Gustave-Adolphe Beugnot

Amphore attique à figures noires  de la collection Beugnot
– © Musée de Boulogne-sur-Mer / Philippe Beurtheret

Extrait de la base Agorha ; fiche rédigée par Marie-Amélie Bernard en 2013 et modifiée successivement par les membres du programme.

Gustave-Adolphe Beugnot (1799-1861) est un collectionneur et diplomate français. Il est le fils du Comte Jacques Claude Beugnot (1761-1835), ministre de la police de Louis XVIII, avocat au Parlement de Paris, député de l’Aube à l’Assemblée Législative et préfet de Sein Inférieure. Sa soeur, Clémentine Curial, était l’amante de Stendhal (Henri Beyle, 1783-1842).


À l’âge de 15 ans, en 1814, il entre dans le régiment des Chevau-Légers de la Garde royale, puis dans celui des Grenadiers à cheval. De 1821 à 1825, il devient Attaché aux archives de la légation à Francfort, puis Troisième secrétaire de légation par intérim à Hanovre de juin à décembre 1825. Il est ensuite nommé comme Troisième secrétaire de l’Ambassade du Roi à Constantinople de décembre 1825 à septembre 1829, puis, alors Capitaine d’État Major et après avoir tenté de rejoindre l’Ambassade de Naples sous la direction du Duc de Blacas, il est nommé Secrétaire d’Ambassade à Rome de septembre 1829 à 1835.


En poste à Rome, le Baron Beugnot (nommé Vicomte suite à la mort de son père en 1835), devient une figure incontournable du milieu archéologique romain. Il est désigné membre honoraire de l’Institut de correspondance archéologique en 1831 et sa collection d’antiques, constituée en Grèce (notamment à Égine avant son arrivée à Rome) et dans le marché italien des antiquités, en particulier romain, est mise à disposition des chercheurs. Elle est notamment utilisée dans le vif débat de l’origine des vases, grecs ou étrusques, découverts à Vulci, qui opposait notamment les membres de l’Institut et Lucien Bonaparte.


Gustave-Adolphe Beugnot assista également à l’exceptionnelle découverte de l’Apollon de Piombino en 1832, au large de Populonia, finança des fouilles des Frères Campanari à Vulci (nécropole de l’Osteria, Tumulus dit Poggio dei Guerrieri) en 1832 et fit réouvrir à ses frais trois tombeaux de Tarquinia, dont la Tome du Mort et la Tombe du Typhon, découverts par le Cavaliere Manzi dans la nécropole de Monterozzi (propriété des frères Marzi).


De retour à Paris, il continua d’enrichir sa collection d’antiques en achetant aux ventes Durand (1836) et Canino (1837, 1840), avant de la mettre en vente de 5 au 13 mai 1840. Une grande partie des objets de sa collection est désormais conservée au Musée Vivenel de Compiègne, au Musées des Antiquités de Rouen, au Chateau-Musée de Boulogne-sur-Mer (collection Panckoucke), au Musée du Louvre et au British Museum.

Pour aller plus loin : la conférence de Christian Mazet, https://venteantique.hypotheses.org/923.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search