De l’industrie aux enchères : la famille Cottreau

Les grands noms qui jalonnent l’histoire du marché de l’art et qui peuplent les collections de musées – Durand, Tyskiewicz, Pourtalès – donnent une image prestigieuse du collectionnisme du XIXe siècle. Pourtant, nombreux sont les acheteurs moins fameux, parfois simples marchands-collectionneurs, parfois amateurs plus modestes. Ce sont des acteurs que la recherche ne doit pas négliger puisqu’ils alimentent eux aussi le marché de l’art. A partir du début du siècle, l’industrialisation progressive permet à des familles bourgeoises de faire fortune et de se faire une place au sein du marché de l’art. Collectionner n’est plus l’apanage de l’aristocratie. A titre d’exemple, la famille Sommier, en acquérant le château de Vaux-le-Vicomte, devient une des représentantes les plus célèbres de ces nouvelles dynasties.

De Villeneuve-Saint-Georges à Paris

A la fin du XVIIIe siècle, la famille Cottreau s’établit à Villeneuve-Saint-Georges (94) où elle dirige une raffinerie de sucre sur les bords de la Seine : Jean-Baptiste Cottreau (fig. 1), né à la Grande Pinte de Bercy près de Charenton, est présenté comme régisseur à la raffinerie de Villeneuve en 1779 – il en devient plus tard le directeur. Les descriptions géographiques et les manuels du voyageur nous dressent le tableau d’une ville industrielle, développée progressivement par l’arrivée des chemins de fer. Dans sa Description géographique, physique et politique du département de Seine-et-Oise en 1801, Garnier mentionne une raffinerie dirigée par le “citoyen Cottreau”, probablement Jean-Baptiste Gabriel. En 1829, de Paty écrit sur une “superbe raffinerie de sucre appartenant à MM. Cottreau” dans son ouvrage Manuel du voyageur aux environs de Paris. Importante famille au sein de la ville, le fils Félix en est le maire de 1854 à 1859. Les archives du Val-de-Marne conservent ainsi le témoignage de plusieurs dons et legs faits à la municipalité de Villeneuve pour les bonnes œuvres – notamment la construction d’une maison de la Charité et l’achat et l’entretien d’un bateau de lavage.

Fig. 1. Portrait de Jean-Baptiste Cottreau, v. 1820 – 1830, coll. particulière.

Il semble que, plus tard, la famille s’établit à Paris : dans le procès-verbal de la vente de 1870, les deux ordonnateurs, Marie-Mathilde et Alfred Gabriel, enfants de Laurent Cottreau et petits-enfants de Jean-Baptiste, sont domiciliés respectivement rue de l’Échiquier et rue Auber. Le nom de la famille apparaît sur les procès verbaux de plusieurs ventes : Durand 1836, Canino 1837, Magnoncour 1839 et Beugnot 1840, où Laurent est acquéreur. En 1851, la collection d’Hugues “Nelson” Cottreau, son frère, est mise en vente à sa mort par la veuve. On garde de lui plusieurs poèmes, dont Le Bal du bois de Brevannes

Lorsque Marie-Mathilde épouse Joseph Eugène Paul Emile Marochetti en 1835, la famille Cottreau se lie avec cette petite dynastie, dont le plus célèbre représentant est le sculpteur Carlo Marochetti (1805-1867). On sait que ce dernier est fait baron par le roi Charles-Albert de Savoie et il est alors possible que le “baron Marochetti” mentionné sur le procès-verbal de 1870 soit un de ses fils, Philibert ou Charles Maurice.   

La collection Cottreau

En 1870 donc, à la mort de la veuve de Laurent, Aglaé Thérèse, une vente est organisée par leurs enfants, Marie-Mathilde et Alfred Gabriel. Parmi les acheteurs, est mentionné le nom de Charles Cottreau : il pourrait s’agir de Louis Charles, neveu de Laurent, ou plus certainement de son fils Charles Gabriel – dont on sait qu’il est un fervent collectionneur de militaria. On y retrouve également Félix Cottreau, l’un des frères de Laurent et ancien maire de Villeneuve-Saint-Georges. Cent cinquante-cinq lots sont présentés dans le catalogue, dont une jolie collection de tableaux de l’école du Nord – Hobbema, Brueghel, Teniers ou même Rubens sont présents. Il faut également noter une œuvre du peintre vénitien de vedute Francesco Guardi. Quarante-trois antiques sont vendus : des vases grecs, des statuettes de bronze, des pierres dures gravées et quelques antiquités égyptiennes.

Parmi les antiques, l’hydrie à fond blanc attribuée au Peintre de Psiax est un des chefs-d’œuvre des enchères, et l’unique œuvre identifiée aujourd’hui (fig. 2). Selon le catalogue de la vente Magnoncour de 1839, le vase est retrouvé à Vulci lors des fouilles menées par Lucien Bonaparte, prince de Canino. Le Cahier Plaoutine d’Oxford le fait provenir de la collection Feoli à Rome – il pourrait alors avoir été découvert lors des fouilles d’Agostino Feoli sur les terres de Campomorto. Quoiqu’il en soit, Laurent Cottreau le rachète pour 600 francs lors de la vente Magnoncour. L’hydrie est ensuite remise en vente aux enchères de 1870, où elle est acquise par les frères Dutuit pour 805 francs. Enfin, elle est léguée en 1902 avec l’ensemble de leur collection au musée du Petit Palais (n° d’inv. ADUT 322).

fig. 2

Fig. 2. Hydrie attique attribuée au Peintre de Psiax, v. 525 av. J.-C., Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris. © Stéphane Piera / Petit Palais / Roger-Viollet

 

Plus tard, une vente de la “collection Cottreau” est organisée en 1910, sans que le catalogue n’offre plus de détails sur l’identité du propriétaire. Il est cependant intéressant de noter que quelques objets vendus en 1870 à des membres de la famille réapparaissent lors de cette vente du début du siècle : on retrouve notamment une statuette du Génie de la comédie, achetée par Laurent à Dominique Vivant-Denon en 1827. L’objet est ensuite acquis en 1870 par Louis Charles Cottreau puis revendu en 1910.

Beaucoup d’œuvres passées dans ces petites ventes ne sont pas identifiées dans les collections actuelles, et les historiques perdus ; on trouve cependant parfois la trace de ces objets dans les archives ou les dessins anciens. Ainsi, une statuette en bronze de la vente de 1870 a été dessinée par Jean-Baptiste Muret lorsqu’elle était encore dans la collection de Laurent Cottreau (fig. 3). On voit ainsi toute l’importance du croisement des sources anciennes pour permettre de mieux documenter et peut-être retrouver les histoires complexes de toutes ces œuvres.

Statuette

Fig. 3. Statuette de guerrier de la collection Cottreau, dessinée par Jean-Baptiste Muret (Recueil, III, pl. 88). Source BnF/Gallica

Pour citer cet article : maudepiantoni, "De l’industrie aux enchères : la famille Cottreau", dans Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle, 01/06/2021, https://venteantique.hypotheses.org/2788.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search