Mystère sur la Croisette : les reliefs de la Villa Faustina à Cannes

A propos de quelques reliefs des anciennes collections Pourtalès et “de Courcel” revendus par Sotheby’s

Un relief Pourtalès apparaît en vente chez Sotheby’s, et c’est tout un parcours que l’on peut tenter de retracer. A condition de faire confiance aux auteurs des catalogues… Ou de tout vérifier ! Sur la piste des reliefs disparus de la collection Pourtalès, on découvre une méconnue collection de Courcel, et on se demande si, finalement, tout cela n’était qu’une vaste affaire Damour ?  Avant qu’une jolie maison sur la Croisette, une histoire de palmier et de dattes, ne nous permettent de comprendre une chose fondamentale : attention, une collection peut en cacher une autre…

Quand une vente chez Sotheby’s nous lance sur les traces d’un relief Pourtalès
Fig. 1. Sotheby’s, 5 juin 2013, lot n°20.

La vente du comte James-Alexandre de Pourtalès-Gorgier est, rappelons-le, l’une des principales ventes aux enchères d’antiquités et d’œuvres d’art ayant eu lieu à Paris au XIXe s. 30 vacations durant plus de trois mois, plus de 2150 lots, pour près de 2800 objets ; une collection digne d’un grand musée, comportant des pièces majeures. Un véritable évènement culturel, social voire mondain, mais qui voit cette collection dispersée aux quatre coins du monde et dont bien peu d’éléments sont demeurés en France.

Le 5 juin 2013, lors de la vente “Egyptian, Classical, and Western Asiatic Antiquities” menée par Sotheby’s à New York, un relief archaïsant, au demeurant très dégradé (fig. 1), est mis en vente avec cette mention de provenance :

James-Alexandre, Comte de Pourtalès-Gorgier (1776-1855), Paris, (Catalogue des objets d’art et de haute curiosité, antiques, du Moyen Âge et de la Renaissance, qui composent les collections de feu M. le Comte de Pourtalès-Gorgier, Paris, March 21st, 1865, no. 7)
Baron Valentin de Courcel (1838-1917), Villa Faustina, Promenade de la Croisette, Cannes, France, late 19th century

Le rédacteur du catalogue s’appuie sur l’article d’Adolf Michaelis, “La raccolta de Courcel a Cannes,” dans le Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts. Römische Abteilung, vol. 8, 1893, pp. 181-182, no. 16. