Identification : un célèbre calpis du Musée d’Art et d’Histoire de Bruxelles provient de Capoue

La consultation du très riche fonds d’archives du baron Jean de Witte à l’Institut de France a permis d’identifier la provenance jusqu’alors supposée d’une des plus belles productions du style de Kertch[1] représentant l’anodos d’Aphrodite ou de Perséphone, selon les commentateurs[2]. 

Une lettre de l’antiquaire italien Alessandro Castellani adressée à son confrère parisien Camille Rollin nous confirme que Capoue est bien son lieu de découverte. Le calpis coloré aurait fait partie du produit des « fouilles » hâtives dans la nécropole capouane, à laquelle Castellani avait facilement accès depuis sa résidence napolitaine. 
 

« Si vous vous souvenez bien du beau vase à votre passage à Naples, et que nous venions de trouver récemment dans la Nécropole de Capoue, ayez l’obligeance d’en faire la description à M. de Witte. Elle l’intéressera, j’en suis certain. J’entends ce beau Calpis avec la grande tête (blanche) de femme qui sort de la terre, environnée de faunes phalliques ayant des marteaux en main et surmontée de deux génies ailés. Vous vous rappelez, n’est-ce-pas, son parfait état de conservation, la rare élégance de ses for[mes] nus [sic] et la particularité qu’offre la présence d’une troisième couleur employée dans la peinture, circonstance toute exceptionnelle dans les vases nolains. Combien j’aimerais connaître l’interprétation de M. de Witte sur le mythe de ce curieux monument ! »[3]

Sans doute grâce aux bonnes relations du baron de Witte ou de l’antiquaire Rollin, Castellani vend par la suite le vase au prince Jérôme Napoléon. A l’issue de la vente aux enchères de la belle collection du prince en 1868, le calpis se retrouve chez le collectionneur belge Émile de Meester de Ravestein. Lorsque Ravestein lègue ses antiques à l’État belge en 1874, le calpis prend alors sa place au sein des collections de l’actuel Musée d’Art et d’Histoire à Bruxelles. 

Fig. 1. Froehner, Wilhelm. Choix de vases Grecs inédit de la collection du Prince Napoléon. J. Claye, 1867, pl. VI. (Universitätsbibliothek, Heidelberg)

 

[1] MRAH R 286 ; BAPD 230395.

[2] voir Cohen, Beth. The colors of clay: special techniques in Athenian vases. Getty Publications, 2006, p. 329, fig. 101.

[3] Lettre d’Alessandro Castellani à Camille Rollin, Naples, 20 décembre 1864, Institut de France, Fonds de Witte, Ms 2245, feuillets 174-175.



Citer ce billet
Adélaïde Carton (2021, 22 juin). Identification : un célèbre calpis du Musée d’Art et d’Histoire de Bruxelles provient de Capoue. Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v67g

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search