Du chantier de fouille au marché de l’art L’exemple de la vente Tyszkiewicz de 1898

Par Noémie Gundogar

Le 18 novembre 1897, le comte Michel Tyszkiewicz, surnommé par les italiens le « Conte Polacco » (Fig. 1), meurt à Rome laissant derrière lui une collection importante d’antiquités orientales, grecques et romaines. La vente de celle-ci est alors organisée par son ami et marchand Felix-Bienaimé Feuardent dans les mois qui suivent son décès. Annoncée comme un évènement exceptionnel, l’ensemble est dispersé à Paris, à Drouot, entre le 8 et le 10 juin 1898, sous le marteau de P. Chevallier, secondé par A. V. Ternisien et les experts C. Rollin et F. Feuardent. Le succès certain que la vente remporte s’explique autant par la qualité des objets que par la réputation du collectionneur et une publicité rondement menée au moyen d’un catalogue richement illustré. 

Fig. 1 Le comte Michel Tyszkiewicz, date et auteur inconnus. Wikicommons

Les trois cent douze lots présentés aux enchères sont en grande partie issus de fouilles archéologiques ou d’autres collections prestigieuses. La taille de la vente de 1898, moyenne, en comparaison de celle de la collection Pourtalès et ses 1477 lots, ne l’empêche pas de réaliser l’importante recette de 358 866 francs. Le catalogue est classé par type de biens (vases, bronzes, bijoux, verreries, etc.) avec une nette prédominance des antiquités du bassin méditerranéen. On y trouve non seulement des œuvres classiques, avec un nombre important de vases polychromes, mais également, fait encore rare pour l’époque, un certain nombre d’antiquités orientales.

La mise en ligne de la vente Tyszkiewicz de 1898[1] dans la datavisualisation du programme Sur la piste des œuvres antiques est une occasion de revenir sur ce collectionneur exigeant et la nature des objets qu’il a rassemblé tout au long de sa vie.

Une collection convoitée

C’est à Rome que le comte Tyzskiewicz, issu de l’aristocratie polonaise, constitue la majeure partie de sa collection[2]. Né en Lituanie en 1828, il passe une grande partie de sa vie entre la France et l’Italie. En 1865, il s’installe ainsi à Rome, où il décède en 1897. Il puise probablement l’envie de constituer sa propre collection dans son histoire familiale ; en effet, son aïeul Eustache Tyszkiewicz, éminent archéologue et numismate, fonde le premier musée public de l’ancien Grand-Duché de Lituanie, le musée des Antiquités à Vilnius[3].

Collectionneur respecté[4] de la seconde moitié du XIXème siècle, le comte fait partie de nombreux cercles de marchands et de collectionneurs d’antiques, comme il l’évoque dans ses Notes et souvenirs d’un vieux collectionneur[5],paru dans la Revue Archéologique entre 1895 et 1897. En 1898, Wilhem Froehner parle de lui comme de « l’acheteur le plus passionné et le plus prodigue d’objets antiques »[6]. En effet, la qualité des médailles, des camés et des bronzes qu’il rassemble fait rapidement connaitre sa collection, au point que Napoléon III propose de lui acheter certaines pièces dont un Hercule en bronze du IIIème siècle qu’il offrira au Louvre.

Sa collection est présentée à l’occasion d’un premier ouvrage qui parait en 1892, du vivant du comte Tyzskiewicz. Le texte est accompagné de magnifiques gravures, mettant en valeur, comme le souligne son auteur, des objets de qualité muséale :

Bien des objets célèbres, qui tiennent une première place dans nos musées, lui ont appartenu […]. S’il avait publié ses collections à mesure qu’il les formait, nul amateur n’aurait pu rivaliser avec lui, ni les prélats romains du XVIe siècle, ni les millionnaires du nôtre. Voici enfin les premières feuilles d’un catalogue qui fera connaitre ce que le Comte Michel possède actuellement ; non pas la collection tout entière, mais les pièces qui se distinguent par leur beauté exceptionnelle ou leur valeur au point de vue de la science[7].

Les illustrations de l’ouvrage sont reprises dans le catalogue de la vente de 1898 qui parait sous deux formes : l’une adressée aux potentiels acheteurs comprenant les gravures et les textes descriptifs destinés à mettre en valeur les biens proposés à la vente et l’autre beaucoup plus succincte, destinée au grand public, qui présente sommairement chacun des lots.

Au contraire de la vente Pourtalès de 1865, les objets sont partagés entre un petit nombre d’acquéreurs. Parmi eux, plusieurs experts, Rollin et Feuardent notamment, achètent des pièces pour des collectionneurs privés comme E. Warren. Ces marchands servent également de prête-noms à de grands musées – le musée du Louvre et le musée des Beaux-Arts de Lyon par exemple – qui achètent par leur intermédiaire (Fig. 2).

