Esclandre à la vente Clarac

Si l’examen minutieux des procès-verbaux des ventes est un travail parfois bien fastidieux, certains dévoilent toutefois quelques savoureuses anecdotes ! C’est le cas du procès-verbal de la vente posthume de la collection du comte de Clarac de 1847.

Cette vente qui s’est déroulée du 19 au 29 avril, comprenait quelques antiquités, des objets d’art mais également la bibliothèque et les meubles de feu Mr le comte de Clarac (1777-1847) conservateur du département des Antiquités du musée du Louvre entre 1818 et 1847. Si le catalogue fait état de onze lots d’Antiques comprenant des vases grecs, un candélabre en bronze et diverses statuettes égyptiennes en terre émaillée et en lapis-lazuli, tous n’ont pas été vendu. C’est notamment le cas de cinq vases dont deux amphores provenant de la collection Durand que l’on retrouvera plus tard lors de la vente Delessert de 1911, d’un candélabre en bronze de cette même collection Durand mais également, et c’est l’objet de ce billet, d’une statuette en bronze d’Isis allaitant Horus.

Bien que les antiquités ait été présentés lors des deux premières vacations, les 19 et 20 avril, c’est une semaine plus tard, à la fin d’une journée de vente de gravures et dessins que notre affaire débute. Le 27 avril 1847 en fin de journée, au 7 rue de Miromesnil, domicile de feu Mr. le comte de Clarac où se déroule la vente, une voix s’élève de l’assemblée : C’est Monsieur Charles Cuchelet ou Cuchetet qui réclame la propriété d’un des objets à la vente.

Le procès-verbal rapporte ainsi notre histoire en détail :

Et au moment de signer ces présentes Monsieur Charles Cuchetet demeurant à Paris rue Faubourg Saint-Honoré n°84 nous a exposé que sous le n° 10 du catalogue d’objets d’art de Mr le Comte de Clarac se trouvait compris dans la collection des bronzes anciens une petite statuette : Isis nourrissant Orus qui lui appartenait ; qu’il avait confié ce bronze quelques temps avant le décès de Mr. le comte de Clarac ; que c’est par erreur qu’il avait été désigné comme objet faisant partie de la succession ; que cette inscription gravée sur le socle de ce bronze indique qu’il est étranger à ceux de la succession : « Donné à Mr. Ch. Cuchelet (?) par Mr. P.P. Thédenat-Duvent, Consul de France à Alexandrie » et démontre bien suffisamment qu’il en est la propriété exclusive ; qu’au cas où nous ne pourrions faire droit à sa réclamation, c’est à dire lui remettre cette statuette, il nous requerrait de vouloir bien nous rendre au Palais de Justice pardevant Mr. Le Président du Tribunal civil, auquel il serait référé et a signé. 

Auquel réquisitoire Mr. De Villefosse a répondu qu’en sa qualité d’administrateur provisoire de la succession de feu Mr. Le comte de Clarac il ne pouvait pas faire droit à la dite réclamation sans que la remise soit ordonnée par justice et qu’il est prêt à se rendre devant Mr. Le président du tribunal en état de référé au Palais de Justice demain mercredi vingt-huit avril dix heure du matin et a signé.

Surquoi nous Commissaires-priseurs susdits et soussignés avons déclarés que demain mercredi vingt-huit avril, dix heures du matin nous nous rendrions au palais de Justice devant Mr. Le Président pour obtenir de lui l’ordonnance qu’il juge convenable de rendre. Et ont M.M DeVillefosse, Cuchette, Guilbert, Roussel rendu signé avec nous ces présentes après lecture faite.

Et c’est donc le lendemain matin 10 heure au Palais de Justice que notre affaire se dénoue :

En le dit jour vingt-huit avril eu conséquence à l’indication à ce jourd’hui par la clôture de la dernière vacation.

Nous Commissaires-priseurs susdits et soussignés nous sommes transportés au Palais de Justice dans le cabinet de Mr. Le Président avec messieurs Devillefosse et Cucheté lesquels ont exposés les faits pour lesquels ils venaient s’en rapporter à Justice. Mr. Le Président après avoir entendu les parties a décidé l’ordonnance suivante.

S’ensuit un passage particulièrement difficile à lire mais fort heureusement les parties déchiffrées nous annoncent le fin mot de l’histoire :

Attendu que Monsieur DeVillefosse ne conteste pas que le bronze [dont est question] peut appartenir à Mr. Cuchelet et qui fait présumer qu’il lui appartient. Disons que sans lui attribuer la propriété il lui sera remis provisoirement sans pour cela que Monsieur Devillefosse [ illisible ] en la chambre du référé. Le vingt-huit avril 1847.

Et le même jour vingt-huit avril en vertu de l’ordonnance de référé qui précède, nous commissaires-priseurs avons remis dans les mêmes conditions, que celle énoncées en ladite ordonnance, c’est à dire provisoirement, au dit Monsieur de Cuchetel, le bronze dont s’agit, ainsi qu’il le reconnaît et d’en échange par ses présentes et en donne décharge à Monsieur Devillefosse administateur. Et après lecture a signé.

Et c’est ainsi que Mr. Cuchelet ou Cuchetet récupéra provisoirement sa statuette en bronze d’Isis allaitant Horus !

Avant de clore ce billet revenons à ce mystérieux Charles Cuchelet ou Cuchetet dont l’orthographe du nom de famille varie à chaque occurrence. S’il est nommé Cuchelet, Cuchetel, Cucheté, Cuchetet et même Cuchette, sa signature, qui revient plusieurs fois dans les trois pages narrant cette affaire, ainsi que son adresse 84 rue du Faubourg Saint-Honoré semble faire pencher la balance en faveur de Cuchetet. En effet, il semblerait qu’à cette époque, demeure à cette adresse un certain Charles Cuchetet commissaire générale de la Maison de la duchesse de Berry !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search