La folle histoire du numismate kleptomane : 1. Le casse du magasin d’antiquité

Dans la nuit du 15 au 16 mars 1888 un drame se joue dans le magasin d’antiquités tenu par Messieurs Rolin et Feuardent rue Louvois. 

Alors que M. Rollin et sa femme dormaient profondément, le bruit produit par un carreau brisé les réveilla. Alerté, M. Rollin descendit dans le magasin, inspecta les lieux, mais ne trouva rien. Pourtant, s’il avait regardé sur sa droite, à l’endroit même de la fenêtre donnant vers l’escalier, il aurait aperçu une vitre brisée et un homme dissimulé dans un petit cabinet qui n’était autre que le célèbre voleur Périclès Raftopoulos ! Un reporter du journal Le Rappel nous décrit la scène avec détails et suspens [1]:

« Le malfaiteur, après avoir attendu que monsieur Rollin fut profondément endormi, passa son bras par l’ouverture du carreau brisé, et faisant jouer l’espagnolette de la fenêtre, il franchit le mur d’appui et sauta dans l’appartement, où bientôt il se dirigea vers la pièce principale, le cabinet de Monsieur Feuardent, comme quelqu’un qui connaît la disposition des lieux. 

Avec une audace inouïe, l’homme alluma un flambeau placé sur la cheminée et, allant droit au Bureau de Monsieur Feuardent, il fractura les tiroirs et s’empara, avec plusieurs fonds de l’emprunt tunisien, d’une traite de 25 000 $ et d’une montre en argent de 100 francs. Puis il passa dans le cabinet de Monsieur Rollin où, après avoir vainement tenté d’ouvrir avec une sorte de couperet de boucher, un coffre-fort, il se rejeta sur les collections de médailles et de bijoux en or dont il emplit toutes ses poches. 

Sa razzia terminée, le malfaiteur déposa sur une table de l’antichambre sa bougie et quitta la place comme il y était entré. Je veux dire qu’il escalada la fenêtre de l’antichambre, longeât la corniche, enjamba la fenêtre de l’escalier et alla de nouveau se blottir dans le cabinet de débarras où fort à point, il trouva une sacoche de cuir qui lui servit à enfermer son butin. Il attendit comme cela le jour, et le matin il quitta sa maison, sans être aperçu du concierge. »

Le lendemain matin en se réveillant, nos deux experts, Messieurs Rollin et Feuardent, constatèrent les ravages de la veille. Le dommage s’évaluait à près de 500 000 francs !

En effet, les antiquaires constatèrent que leur visiteur nocturne leur avait soustrait :

Aureus or à l’effigie de Néron © British Museum

  • 1 250 pièces romaines ou byzantines en or ;
  • 400 pièces romaines, en or ;
  • 300 pièces de monnaie royale françaises en or ;
  • 55 pièces romaines consulaires, en or ;
  • 29 pièces grecques, en or ;
  • Une cinquantaine de bijoux anciens ;
  • La montre en argent de M. Feuardent d’une valeur de 100 francs ;
  • Une traite de 25 000 dollars.

Face à la disparition de leur précieuse et unique collection, les experts déployèrent toutes leurs relations pour alerter la presse et le monde du marché de l’art qu’un voleur de monnaie ancienne sévissait à Paris. Le but, éviter que les médailles volées s’écoulent sur le marché parisien !

En parallèle de cette grande publicité, s’engage une enquête menée par le chef de la Sûreté, Monsieur Goron. Aidé des souvenirs de Monsieur Feuardent et du vice-consul de Grèce, M. Manoulopoulos[2], il réussit à retrouver notre Arsène Lupin numismate.[3] En effet, quelques mois plus tôt, un certain Raftopoulos, demeurant à l’hôtel Boston, était venu apporter quelques pièces de monnaie rare à Messieurs Rollin et Feuardent. Les experts lui achetèrent pour une belle somme et l’affaire parue s’en finir là.

