1823 quelques mois après son mariage. 

Ce n’est qu’en re-parcourant l’ouvrage de Hector Lefuel consacré à son aïeul François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter qu’au détour d’un paragraphe apparait la solution à cette énigme. François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter après avoir transmis à son fils Georges-Alphonse la direction de l’entreprise familiale, en 1825, part pour un séjour en Italie et à Rome plus précisément. À son retour en 1833, il ne réintègre pas sa place au sein de l’atelier, qui entretemps a été déplacé rue des Vinaigriers, mais s’installe au … 13 rue Cadet. Aucune Madame ou Mademoiselle Jacob n’était donc présente en salle des ventes en 1836 mais bel et bien « Jacob père » et « Jacob fils ». 

[1] Detrez, Louise et Pic, Marielle, « La vente des vases antiques de la collection Durand en 1836 : occasions manquées et choix opportuns pour les musées », La revue des musées de France, 2014, n°4, p.36-45.

[2] De Witte, Jean, Supplément de la Description des antiquités du cabinet de feu M. le chevalier E. Durand, 1836.

[3] « Jacob-Desmaltère (A.) ébéniste, menuisier, fabricant de bronze du Roi et des princes et princesses rue des Vinaigriers 23, ci devant rue Meslay et de Bondy », p. 115.

[4] Girodie, André, Vial, Henri et Marcel, Adrien, Les Artistes décorateurs du bois – Répertoire alphabétique des ébénistes, menuisiers, sculpteurs, doreurs sur bois, etc., ayant travaillé en France aux XVIIème et XVIIIème siècles : Tome premier : A à L, 1912, Paris.

[5] Lafond, Paul, Une famille d’ébéniste français. Les Jacob, le mobilier de Louis XV à Louis-Philippe, 1894, Paris.

[6] Lefuel, Hector, François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter, ébéniste de Napoléon Ier et de Louis XVIII, 1925, Paris.

Pour citer cet article : Camille Nerestan, "De l’atelier aux enchères : la famille Jacob-Desmalter", dans Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle, 13/07/2021, https://venteantique.hypotheses.org/2989.

Camille Nerestan

Vacataire à l'INHA.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search