Mademoiselle Rousset et les collections d’antiquités Pourtalès, Dzialynski et Czartoryski

Une certaine “Melle Rousset”

Marie-Joséphine Rousset (1821-1896) par A. Braun, Musée National de Varsovie.

Parmi les principaux acheteurs de la vente Pourtalès de 1865 apparaissait la mystérieuse “Melle Rousset“, qui acheta plus de 60 œuvres, essentiellement marbres et vases grecs, et que l’on retrouve l’année suivante lors de la vente Janzé. Jusqu’ici, de nombreuses erreurs avaient été faites sur son nom, y compris par nous, en raison de la graphie des procès-verbaux, permettant la confusion avec Camille Roussel, célèbre marchand-collectionneur et expert parisien.

Il s’agit de Joséphine Rousset (fig.1), qui fut l’agent et dame de compagnie de la comtesse polonaise Isabelle Czartoryska, épouse du comte Dzialynski, ainsi que l’intendante du célèbre Hôtel Lambert à Paris, héritage de son père le prince Czartoryski, décédé un peu plus tôt, en 1861.

Une dynastie de collectionneurs européens

Le goût pour la collection est une affaire de famille (fig.2), les Czartoryski étant l’une des plus fantastique dynastie de collectionneurs en Europe. Sa grand mère, la princesse Izabella Fleming – Czartoryski dont elle a hérité du prénom, a fondé le Musée Czartoryski à Pulawy en 1796. Son père, Adam Jerzy Czartoryski, a poursuivi son œuvre durant son exil parisien après 1830, en collectionnant des peintures dont la fameuse Dame à l’Hermine de Léonard de Vinci. Le frère d’Isabelle, le comte Władysław Czartoryski, est à l’origine de l’une des principales collections d’art en Europe, exposée de manière sensationnelle cette même année 1865 à Paris lors de l’Exposition des Arts Décoratifs. Elle est jusque vers 1876 conservée dans l’hôtel Lambert, lorsqu’elle est transférée de Paris à Cracovie où il fonde le nouveau musée Czartoryski. Son mari, Jan Dzialynski, est un collectionneur d’antiquités réputé, féru en particulier de vases grecs qu’il achète à Naples, à Rome et à Paris, et qui fréquente le milieu des marchands et archéologues parisiens (Jean de Witte, entre autres). Enfin, son neveu et hériter Witold Czartoryski, qui hérite du musée de Cracovie et du château de Goluchow, poursuit leur dessein en Pologne.

Fig. 2. Généalogie succincte des collectionneurs Czartoryski – Dzyalinski.

Nous supposons que le comte Wladyslaw Czartoryski a aussi acquis des œuvres lors de la vente, par le même biais : il est possible qu’un certains nombres d’objets aient été donnés au Musée de l’Université Jagellon à Cracovie en 1872 par le prince. Nous hésitons donc : Mademoiselle Rousset était-elle l’agent de la comtesse, du couple, uniquement du comte Dzialinski ou encore du prince Czartorski en cette occasion ?

Une collection qui déménage

Ces pièces furent réunies immédiatement à l’Hôtel Lambert, qu’administre Melle Rousset,  tout comme la collection du prince Czartoryski. Si la collection du frère quitte la France pour la Pologne dès 1874, ce ne semble pas être le cas de celle du comte et de la comtesse. Les vases et quelques terres cuites sont publiés par Jean de Witte en 1886 dans sa Description des Antiquités conservées à l’hôtel Lambert, avant que la collection ne déménage au château de Goluchow, en Pologne, que la comtesse Czartoryski-Dzialynski  rénove et habite à partir de 1872. C’est dans ce château que ces pièces se trouvent réunies après 1880, date du décès du comte (fig. 3). Les vases achetés par Rousset à la vente Pourtalès sont presque tous présents dans la publication en 1886 à Paris. S’il quelques lacunes ponctuelles peuvent être relevées, liées peut-être à l’absence report de la collection antérieure dans l’inventaire de l’hôtel Lambert, il y a lieu de penser que toutes ces pièces ont été transférées au Goluchow.

