La vente maudite de 1855. Sur la trace des antiquités perdues de Cyrénaïque…

Elsa Bergès, chercheuse invitée à l’INHA pour le programme Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle, est partie sur les traces d’une vente méconnue : celles de la collection personnelle d’un antiquaire français du XIXe siècle, formée pour l’essentiel en Libye. Une vente pour laquelle nous disposons des procès-verbaux du commissaire-priseur, mais pas du catalogue de vente…

I. Les expéditions de Joseph Vattier de Bourville

Sauveur Marie « Joseph » Napoléon Bienaimé Vattier de Bourville naquit à Chios, en 1812, de l’union de Charles Hyacinthe Sauveur Vattier de Bourville et de Maria Corsi[1]. Interprète et diplomate français, il fut nommé drogman chancelier à la disposition de l’ambassade de France à Constantinople le 4 mars 1839[2] et envoyé à Salonique, où il fit face à un incendie, ce qui lui valut d’être nommé chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur le 3 mai 1850 par Louis Napoléon Bonaparte, alors Président de la IIRépublique[3]. Il fut ensuite nommé à Tripoli de Barbarie (en Syrie actuelle) le 10 mai 1844, puis chargé de la gestion de l’agence consulaire de Benghazi, en Cyrénaïque, par le Ministère des Affaires Étrangères le 10 juillet 1847.

Les campagnes de Cyrénaïque[4]

La nomination de Joseph Vattier de Bourville n’arriva pas par hasard. En janvier 1847, il adressa une lettre au premier ministre, François Guizot, à laquelle il joignit un texte intitulé Coup d’œil sur la Cyrénaïque ancienne et moderne. Cette note, vantant les mérites de la région, constituait une plaidoirie en faveur d’une exploration archéologique. Il y précisa avoir fait faire « quelques fouilles superficielles » pendant son mandat à Tripoli de Barbarie. Néanmoins, il ne semble pas qu’il s’y soit rendu lui-même avant sa nomination au consulat de Benghazi.

Joseph Vattier de Bourville arriva à Tripoli de Cyrénaïque le 26 septembre 1847 et parvint à Bengazi le 3 octobre. La fin de l’année 1847 fut ensuite consacrée à l’exploration de Bengazi et de la côte ouest de Cyrénaïque. Il se rendit donc à Tocra, puis à Ptolémaïs, peut-être à la fin de cette même année.

Du 1er au 7 février 1848 il séjourna à Derna, située complètement à l’opposé de la région. Il entreprit ensuite l’exploration de Cyrène qui dura presque deux mois. Ses recherches ne furent pas aussi méthodiques que prévues : il renonça au relevé des ruines voulu par l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres et s’attacha surtout à rapporter le plus de matériel possible, sans consigner avec précision le déroulement de ses explorations. Par manque de moyens, il fut contraint de rentrer à Benghazi, avant de revenir à Cyrène en septembre de la même année.

Il rapporta brièvement les résultats de ses deux explorations dans des correspondances à Charles Lenormand, Edme François Jomard et Jean-Antoine Letronne. Ces lettres permettent d’affirmer que, malgré le manque de méthode apparent du drogman, ce dernier a marché dans les pas de Jean-Raymond Pacho, parti explorer la Cyrénaïque en 1824-1825 sous le patronage de la Société de Géographie de Paris (dont Vattier de Bourville était également un membre). En 1827, il avait publié un ouvrage réunissant textes et gravures des monuments de Cyrénaïque[5], auquel Bourville se référa au fur et à mesure de sa propre expédition :

« Dans une autre grotte, j’ai pu enlever, mais après un travail long et attentif, les six métopes dont parle Pacho à la page 210 de son ouvrage, et représentant chacune, selon toute probabilité, les diverses phases de la vie d’une esclave noire favorite. »[6]

Une des métopes mentionnées par Joseph Vattier de Bourville, musée du Louvre Ma 4908 © Musée du Louvre / Anne Chauvet

Le drogman se vanta même, dans une autre lettre adressée à Letronne lors de l’expédition de septembre 1848, d’avoir découvert le véritable emplacement de Cyrène et de pouvoir corriger son prédécesseur :