Fig 2 : Lot n°230, « bouquetin ailé en argent plaqué or » acquis par le musée du Louvre pour la somme de 29 500 francs.

Les habitués des salles de ventes de l’époque tels la comtesse Dzialinska, la comtesse de Bearn ou le marchand anglais Ready sont présents. Ce dernier, par exemple, achète l’ensemble des pierres gravées proposées à la vente, pour la somme importante de 106 000 francs. D’autres acheteurs demeurent plus mystérieux, à l’image de Mme Constantin qui n’acquiert qu’un petit nombre de lot.

Aujourd’hui la collection est principalement répartie entre le Louvre, le musée des Beaux-Arts Lyon, le British Museum et le musée de Boston qui mettent toujours en avant des pièces provenant de la collection Tyszkiewicz.

Une concentration rare d’antiquités orientales

À la fin du XIXe siècle, à une époque où le marché des antiquités orientales est relativement récent[8], cette vente s’illustre par sa concentration, encore rare, d’objets de ce type. Parmi les 312 lots, 41 peuvent être regroupés sous le terme d’antiquités orientales[9], soit 13% de la vente. Leur présence s’explique par la passion du collectionneur pour l’archéologie qu’il pratique lui-même en dilettante. Le comte organise ainsi des expéditions en Orient, en Egypte notamment, où il obtient l’autorisation de mener des fouilles en 1862. À son retour de ses voyages, il fait un don conséquent de 196 objets au Louvre, ce qui lui vaudra d’apparaitre parmi les généreux donateurs du musée, dans la rotonde d’Apollon.

Lors de ses voyages en Orient, il entretient une correspondance importante avec W. Froehner, qui lui sert alors d’intermédiaire pour vendre et acheter des antiquités[10]. Il lui fait part notamment de la concurrence naissante entre les collectionneurs, sans cesse à la recherche de nouvelles pièces, entrainant une véritable chasse aux antiques. Dans ce contexte d’expansion du marché, Alexandre Castellani, son plus grand concurrent[11] à Rome, finit peu à peu, à la fin du XIXème, par éclipser le comte, comme celui-ci l’évoque dans l’une de ses lettres :

Jusqu’à l’arrivée de ce potentat (…), il ne passait pas un objet entre les mains des marchands de Rome sans qu’il me fût offert et vendu s’il me convenait de l’acheter.[12]

Cette correspondance, abondamment commentée par Mariola Kazimierczak[13], présente Tyszkiewicz comme un témoin essentiel de l’émergence d’un milieu des collectionneurs d’antiques dans la seconde partie du XIXème siècle et plus largement de la relation qu’ils entretiennent entre eux. Le comte étant en contact étroit avec de nombreux marchands et collectionneurs parisiens, londoniens et romains – Salomon Reinach, Grégoire Strogonoff, ou encore le baron Edmond de Rothschild[14] notamment – il le premier averti lorsqu’un objet va être mis en vente. Néanmoins, parmi les nombreux biens qui lui sont proposés, il lui faut constamment distinguer les originaux des faux, les œuvres authentiques des antiquités modernes, comme en témoigne ce passage :

Il y a quelques années, je ne me rappelle plus au juste la date, l’on découvrit à Chypre un nombre considérable de scarabéoïdes taillés et prêts pour la gravure mais dont la table était encore vierge de toute décoration. (…) certains faussaires achetèrent les pierres en question, qui reviennent aujourd’hui sur les places européennes sous la forme de scarabéoïdes parfaitement antiques, mais ornés de gravures modernes. Je n’ai pu découvrir où réside l’artiste habile et dangereux qui exécute ces intailles.[15]

Ce souci de l’authenticité souligne l’importance grandissante de la notion de provenance dans les ventes d’antiques du XIXème siècle.

L’importance croissante de la notion de provenance

L’intérêt de cette vente pour l’histoire de l’art tient au fait qu’elle témoigne d’une fréquence de plus en plus importante de la mention de la provenance des objets lors des transactions à la fin du XIXème siècle. Sur les 312 lots proposés, 250 comportent une information sur l’origine du bien. Dans 73% des cas, le lieu de découverte de l’objet est indiqué, parfois de manière très précise, à l’image du lot 20 « trouvé en mai 1883, dans la nécropole de Capoue ».  Le nom du précédent propriétaire de l’objet est quant à lui indiqué dans 12,5% du total de la vente. Ces mentions sont le signe d’une préoccupation grandissante pour la traçabilité des œuvres, leur origine étant mise en avant par l’auteur du catalogue comme un argument de vente, justifiant dès lors la valeur des objets.

