Compte-rendu de la journée d’études du 26 janvier 2018 “Les Antiques à l’épreuve du marteau. Premiers résultats et perspectives du programme Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle”

Henry Duff Linton d'après Gustave Doré: Une salle de l'hôtel des ventes, Journal illustré, 1866 (Detail)

Le 28 janvier 2018 s’est tenu la journée d’études Les Antiques à l’épreuve du marteau. Premiers résultats et perspectives du programme Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle. Faisant suite à une première rencontre organisée en juin 2014, elle visait à constituer un bilan d’étape du programme en proposant un regard rétrospectif sur les données rentrées dans répertoire numérisé et en se concentrant pour la première moitié du XIXe siècle sur quelques grandes ventes et certains acteurs de cette période (auteurs de catalogues, marchands, collectionneurs et institutions), mais aussi ses perspectives numériques et scientifiques (enjeux de la numérisation des catalogues de collections, ouvertures disciplinaires et méthodologiques envisagées).

Les vidéos de la rencontre sont désormais disponibles sur le compte youtube de l’INHA.

Hôtel Bullion, salle de ventes, dessin par Pierre-Antoine Demachy (1723-1807) (source : Gallica.bnf.fr)

Après une introduction par Cécile Colonna et Néguine Mathieux, actuelles responsables du programme de l’INHA mené en collaboration avec le Musée du Louvre, la journée a débuté par une première session portant sur les grandes ventes parisiennes  de la 1ère moitié du XIXe siècle, présidée par Martine Denoyelle (INHA). Louise Detrez (BnF) a tout d’abord présenté l’avancée de ses recherches sur la dispersion des quelques 2700 lots d’antiquités de la grande vente après décès de 1836 du Chevalier Edme Antoine Durand (1768-1835),dont les œuvres sont venues alimenter nombre de collections privées et publiques de la période, certaines passées en salles des ventes. Cécile Colonna (INHA) a ensuite proposé l’analyse inédite de la constitution de la collection d’antiques et de la vie du riche franc-comtois Flavien de Magnoncour (1800-1875), une personnalité aujourd’hui largement oubliée mais dont la vente de 1839 a fourni de nombreux antiques venant d’Italie, en grande majorité des vases grecs et italiotes, sans doute réunis lors d’un long voyage dans la péninsule entre 1832 et 1834 comme nous l’apprend l’étude de sa correspondance. Enfin, pour clore cette première session, Christian Mazet (INHA-EPHE) a présenté ses recherches portant sur le parcours diplomatique et le rôle archéologique dans la Rome des années 1830 de Gustave-Adolphe Beugnot (1799-1861), dont l’étude de la formation et de la dispersion de la collection d’antiques vendue à Paris en 1840 permet notamment de reconstituer l’histoire de certains contextes archéologiques étrusques et d’Italie du Sud.

La deuxième session, présidée par Delphine Burlot (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), s’est concentrée sur l’étude des acteurs des ventes de la 1ère moitié du XIXe siècle. Deux communications se sont intéressées de manière spécifique aux rédacteurs des catalogues de ventes aux enchères. Vinnie Nørskov (Aarhus University) a exposé l’activité de Léon-Jean-Joseph Dubois (1780-1846), auteur de près de 40 catalogues d’antiquités entre 1811 et 1840, qui joua un rôle crucial dans le développement du catalogue en tant que genre, évoquant aussi le dialogue constant, dans ses ouvrages, entre leur aspect  scientifique et leur aspect commercial. Marie-Amélie Bernard (LabEx HASTEC – ANHIMA) s’est intéressée à l’œuvre d’un autre auteur renommé de catalogues de ventes d’antiquités de la période considérée, celle du savant belge Jean de Witte (1808-1889), en la replaçant dans l’évolution de son cursus et de sa bibliographie, toujours dans l’optique de démêler les parts savantes et commerciales de ces ouvrages.

Les mystères de l’Hôtel des ventes, comédie de Rochefort et Wolff : portrait des acteurs, par Lhéritier (1809-1885), 1863 (source : Gallica.bnf.fr)

