A propos du Loulou maltais. Digression sur les rhytons en tête de chien.

Au détour d’un vase Durand …

C’est en travaillant sur les rhytons de la vente Durand de 1836, à la suite d’une erreur d’identification pour le vase 1275 du catalogue rédigé par Jean de Witte qui avait précédemment été associé à un vase conservé au Petit Palais (n° inventaire ADUT373), que s’est posée cette question pour le moins inattendue : sur quoi repose les dénominations des rhytons en forme de tête de chien ?

En effet, sur le catalogue en ligne « Paris Musée » le vase du Petit Palais a pour titre « Rhyton apulien en forme de tête de Loulou maltais ». Surprenant !

Fig. 1. Rhyton en forme de tête de petit chien de Malte
British Museum 1859,0216.103.

Si la notice est bien détaillée, rien n’indique cependant la présence de ce vase lors de notre célèbre vente. Une vérification s’imposait et la notice de Corpus Vasorum Antiquorum a confirmé nos doutes. Cette dernière indique après la description de l’objet que :

Le rhyton Durand 1275 acheté par le marquis de la Marche devait ressembler à notre vase.


CVA PARIS, Palais des Beaux – Arts (Petit Palais), Collection Dutuit (FRANCE 15), p 40.

Il ne s’agit donc pas de notre vase mais d’un autre semblable.

Revenons rapidement aux rhytons figurés en forme de tête de chien du catalogue de vente. Au nombre de quatre, ces vases de banquets en forme de corne souvent ornés aux 5e et 4e siècles av. J.-C. de têtes d’animaux plastiques à l’extrémité, se trouvent entre les n° 1273 et 1276 du catalogue. Jean de Witte les décrit comme suit:

1273. – Rhyton […] Tête de chien de Laconie […]

1274. – Rhyton […] Tête de chien noir voisin du lévrier. […]

1275. -Rhyton […] tête de chien noir voisin du lévrier […]

1276. – Rhyton […] tête de chien de la même espèce que les précédents. […]

On a donc ici deux types de chiens différents, un « chien de Laconie » et un chien type « lévrier » mais pas de « loulou maltais ». En plus de différencier deux types de chiens, le catalogue nous donne également une autre information importante. Nicolas Plaoutine, qui a rédigé le fascicule du CVA du Petit Palais, a également fait une erreur : le vase 1275 du catalogue Durand n’a rien à voir avec celui du Petit Palais puisque nous avons une « tête de lévrier », le type le plus présent parmi les rhytons à têtes de chiens.

Si une partie de l’enquête est ainsi résolue, cette méprise au sujet du vase 1275 et la présence du « chien de Laconie » dans le catalogue laissent de nombreuses questions en suspens. Qu’est-ce qu’un Loulou maltais ? A quoi ressemblaient les chiens dans l’Antiquité ? D’où viennent nos désignations actuelles ?

Lorsque l’on tape « Loulou Maltais » dans un moteur de recherche, mis à part la notice du vase du Petit Palais rien de concluant n’apparait. Il faut donc chercher plus loin. Commençons par un peu de terminologie. Le terme « loulou » désigne un petit chien au poil long. Étymologiquement ce nom est dérivé du mot « Loup » par redoublement affectif. Le « Loulou » est donc un petit « chien-chien » ! Reste le problème de « maltais » ; si l’on conçoit facilement qu’il existait des différences géographiques, ce qui semble également évident avec le « chien de Laconie », d’où viennent ces informations ?

… vers une histoire du chien dans l’Antiquité

Heureusement les études sur nos amis canins à travers l’histoire ne manquent pas et depuis l’article de référence de O. Keller, Hunderassen im Altertum, en 1905[1] qui s’interrogeait sur les races de chiens dans l’Antiquité, de nombreuses recherches ont été menées croisant sources antiques, représentations dans l’art (statuaire et céramique) et plus récemment les découvertes archéologiques. En 2008 J-M. Luce a produit une synthèse complète des études sur les chiens dans l’Antiquité grecque[2].

Si nous n’avons que peu de données archéozoologiques à partir de la période archaïque, les représentations dans la céramique et en statuaire sont abondantes et cela dès le VIe siècle av. J.-C. En croisant ces données aux sources anciennes, il est alors possible, non pas de faire ressortir des races précises (nos races de chiens étant rarement plus anciennes que le XVIIIe siècle) mais de mettre en lumière trois catégories de chiens déjà issus de croisements et sélectionnés par les anciens en fonction de leurs aptitudes[4]  :

  • Les chiens de type lévrier, de taille moyenne, utilisés principalement pour la chasse, agiles et rapides et dont nous avons des représentations dès l’époque minoenne. Cette catégorie semble également prendre en compte les chiens de Laconie loués par de nombreux auteurs anciens tel que Xénophon et Aristote pour leurs qualités de chasseurs[5]. C’est le type le plus représenté.
Fig. 2. Détail : représentation d’un chien de type lévrier sur un psykter attique à figures noires
British Museum 1849,0620.7
  • Les chiens de type dogue ou mastiff, les plus célèbres venant de Molossie qui sont des chiens de bergers, de guerre mais aussi de chasse, plus massifs que les lévriers[6]. Le type du chien Jennings représente bien cette catégorie.
  • Des petits chiens qui apparaissent en Grèce au VIe siècle av. J.-C. et qui bien qu’ils puissent également être utilisés pour la chasse de petits gibiers sont surtout des chiens d’agrément[7]. Parmi eux : les chiens de Malte !