Fig. 3. La salle des vases grecs au château de Goluchow. Au fond, deux têtes en marbre de la collection Pourtalès. D’après K. Kłudkiewicz, Pomiędzy sferą prywatną a działalnością publiczną – aktywność kolekcjonerska Izabelli z Czartoryskich hr. Działyńskiej w 2. połowie XIX wieku, 2014

D’autres objets Pourtalès sont d’ailleurs présents dans la publication par W. Froehner des Collections du château de Goluchow, le premier tome sur l’orfèvrerie en 1897, le second sur les antiquités en 1899 . Un ouvrage qui comporte aussi un addenda avec les vases de la collection Hoffmann achetés à Drouot en 1887 probablement par la comtesse, le comte étant mort en 1880. Une acquisition qui signe l’avant-dernier acte du développement de la collection d’antiquités Czatoryski-Dzialynski, le dernier comprenant une vingtaine de vases acquis par la comtesse et son neveu et héritier, Witold Czartoryski, publiés par la suite dans le Corpus Vasorum Pologne fasc. 1 par Kazimier Bulas, en 1931, avant qu’une partie de la collection ne soit transférée, en 1946, à Varsovie.

Identifier et localiser, un processus continu

Cette identification est une avancée majeure dans nos recherches : elle a déjà permis de repérer 46 objets en plus des quatre précédemment identifiés, sur un total de 66 objets assurément achetés par Melle Rousset, et permettra à l’avenir d’en localiser un grand nombre, à l’image de ce cothon à figures noires, n°406 de la vente Pourtalès (fig. 3-4). A priori, toutes les œuvres achetées par Joséphine Rousset l’étaient pour les Dzialynski et devraient se trouver dans les collections Musée National. Certaines ont pu néanmoins disparaître ou être très dégradées lorsque le château a été pillé par les Allemands durant la seconde guerre mondiale, comme c’est le cas par exemple des n°380, 383 et 384 dont la perte est constatée après 1945. L’édition en ligne du Corpus Vasorum comporte en addenda un tableau de concordance avec les nouveaux numéros d’inventaire du Musée national qui montre ce désastre. Enfin, si quelques objets n’ont jamais perdu leur histoire, qui est reportée dans le Corpus Vasorum et sur les fiches d’inventaire, ce n’est pas le cas de tous.

Encore une fois, des recherches plus poussées sont nécessaires pour identifier, localiser et documenter les dernières pièces, car nous notons une anomalie importante : les vases n°289 et 309, achetés par Rousset, se retrouvent clairement lors d’une vente anonyme du 2 Mai 1870 (n°4 et 5).Ils apparaissent avec deux autres vases, une oenochoé à figures noires et un rhyton en forme de tête de guerrier, qui proviendraient eux-aussi de la collection Pourtalès, mais que nous n’avons pas réussi à identifier sur le catalogue de 1865, pas plus que nous n’avons encore retrouvé le procès-verbal de la vente. Le vendeur n’a pas été identifié. Se pourrait-il qu’il s’agisse des Dzialynski ?

Le rôle de Joséphine Rousset

Un certain nombre de questions demeurent donc. La première d’entre-toutes, concernant les achats lors des ventes Pourtalès et Janzé en 1865 et 1866, est la suivante : quel fut le rôle exact de Marie Joséphine Rousset ? Un simple agent qui obéit aux demandes de son patron ? Ou une amateur éclairée qui choisit les pièces soigneusement au profit du collectionneur ? Le fait est qu’à aucun moment le nom des Dzialynski n’apparaît sur le procès-verbal. Jan ou Isabelle sont-ils présents lors des enchères, indiquant à Joséphine sur quelle œuvre enchérir ? Ou bien est-elle libre d’employer une somme prédéterminée ?

