Journée d’étude « Traffic illicite des biens culturels et nouvelles technologies », Poitiers, 17 décembre 2020

L’Université de Poitiers organise, de manière régulière, des journées d’étude et des colloques internationaux autour des grandes questions ayant trait au trafic des biens culturels. La 4e journée d’étude « Patrimoine en danger – lutte contre le trafic illicite des biens culturels » a pour thème l’utilisation des nouvelles technologies dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels.

Nous avons été invité à y présenter le répertoire des ventes d’antiques au XIXe siècle, pour deux raisons : parce qu’il est un modèle technologique et méthodologique pouvant être suivi par d’autres programmes de recherches ayant trait à l’étude du marché des antiquités, avec sa base de donnée et sa datavisualisation, mais aussi car il est une ressource documentaire utile, permettant  d’effectuer des recherches de provenance et de comprendre la longue histoire du marché des antiques, dans une période où les questions de trafic ne se posent pas, ou peu.

Enjeu fondamental pour une protection durable du patrimoine, la lutte contre le trafic des biens archéologiques a pris de l’ampleur ces dernières années, face à l’accroissement du pillage et des ventes, et grâce à la réaction d’acteurs très divers portant ce combat contre l’archéo-déliquance et la criminalité organisée. 

Notre présentation, Sur la pistes des œuvres antiques, portera l’attention du public sur ces différents aspects, en rappelant la vieille histoire du marché des antiquités, bien avant l’émergence d’un marché noir lié au contrôle nouveau ou accru des fouilles et des exportations, en exposant les manières dont ce marché peut être étudié (objets, acteurs et ventes), et la manière dont les données peuvent être exploitées et éditées ensuite.

Le Répertoire peut donc inspirer d’autres recherches, comme c’est déjà le cas, notamment en ce qui nous concerne avec la création actuellement du Répertoire des ventes de sculptures Libyennes, et se place aujourd’hui comme une ressource utile à tous les chercheurs et experts, qu’ils travaillent pour le marché de l’art ou dans la lutte contre le trafic des biens culturels. 

Pour suivre cette journée, rendez-vous ici : https://emf.fr/ec3_event/trafic-illicite-des-biens-culturels-et-nouvelles-technologies/ 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search