Retour sur le Loulou

Et voici donc notre Loulou maltais ! Ce petit chien que les anciens désignaient comme originaire de Malte ou d’une autre île de l’Adriatique a fait l’objet d’un court article de J. Busuttil, « The Maltese dog », en 1969, qui pose la question de son origine géographique et de ses apparitions dans les sources anciennes et l’art.

Fig. 3. Stèle représentant un éphèbe et son chien de Malte, 2e quart du IVe siècle av. J.-C.
Musée du Louvre, Ma 805

Ainsi ce chien, que les Grecs nommaient déjà  Μελιταϊον κυνίδιον (chien de Malte), fait partie des premiers “chien-chien à sa mèmère” au Nord de la Méditerranée. Ésope en parle d’ailleurs dans plusieurs fables dont celle du singe et du dauphin dans laquelle il rapporte que :

C’est la coutume, quand on voyage par mer, d’emmener avec soi de petits chiens de Malte et des singes pour se distraire pendant la traversée. 

Esope, Fables, VII, 305 – trad. Chambry 1927, CUF.

Ce caractère de chien récréatif est également explicité dans la Souda sous le terme Μελιταϊος. Le lien d’affection entre un maitre et son chien de loisir devient de plus en plus présents aux époques hellénistiques et romaines, on peut le voir sur de nombreuses épitaphes de chiens comme celle dédiée à la chienne Myia découverte à Auch et datant du Ier siècle ap. J.-C.  dont voici une traduction :

Comme elle était douce, comme elle était gentille, celle qui, de son vivant, reposait sur ma poitrine, partageant mon sommeil et mon lit !

Oh quel malheur, Myia, que tu sois décédée ! Tu aboierais aussitôt en toute impudence contre un rival couché auprès de ta maitresse.

Oh quel malheur, Myia, que tu sois décédée ! Désormais retenue malgré toi au fond d’un tombeau, tu ne peux ni râler, ni me sauter dessus ; pour toi, plus de gaieté par de tendres morsures. 

Conclusion sur les rhytons figurés de la vente Durand

Revenons à nos rhytons Durand. S’il semble bien que Jean de Witte ait suivi les textes anciens pour nommer les différentes têtes de chiens, il faut tout de même faire attention. L’histoire du vase 1273 désigné comme « en forme de tête de chien de Laconie » a put être retracée. Après avoir été acheté par Gustave Beugnot lors de la vente Durand, il se retrouve ensuite dans la collection d’Antoine Vivenel après son achat durant la vente Beugnot en 1840 et finit tout naturellement sa course au Musée Antoine Vivenel de Compiègne, lieu actuel de conservation. Contre toute attente ce vase est en fait en forme de tête de petit chien de Malte !

Quant au rhyton 1275 du catalogue de la vente Durand, à l’origine de ce billet, il a été acheté par le marquis de la Marche à la vente Durand et se trouve actuellement au musée des Beaux-Arts de Dijon à qui ce dernier a fait don d’une partie de sa collection en 1842. Ce vase correspond bien à un rhyton en forme de tête de lévrier comme l’indique Jean de Witte dans le catalogue de vente, similaires aux 1274 (acheté par T. Turpin de Crissé et aujourd’hui au musée Pincé d’Angers) et 1276 (localisation inconnue).

Rhyton à figures rouges en forme de tête de lévrier.
Angers Musée Pincée MTC 1046. Catalogue Durand 1836 n°1274.

[1] O. Keller, « Hunderassen im Altertum », JÖAI 8, 1905, p. 242-269.

[2] J-M. Luce, « Quelques jalons pour une histoire du chien en Grèce antique », Pallas 76, 2008, p 261-293 avec bibliographie antérieure sur le sujet.

[3] Musée national d’Athènes n°inv. 3476. Luce 2008, p 267.

[4] Luce 2008, p. 270.

[5] Luce 2008, p. 268-269. Aristote, Histoire des animaux, 607a; Xénophon, Cynégétique, III, 1 et IV, 1-8.

[6] Luce 2008, p. 270-271 ;  Aristote, Histoire des animaux, IX, 608, a25 en distingue deux type un proche du lévrier et le molosse.

[7] Luce 2008, p. 272 ; J. Busuttil, « The Maltese Dog », Greece & Rome 16.2, 1969 p. 205-208.

Pour citer cet article : Lucille Garnery, "A propos du Loulou maltais. Digression sur les rhytons en tête de chien.", dans Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle, 28/06/2021, https://venteantique.hypotheses.org/2950.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search