Identification : une amphore des collections Durand et Paravey identifiée au Metropolitan Museum de New-York.

Jean de Witte est l’auteur des deux catalogues de vente relatifs d’une part à la « vente du siècle », celle de la collection du chevalier Durand en 1836, d’autre part à une vente plus discrète, celle de Charles de Paravey en 1879. Ce dernier avait récupéré au moins vingt-neuf vases vendus par Durand, souvent par le biais d’autres ventes (Révil, Raoul-Rochette et Pourtalès essentiellement). De Witte mentionne au mieux la correspondance entre les numéros. Onze d’entre-eux ont été directement acquis par le Louvre en 1879, un autre par le Musée National de Copenhague. La majorité demeurent, à ce jours, perdus dans les limbes du collectionnisme. Identifier l’un de ces vases est toujours un petit évènement, que nous sommes ravis de partager.

 

Notice du catalogue de la vente Paravey, 1879 :

21. — Amphore. — (Vulci.) Ajax emporte sur ses épaules le corps à Achille. Le bouclier du premier de ces héros est orné de deux serpents, celui du fils de Thétis de trois globules; ces boucliers sont l’un et l’autre de forme béotienne. En avant de ce groupe est une femme, peut être Thétis qui s’éloigne en retournant la tête; elle est vêtue d’une longue tunique qu’elle relève de la main gauche. Une stéphané rayonnée orne sa tête. Derrière ces trois personnages est un archer phrygien qui s’enfuit; il se retourne tout en paraissant saisi de frayeur, et tient son arc de la main gauche; une tunique courte et un grand carquois complètent son équipement. Rev. — Trois guerriers armés de boucliers argiens emmènent une femme voilée ; les emblèmes des trois boucliers sont trois globules, un dauphin et un serpent. Deux de ces guerriers se retournent vers la femme en marchant devant elle. Haut., 31 centimètres. Catal. Durand, n°405.

 

Figs. 1-2. Corpus Vasorum Antiquorum, Metropolitan Museum IV, pl. 771 (43.5-8).

Cette description très précise, jusqu’au détail de chacun des boucliers, permet de s’assurer de l’identification de ce vase : il s’agit de l’amphore 26.60.20 du Metropolitan Museum de New-York. Elle correspond au vase 351139 du Beazley Archive, et est illustrée dans le Corpus Vasorum Antiquorum, (Met. Museum IV, pl. 771).

Son origine, Vulci, a ainsi été oubliée. Nous pouvons donc compléter partiellement l’histoire de ce vase qui, découvert sur la terre étrusque avant 1836, est acheté par un certain Lacoste lors de la vente Durand pour 246 francs, avant de reparaître lors de la vente Paravey en 1879, acquis cette fois par le collectionneur et numismate Auguste de Belfort pour 150 francs. Ce dernier revend une partie de sa collection de numismatique en 1888, mais nous ignorons à ce jour ce que devinrent ses autres antiquités, avant ou après sa mort en 1907.

Nicolas Plaoutine identifie ce vase de nouveau lors d’une vente anonyme organisée à Drouot le 7 juin 1922 par Baudouin et les frères Feuardent (n°51, p.7). Ce vase est enfin acheté en 1926 par le Metropolitan Museum, 90 ans après son apparition lors de la vente Durand.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search