La réputation du comte permet certes de rassurer les acheteurs, cependant, de nos jours, les archéologues peuvent légitimement s’interroger sur la quantité d’objets – 226 antiquités ici lors de la vente – directement issus d’un contexte de fouilles. Une quarantaine d’objets sont par exemple identifiés comme ayant été « trouvés » ou achetés sur le territoire ottoman. Or, la sortie des antiquités découvertes dans l’empire est très tôt soumise à un contrôle drastique[16], puis à partir de 1869 à une interdiction totale[17]. En principe, à l’époque de la vente de la collection Tyzskiewicz, la circulation des antiquités provenant du territoire ottoman étant régulée, les ventes de celles-ci devraient donc être relativement rares et leur traçabilité exhaustive. Les indications cependant peu précises – « envoyé du Liban » ou « de Beyrouth » – ne permettent pas à ce stade de retracer le parcours des antiquités proposées à la vente. Ainsi, malgré le souci grandissant de renseigner la provenance des biens, la détermination précise de l’origine des œuvres est loin d’être systématique comme le montre le cas de l’une des pièces phares du catalogue, le bouquetin ailé, achetée pour le Louvre : « au dire d’un marchand qui a vendu la seconde anse au musée de Berlin, elle aurait été trouvée en Arménie » [18]. Aujourd’hui l’anse est datée du IVe siècle avant J.-C. et pourrait provenir du trésor des Grand rois perses[19].

La question de la provenance des œuvres de la collection Tyszkiewicz attire l’attention de la Direction Générale des Antiquités italienne. Créée en 1875, le service est chargé de lutter contre le pillage des œuvres d’art. Son premier directeur, le professeur Felice Bernabei, dans ses mémoires parues en 1933[20], accuse le comte d’avoir pris part à une organisation clandestine de vente d’antiquités à la provenance illicite au côté du collectionneur F. Martinetti et de l’archéologue allemand Helbig [21]. Bien que l’affaire n’ai pas été portée devant la justice[22], il est important de souligner que de son vivant, Tyszkiewicz ne cesse d’acheter et de vendre des objets. On dit de lui qu’il se lasse facilement des objets qu’il acquiert. Sa collection est ainsi en perpétuel mouvement. W. Froehner l’explique de la sorte dans la préface du catalogue de vente :

Mais sa grande joie était de trouver et d’acheter, plutôt que de conserver (…). Sitôt qu’il avait fait une acquisition, il la regardait des heures entières suivant de l’œil le moindre coup de ciselet ou de pinceau, jouissant des perfections qu’il y voyait, ayant des satisfactions et des surprises dont nul ne se serait douté. Cet examen fait, l’objet avait à peu près cessé de l’intéresser.[23] 

Ce constat est partagé par Józef Tyszkiewicz, son fils aîné, qui confirme que son père vendait au fur et à mesure ses collections[24]. Les objets restent donc un temps limité dans sa possession, emportant néanmoins avec eux à l’issu de leur court passage, le prestige d’avoir appartenu un temps au « Conte Polacco ».

Aujourd’hui encore, la mention « provenant de la collection du comte Tyszkiewicz » permet d’identifier un bien et de le valoriser en lui conférant une origine prestigieuse, un ‘pedigree’ qui manque à tant d’antiquités sur le marché, ce qui entraine de fait une augmentation de son prix. À titre d’exemple,  une statuette en bronze d’un dieu syro-hittite appartenant à la vente de 1898[25] se retrouvée dans un catalogue de la maison Christie’s un siècle plus tard (Fig. 3). Lors de sa première vente en 1898, elle est adjugée 115 francs, soit environ 457 euros[26] ; en 2008 elle atteint 288 250 euros avec frais de ventes[27].

Fig. 3 : Lot n°114, « Guerrier phénicien », Acquis par Charles Guillot pour la somme de 115 francs.

[1] N° Lugt 56420.

[2] KAZIMIERCZAK, M., « Michel Tyszkiewicz (1829-1897), grand collectionneur », dans Les nouveaux cahiers franco-polonais, n°6, 2006, p. 187-200.

[3] KAZIMIERCZAK, M., Le comte Michel Tyszkiewicz (1828-1897), dans Les Polonais en France, Varsovie, CAN, 2004

[4] KAZIMIERCZAK, M., « Michel Tyszkiewicz à Rome (1828-1897) : sa stratégie pour faire connaître sa collection archéologique », dans Archeologia Warsz, LXV, 2014, p. 57-84.

[5] TYSZKIEWICZ, M., « Notes et souvenirs d’un vieux collectionneur », dans Revue Archéologique, 1895, p. 273-285, et 1897, p. 358-372.