K. Kłudkiewicz, dans un article de 2014 sur le rôle de collectionneur d’Isabelle Dzialynski, tente d’y répondre : Joséphine Rousset est une “courtière de confiance”. Fille du médecin du père d’Isabelle, elle est une proche de la famille, surnommée par la princesse “Roussetka”. C’est donc probablement en toute connaissance et confiance que Joséphine participe aux ventes, et ce depuis 1849. Une série de lettres entre Joséphine et Isabelle, conservées dans les archives Czartoryski, précisent que celle-ci est chargée d’acquérir en son absence ; d’autres marchands, experts et courtiers sont contactés par son entremise, à l’image d’Henri Hoffmann qui lui succède comme agent lors de ventes ultérieures au profit de la princesse lorsque la santé de la Roussetka se dégrade (Kłudkiewicz, p. 203). Elle fut ainsi, pendant une trentaine d’années, la principale responsable des acquisitions de la princesse Dzialynski, sans que l’on puisse dire actuellement quelle fut leur part respective dans les choix d’acquisition.

Un acteur de premier plan de la vente Pourtalès

S’il semble que son expertise ait été essentiellement tournée vers les estampes, gravures et dessins, nous ignorons quelle était son degré de connaissance en archéologie. Ses achats d’antiquités ne révèlent guère de stratégie prédéfinie. Les sommes dépensées sont plutôt restreintes, au maximum 700 francs pour un buste de Junon, 350 francs pour un buste de Commode, 310 francs pour le relief de Bacchus, 300 francs pour un vase. Aucune pièce majeure, mais de très nombreux petits vases, très divers, grecs et étrusques, à figures rouges et noires, en bucchero ou à vernis noire, ainsi que d’autres pièces un peu plus anciennes ou un peu plus rares, qu’elle paie 8, 12, 15, 70 francs… 

L’absence de stratégie bien visible est à mettre en relation, peut-être, avec la rude concurrence durant les sessions qui ne laisse guère la possibilité, sauf à avoir des moyens illimités ou à s’arrêter sur un objet précis, de suivre un plan bien défini. Pourtant, au milieu d’experts et collectionneurs fameux, la Roussetka semble plutôt bien se défendre, coincée comme elle l’est entre les Rollin, qui acquièrent à tout va essentiellement au profit du British Museum à des prix parfois faramineux, Wolfgang Helbig au profit de l’Antikensammlung de Berlin, ou encore les héritiers Pourtalès, Edmond et Robert surtout, qui récupèrent une partie de la collection paternelle. Sans compter les autres marchands, collectionneurs et courtiers représentant de musées, tels qu’Oldfield, Roussel, Delange, Hirsch, Hoffmann, Charvet, Ravenstein, Bachofen, ou bien encore le Musée du Louvre et la Bibliothèque Nationale, quelque peu dépassés.

Ce que l’on peut observer, en revanche, c’est que son rôle est majeur lors des ventes de sculptures et de vases, mineur au regard des autres catégories : une terre cuite, une paire de boucles d’oreilles, une bague, trois fibules et une coupe en verre, c’est tout ce qu’achète Melle Rousset au sein d’un millier d’autres lots d’antiquités. Une focale bien claire, qui semble se répéter lors de la vente de Janzé. Ce goût bien particulier pour les vases et les sculptures est plutôt celui de Jan Dzialynski, mais en l’absence de source claire, pour le moment, nous nous contenterons d’indiquer sur les fiches de la base Agorha les deux membres du couples comme propriétaires des œuvres.

Fig. 3. Musée national, Varsovie, 142444 MNW http://cyfrowe.mnw.art.pl/dmuseion/docmetadata?id=11488&show_nav=true
Fig. 4. Musée national, Varsovie, 142444 MNW http://cyfrowe.mnw.art.pl/dmuseion/docmetadata?id=11488&show_nav=true

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.