« J’ai découvert l’antique et primitive ville de Cyrène, son splendide théâtre d’où la vue la plus magnifique s’offrait aux yeux des spectateurs ; j’ai trouvé que le plan de Pacho était faux, et reposait sur des hypothèses erronées. Ce que Pacho a pris pour Cyrène, n’était rien que les dépendances et accroissement de cette ville, découverte par moi à ce second voyage. »[7]

Les explorations de Joseph Vattier de Bourville furent définitivement interrompues début 1849, faute de moyens : la révolution de février 1848 ayant conduit à un changement de gouvernement, le drogman chancelier perdit le soutient de François Guizot, exilé en Angleterre, et dû faire face à la suppression du chapitre relatif aux voyages et missions du budget de l’État. Il rentra de Benghazi à Paris en octobre 1849 et fut nommé, dès novembre, drogman de la légation de France à Constantinople, où il décède d’une méningite le 1er novembre 1854.

« Mal armé pour l’archéologie »[8], Joseph Vattier de Bourville fut en revanche un grand accumulateur d’antiques. Sa collection d’objets cyrénéens fut dispersée à Paris entre 1847 et 1855 via divers canaux : cadeaux politiques, dons privés ou encore achats directs par l’actuelle BnF et le musée du Louvre. Une unique vente aux enchères eut lieu au mois d’avril 1855, afin de liquider sa collection à la suite de son décès. Aujourd’hui encore les chercheurs peinent à retracer le parcours de ces œuvres…

À suivre…

[1] Également connu sous le nom de Charles Salvator Hyacinthe, né en 1753 et décédé en 1822.

[2] Il ne doit pas être confondu avec son demi-frère, Charles Auguste Désiré Vattier de Bourville (1795-1883), ayant eu une carrière de consul. 

[3] Nomination mentionnée dans le numéro du 8 mai 1850 du Moniteur Universel et le numéro du 12 mai de la Gazette du Midi.

[4] L’ensemble des données suivantes sont connues grâce aux travaux de Thibault Serres-Jacquart : Joseph Vattier de Bourville : 1812-1854, mémoire d’étude, soutenu en 1999, sous la direction de Geneviève Bresc, Violaine Jeammet et Jean-Luc Martinez ; « Joseph Vattier de Bourville (1812-1854). Notes sur un explorateur de la Cyrénaïque », dans Journal des Savants, 2/2, 2001, p. 393-429.

[5] Jean-Raymond Pacho, Relation d’un voyage dans la Marmarique, La Cyrénaïque et les oasis d’Audjelah et de Maradeh, Paris, 1827.

[6] « Lettre de Vattier de Bourville à à M. Letronne, sur les premiers résultats de son voyage à Cyrène », dans Revue Archéologique, Ve année, 1/2, 1848, p. 150-154.

[7] Jean-Antoine Letronne, « Deux nouvelles inscriptions grecques de la Cyrénaïque. Véritable Emplacement de Cyrène », dans Revue Archéologique, Ve année, 2/2, 1849, p. 433-434.

[8] François Chamoux, Cyrène sur la Monarchie des Battiades, Paris, 1953, p. 19.

Pour citer cet article : Elsa Bergès, "La vente maudite de 1855. Sur la trace des antiquités perdues de Cyrénaïque…", dans Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle, 18/06/2021, https://venteantique.hypotheses.org/2882.

Elsa Bergès

Elsa Bergès est doctorante à l'Université de Poitiers et l'Université de Paris-Nanterre. Elle a effectué un séjour de recherche au sein du programme "Répertoire des ventes d'Antiques en France au XIXe siècle" à l'INHA d'avril à juin 2021. Diplômée de premier cycle à l’Ecole du Louvre et de master II à l'EPHE, elle se spécialise en coroplathie grecque. Son sujet de thèse, codirigé par Vincent Michel et Pascale Ballet, porte sur les figurines de terre cuite de Cyrène et de sa chôra, produites entre l'époque archaïque et le Haut-Empire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search