L’après-midi a vu se continuer la session relative aux acteurs des ventes de la 1ère  moitié du XIXe siècle, cette fois-ci présidée par Alessia Zambon (Université de Versailles-Saint Quentin). Néguine Mathieux (Musée du Louvre) et Isabelle Decise (INHA) ont présenté une communication portant sur le rôle joué par les musées français en salle des ventes, de la vente Choiseul Gouffier de 1818 à la vente Pourtalès Gorgier de 1865, analysant à partir des données tirées du Répertoire des ventes d’antiques leurs choix et l’amplitude de leur moyens, souvent conditionnés par les contextes administratif, économique et politique de l’époque mais dont les programmes d’acquisition se définissent aussi par leurs ambitions scientifiques et les aléas du marché des antiques du XIXe siècle. Si certaines œuvres d’exception ont échappé en salle des ventes aux achats des musées, elles se retrouvent désormais en majorité, par la force inexorable du temps, dans nos actuelles collections publiques. Tout un pan jusqu’alors plutôt négligé des études de notre programme a fait l’objet de la communication de Juliette Tanré-Szewczyk (École du Louvre – Université Lille 3), qui a présenté ses recherches doctorales portant sur les ventes d’antiquités égyptiennes dans les marchés londonien et parisien de la première moitié du XIXe siècle. Tout en dressant un large panorama des ventes d’antiquités égyptiennes en question, cette ouverture géographique et disciplinaire bienvenue, dans laquelle s’orientera entre autres à l’avenir le programme Répertoire des ventes d’antiques, a mis en lumière la vivacité du marché dans les 1820-1830, les conditions de son émergence et la multiplicité de ses acteurs. Enfin, Paulette Pelletier-Hornby (Musées des beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais) a recomposé les relations complexes entre collectionneurs, marchands et experts pourvoyeurs du commerce d’antiquités romain et parisien, principalement dans la 2ème moitié du XIXe siècle, à partir de l’exemple du réseau des frères Auguste et Eugène Dutuit. L’étude particulière des achats des frères Dutuit aux marchands comme Carle Delange ou Félix Feuardent permet de recomposer ce monde palpitant du commerce d’art aux frontières perméables entre diverses catégories d’objets collectionnés.

La dernière session de la journée d’études, intitulée “Vers de nouveaux horizons chronologiques et disciplinaires” et présidée par Felicity Bodenstein (Technische Universität Berlin), a débuté avec une communication de Manuel Charpy (Université Lille 3) sur les ventes aux enchères et la culture bourgeoise dans le Paris du second XIXe siècle. À partir de l’étude archivistique conjointe des  catalogues de ventes et de leurs affiches ainsi que des récits dans la presse, c’est tout un microcosme social qui gravite autour de l’Hôtel Drouot, créé en 1852, qui peut être reconstitué, dans lequel la relation à l’œuvre antique, authentique ou création d’après l’antique (moulages, copies…), se manifeste au sein d’une nouvelle culture domestique, de la collection curieuse à la fétichisation, dans le but par exemple de l’adapter à l’ameublement des appartements bourgeois. Julien Olivier (BnF) a ensuite présenté ses recherches sur les pratiques et les projets en cours, notamment numériques, relatifs à l’étude des catalogues de ventes numismatiques, dont l’histoire de la discipline témoigne d’un aller-retour constant entre l’étude typologique de la monnaie et de sa provenance. Face à l’augmentation exponentielle, ces dernières décennies, du marché de la monnaie, notamment due aux divers bouleversements géo-politiques qui secouent certaines régions du globe, les campagnes de numérisation et d’océrisation et les projets de digitalisation des catalogues de ventes numismatiques se révèlent aujourd’hui indispensable afin de documenter sur divers aspects le flux continu d’objets alimentant le marché. Enfin, Antoine Courtin (INHA) et Christian Mazet, au terme de cette journée, ont présenté la base de données du programme Répertoire des ventes d’antiques et ses nouveaux enjeux numérique, Afin de valoriser les données recueillies et les possibilités actuelles et futures de cet ambitieux projet, l’équipe a en effet travaillé de concert avec la Cellule d’ingénierie documentaire du département des études et de la recherche afin d’offrir de nouvelles formes d’exploitations, notamment une datavisualisation interactive réalisé avec la société wedodata (https://ventesdantiques.inha.fr/), pour l’instant centrée sur la vente Magnoncour de 1839, et le carnet de recherche du programme (https://venteantique.hypotheses.org/), mis en ligne à cette occasion.

Exemple de la la datavisualisation interactive : ventesdantiques.inha.fr

Toute l’équipe du programme Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle remercie chaleureusement les participants, présidentes de séances, communicants et le public venu assister à cette riche journée d’études qui, nous l’espérons, aura permis de vous présenter au mieux les stimulants premiers résultats de nos recherches et les perspectives futures de notre programme.


Christian Mazet

Chargé d'études et de recherche à l'Institut national d'histoire de l'art, domaine Histoire de l'art antique et de l'archéologie. Doctorant à l'École pratique des hautes études / PSL University - UMR 8546 AOROC.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.