Les inconnus de la vente Magnoncour de 1839

La vente Magnoncour de 1839 est à bien des égards caractéristique des ventes parisiennes qui suivent l’importante vente Durand de 1836. Principalement composée de vases grecs et étrusques, elle réunit des œuvres achetées en Italie et des objets déjà passés sur le marché de l’art parisien. Elle est uniquement composée d’objets antiques, et reste de taille modeste (le catalogue comporte 155 numéros, et 40 lots ont été vendus en plus). Elle a donc été choisie pour expérimenter la première datavisualisation du répertoire, dont la partie dédiée aux œuvres a été présentée le 26 janvier 2018 ; à cette occasion a également été abordée la figure du collectionneur Flavien de Magnoncour (1800-1875) (communication en ligne).

Ce travail sur la vente Magnoncour et ses œuvres a aussi été l’occasion de se pencher sur les nombreux acteurs liés à cet événement, et en premier lieu les acheteurs – et cet aspect de nos recherches fera très bientôt l’objet d’une autre section de la datavisualisation « Sur la piste des oeuvres antiques ». Le procès-verbal donne ainsi trente-quatre noms d’acheteurs ; certains sont des personnages bien connus du milieu archéologique ou du monde de l’art de l’époque, collectionneurs, marchands, amateurs, tandis que d’autres restent, encore, largement mystérieux. 

 

Le procès-verbal de la vente Magnoncour a été établi par le commissaire-priseur Benoist-Antoine Bonnefons de Lavialle, un des principaux acteurs dans le commerce des antiquités de Paris jusqu’en 1855 ; il est aujourd’hui conservé aux archives de la ville de Paris

Les procès-verbaux des ventes dressent une liste des œuvres vendues ; ils portent de manière assez succincte sur chaque ligne le numéro d’ordre de la vente, le cas échéant le numéro de catalogue, la désignation du lot, le prix d’adjudication en lettres et en chiffres, et, en tête de ligne, le nom de l’acheteur. Quand l’objet figure au catalogue, on possède le plus souvent une description ; mais tous les lots vendus hors catalogue, sans aucune indication précise permettant de caractériser l’objet, sont aujourd’hui très difficiles à identifier.

 

Dans les ventes parisiennes d’antiques des années 1830-1840, on rencontre aux principales ventes un cercle d’habitués, amateurs d’archéologie plus ou moins liés aux milieux savants : le duc de Blacas (par l’intermédiaire de son secrétaire Pétillat), le comte de Pourtalès, le marquis de la Marche, le baron Michel de TrétaigneDurand-Duclos, Panckoucke, Narcisse Révil, Léon-Jean-Joseph Dubois sont bien présents pour enchérir sur les vases Magnoncour. On rencontre aussi de nombreux acteurs de la finance (le baron Roger ou William Hope avec son ami Crosby) et/ou de la politique (le comte Duchâtel, Jacques Laffite, Gigault de La Salle). D’autres acheteurs, s’ils ne possédaient pas de grande collection, étaient liés au monde de l’art, comme Victor-Baptiste Rondel, restaurateur d’antiquités qui est intervenu sur des œuvres des collections du Louvre ou du Cabinet des Médailles, ou bien Dominique-Vivant Brunet-Denon, le principal héritier de son oncle Dominique-Vivant Denon, dont la collection est vendue aux enchères en 1846.

Hydrie attique à fond blanc, attribuée à Psiax, 525-510 av JC, anciennes colections Féoli, Magnoncour, Cottereau, Dutuit ; aujourd’hui au musée du Petit-Palais.

Des figures de collectionneurs largement oubliées sont aussi révélées par l’examen de ces sources ; ainsi, Laurent Cottereau ou Cottreau, qui a participé aux ventes Durand (1836), Canino (1837), Magnoncour (1839) et Beugnot (1840), est un ancien négociant qui a constitué une collection contenant, entre autre, des vases grecs. L’un d’eux, une remarquable hydrie à fond blanc, est d’ailleurs publiée par Charles Lenormant et Jean de Witte en 1840 dans les Elites des monuments céramographiques, III, 1858 (« hydrie autrefois de la collection de M. de Magnoncour, aujourd’hui de la collection de M. Cottereau, à Paris »). Cette collection est vendue à Paris en 1861 (contenant, entre autres, 29 vases grecs non décrits dans le catalogue), en 1870 (vente posthume Mme Cottreau, veuve de M. Laurent Cottreau) puis en 1910.

