“Vous riez ? moi je n’ai pas envie de rire.”

Quand Froehner règle ses comptes

Wilhelm Froehner fut l’un des plus grands érudits de la fin du XIXe s., écrivant en série, à un rythme effréné, des catalogues de ventes et de collections qui nous sont souvent d’une aide incommensurable grâce à sa connaissance encyclopédique de l’histoire de l’art antique et de l’histoire des collections. A ce titre, la préface du catalogue de vente de la collection van Branteghem est un petit bijou, qui retrace avec minutie le développement de la passion et du musée de ce collectionneur Belge. A la fin de cette présentation, il s’autorise ce commentaire qui pointe de la plume tout ce pour quoi nous travaillons aujourd’hui : “Malgré soi, on éprouve comme un chagrin, en pensant que bientôt tout cela, réuni avec tant de joie, de passion et d’intelligence, s’en ira on ne sait où.

Mais, de manière à la fois plus originale et magique, il parle comme jamais des conditions de réalisations de son catalogue et en profite pour régler ses comptes, non sans verve et humour, avec un éditeur. Il est rare que de tels propos surgissent des pages d’un catalogue de vente ; le reste se passera de nos commentaires !

On chercherait vainement, parmi tous les livres imprimés depuis le XVe siècle, un volume qui puisse se comparer à cet audacieux bousillage.


“J’ai écrit ce catalogue à Bruxelles, en dix jours, et je dois une explication au lecteur. Une édition in-folio en a été publiée à Bruxelles même, chez le libraire Lyon-Claesen. Il était convenu, entre le libraire et moi, que les épreuves me seraient envoyées à Paris, mais M. Lyon-Glaesen, peu soucieux de ses engagements, a imprimé mon travail sans ma participation. Malheureusement, son édition est criblée de fautes, et de si révoltantes, qu’on chercherait vainement, parmi tous les livres imprimés depuis le xv° siècle, un volume qui puisse se comparer à cet audacieux bousillage.

— Vous riez ? moi je n’ai pas envie de rire.

L’étonnement commence à la première page, avec le vase Français (au lieu de vase François), et finit à la dernière, avec des cheveux courbés (au lieu de bouclés). On y trouve un bouquetin puissant (paissant), un disque tombé (bombé), une danseuse (joueuse) de crotales dansant ; les vases ont des palmettes sous la panse (sous l’anse) et des couronnes dans le bras (le bas) ; les guerriers portent des crémides (cnémides) et le paragonium (parazonium). Au lieu d’une chytra, c’est-à-dire d’un vase à vin, les femmes tiennent une chytron, ou même un chiton, ce qui veut dire une chemise.

— Quant au grec, ce n’est plus une langue humaine.

Vous riez ? moi je n’ai pas envie de rire. Depuis que le Piréo s’est fait homme, on n’a commis pareilles énormités. Et pensez-vous que l’orthographe soit meilleure ? Voici des pandeloques, des andromides, des éméraudes. Voici Borrée, le vent du Nord ! Je ne parle ni de Thitis (Thétis), ni de Ptolémé (Ptolémée), ni du rhython avec th ou d’Appollonia avec deux p. Il y a des légendes en rouges, des guirlandes peintes en blancs et des sourcils peints en noirs ; il y a aussi des inscriptions gravées au burrin. Idole est du masculin, comme dans les tragédies de Corneille. J’ai trouvé des phrases entières complètement estropiées. Quant au grec, ce n’est plus une langue humaine.

Nous avons cru sauvegarder tous les intérêts en faisant réimprimer le catalogue à Paris, en petit format. Je ne suis donc responsable que de cette petite édition.

Froehner


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.