Détail de la colonne commémorative du buste de P. Raftopoulos par Th. Anninos. © The Athens Review

La piste intéressa toutefois les enquêteurs qui le placèrent en filature. Puis, profitant de l’absence M. Raftopoulos parti en Italie, les enquêteurs décidèrent de perquisitionner son domicile. Et là, surprise, ils découvrirent des milliers de pièces dont la presque entièreté n’était autre que la collection dérobée chez nos experts. [4] Mais d’autres pièces se mêlaient au butin, l’expertise révéla alors qu’il s’agissait d’un autre trésor dérobé, il y a quelques années dans un grand musée étranger ![5]

Mais qui était donc ce bel Hellène ? Lors de son procès, il est décrit comme un élégant jeune homme de 24 ans, mince, très brun, à la peau basanée, doté d’une moustache courte et très noire. Mais c’est la retranscription de son interrogatoire qui nous en apprend plus sur sa personnalité. Issu d’une famille honorable, M. Raftopoulos effectue de brillantes études de droit à l’Université d’Athènes[6], mais déjà doté de mauvais instinct, il s’était retrouvé dans l’obligation de quitter le pays pour échapper à une condamnation pour le vol de l’un de ses camarades étudiants.

D’abord questionné sur le trésor dérobé dans ce fameux musée, le grec nia de façon maladroite et constante mais sans duper le juge. Car dans notre affaire plusieurs éléments participèrent à l’établissement de sa culpabilité, outre son butin volé, on retrouva sur lui, lors de son arrestation, un diamant de vitrier, qui lui servit à fracturer la fenêtre et qu’il confia avoir « emprunté » à Athènes. Pour compléter sa panoplie de voleur, on retrouva chez lui une pince monseigneur dont il justifia la détention par la volonté de l’envoyer comme cadeau à sa mère, comme pince casse-sucre. Celle-ci avait également été volée. N’ajoutant pas plus d’explication l’audience fut levée et après l’audition des témoins, le verdict fut prononcé et Périclès Raftopoulos fut condamné à 5 ans de prison et 10 ans d’interdiction de territoire.

Ainsi aurait pu se terminer l’affaire de ce numismate kleptomane parfois présenté comme un génie du crime ou comme un individu déséquilibré pour qui la notion d’emprunt est assez extensive[7]. Pour en juger, il suffit de lire les mémoires de l’inspecteur de la Sûreté ou le compte rendu du tribunal rapportant les réponses du prévenu. Quoi qu’il en soit, la collection de Feuardent et Rollin fut retrouvée et, heureux d’être remboursés, nos experts offrirent en remerciement aux agents de la Sûreté la somme de vingt mille francs à distribuer entre tous.

Toutefois, loin de s’arrêter là, les exploits de Raftopoulos continuent au prochain épisode …

[1] Blondeau Amédée, Le Rappel, Le Grec Raftopoulos, n° 6744, 11 fructidor an 95 (lundi 27 août 1888),

[2] Goron, Marie-François, Les mémoires de M. Goron, ancien chef de la Sûreté, Partie 3 ; haute et basse pègre, 1897, Ernest Flammarion, Paris, p. 245 à 267

[3] Ibid

[4] La bande des numismates (suite) », Les mémoires du brigadier Rossignol, Le Matin, 12 juin 1899.

[5] Revue des Études Grecques, tome 1, fascicule 2,1888. P 245 – 246

[6] Salmon Reinach, Revue Archéologique, 3ème Série, T. 11 (JANVIER-JUIN 1888), CHRONIQUES ET D’ORIENT, p.368

[7] Goron, Marie-François, Les mémoires de M. Goron, ancien chef de la Sûreté, Partie 3 ; haute et basse pègre, 1897, Ernest Flammarion, Paris, p. 255

Pour citer cet article : mbarbotteau, "La folle histoire du numismate kleptomane : 1. Le casse du magasin d’antiquité", dans Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle, 22/06/2021, https://venteantique.hypotheses.org/2878.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search