Pour d’autres acheteurs, le lien avec les œuvres antiques semble moins important ; on rencontre par exemple un certain Hippolyte Varnier, chef de bureau au ministère des finances, qui achète l’armure en bronze et un petit vase plastique de la collection Magnoncour. Nous n’avons pas trace de sa participation à d’autres ventes ; on sait juste qu’il meurt peu de temps après, puisque sa propre collection de médailles, armures, tableaux, livres et curiosités est vendue à Paris le 30 mars 1840 et jours suivants, à titre posthume. La plus grande partie de la collection était composée de monnaies antiques et modernes.

 

Les marchands sont particulièrement nombreux à acheter, aussi bien les beaux vases les plus chers que les nombreux petits lots de verres ou de bronzes. Les Rollin sont très actifs : en 1839, le numismate Charles-Louis Rollin est associé à son fils, Claude-Camille Rollin, et il est difficile de savoir lequel des deux était présent. Ils pouvaient sans doute acheter pour des collectionneurs non présents à la vente, comme le duc de Luynes qui entre en possession de trois vases de la vente. Le baron de Witte, archéologue réputé qui a écrit le catalogue de la vente, achète aussi, et parfois fort cher ; il semble d’ailleurs qu’il ait mené une carrière de marchand ou d’intermédiaire qu’il est difficile de démêler de sa carrière savante (voir la communication de Marie-Amélie Bernard). Enfin, le « Lacoste » est peut-être le commissaire-priseur Auguste Philibert Arnault Lacoste, qui a pris sa retraite en 1835.

Des marchands de curiosités achètent parfois de nombreux lots : Isaac Gansberg (Gunczburger), répertorié dans l’Annuaire général du commerce et de l’Industrie de 1847 comme « marchand d’objets d’art, meubles, porcelaines anciennes de Sèvres, de Chine et de Saxe, pendules, candélabres, flambeaux, et tout ce qui concerne le bronze doré, armes anciennes et armures de tous les siècles, location d’objets de curiosités et d’armes pour MM. les artistes » ; Fouquiaux, installé quai Malaquais et rue Basse du rempart, qui achète surtout des figurines de terre cuite.

D’autres noms encore peuvent correspondre à ces marchands pouvant proposer, sous le titre d’objets de curiosités, des œuvres archéologiques ; sans plus de sources, il est encore difficile d’être complètement affirmatif dans les identifications proposées. Ainsi, M. Roux est peut-être Pierre Roux, expert de tableaux, rue Vivienne ; il pourrait aussi s’agir du libraire et éditeur Gabriel Roux. Un dénommé Capet est sans doute le brocanteur installé 4 place de la bourse en 1839 et 42 rue ND des Victoires en 1840, cité dans le procès de la cour des Pairs de l’attentat de Darmès contre Louis-Philippe le 15 octobre 1840. Un Capet, marchand de curiosités et de médailles anciennes, 38 rue Notre-Dame-des-Victoires, figure dans l’Annuaire général du commerce et de l’Industrie de 1847.

Pour certains noms, nous avons aussi des candidats possibles dans les milieux archéologiques : M. Coyet est-il le suédois Adolf Coyet (1808-1849), auteurs de dessins de Philae faits en janvier 1846 ?

Enfin, des noms restent aujourd’hui entièrement énigmatiques, d’autant que leur lecture reste souvent incertaine ; qui sont les Théodore Richer, Millot, Micourt, Jarry, Gubert, Zugler, Gamba, Duvauchelle, Vidal, Régnier qui ont participé, même modestement, à la vente Magnoncour ? Grâce au croisement toujours plus important des données et à la saisie des ventes au sein du répertoire, leur identité sera, on l’espère, progressivement dévoilée.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.