[6] Dans la préface du catalogue de la vente de 1898, FROEHNER W., Collection d’antiquités du comte Michel Tyszkiewicz, Paris, 1898.

[7] FROEHNER W., La collection Tyszkiewicz, choix de monuments antiques, Munich, 1892.

[8] Les ventes composées exclusivement d’antiquités orientales n’apparaissent qu’à la toute fin du XIXème siècle et sont souvent mélangées à des antiquités chypriotes, grecques et romaines.

[9] Le département des Antiquités orientales du musée du Louvre recouvre un domaine allant de la Préhistoire au début de l’époque islamique et provenant d’un territoire allant selon les époques de l’Asie centrale à l’Espagne et de la mer Noire à l’océan indien.

[10] Plus de quatre cent cinquante de ces lettres sont conservées dans les archives du Goethe and Shiller Institute à Weimar, Allemagne, KAZIMIERCZAK, M., 2006, op. cit. p. 189.

[11] Ibidem.

[12] TYSZKIEWICZ, M., op. cit. p. 32.

[13] A ce propos, la thèse de KAZIMIERCZAK, M., La correspondance de Michel Tyszkiewicz, grand collectionneur d’antiquités, adressée à Wilhelm Froehner entre 1872 et 1897, sous la direction de Agnieszka Grudzińska et de François Baratte., Paris IV Sorbonne, 2015.

[14] KAZIMIERCZAK, M., 2006, op. cit. p. 198.

[15] TYSZKIEWICZ, M., op. cit. p. 68. 

[16] CHEVALIER N., La recherche archéologique française au Moyen-Orient (1842-1947), Paris, Editions Recherches sur les civilisations, 2002, p. 40.

[17] Article 2, Règlement ottoman sur les antiquités, mars 1869 retranscrit dans CHEVALIER N., La recherche archéologique française au Moyen-Orient (1842-1947), Paris, Editions Recherches sur les civilisations, 2002, p. 493.

[18] FROEHNER, W., et TYSZKIEWICZ, M., 1898, p. 10, Planche III.

[19] Musée du Louvre, notice d’œuvre, https://www.louvre.fr/oeuvre-notices/anse-de-vase-en-forme-de-bouquetin-aile-dont-les-pattes-reposent-sur-un-masque-de-sil, consultée le 19/02/2021.

[20] Barnabei, Felice, Margherita Barnabei, and Filippo Delpino. Le “Memorie di un archeologo”. Roma: De Luca edizioni d’arte, 1991 (6ème ed.).

[21] KAZIMIERCZAK, M., 2006, op. cit. p. 199.

[22] À notre connaissance.

[23] FROEHNER, W., Collection d’antiquités du comte Michel Tyszkiewicz, Paris, 1898, p. 4.

[24] TYSZKIEWICZ, J., Zbiory mojego ojca Michała Tyszkiewicza. [dans] “Tyszkiewiciana”, Poznań, 1903, p. 86-87 dans Mariola Kazimierczak, 2006, op. cit. p. 188.

[25] Lot 114 illustré pl. VIII du catalogue écrit par FROEHNER W., Collection d’antiquités du comte Michel Tyszkiewicz, Paris, 1898.

[26] Compte tenu de l’érosion monétaire due à l’inflation, le pouvoir d’achat de 115,00 Anciens francs en 1898 est donc le même que celui de 456,83 Euros en 2020. Source : convertisseur franc-euros de l’Institut national de la statistique et des études économiques.

[27] Il s’agit du lot 137, de la vente Christie’s, Ancienne Collection Charles Gillot (1853-1903) ̧qui eu lieu à Paris les 4 et 5 mars 2008, https://www.christies.com/lotfinder/Lot/statuette-dun-dieu-syro-hittite-en-bronze-canaan-5046421-details.aspx, consulté le 10/10/2020.

Pour citer cet article : ngundogar, "Du chantier de fouille au marché de l’art L’exemple de la vente Tyszkiewicz de 1898", dans Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle, 26/05/2021, https://venteantique.hypotheses.org/2815.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Kazimierczak dit :

    Bonjour,
    Je viens de lire votre article avec un grand interet. J`aimerais bien pouvoir vous citer, mais il m`est difficile de dechiffrer votre nom.
    Etes-vous etudiant a l`INHA ?
    Bien cordialement, Mariola Kazimierczak

    • ngundogar dit :

      Chère Mariola,
      Merci pour votre intérêt, vous avez probablement remarqué que nous avons lu attentivement vos travaux pendant le dépouillement de cette vente !
      Je suis étudiante à l’école du Louvre, voici mon nom complet: Noémie Gundogar.
      Bien cordialement,
      N.G.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search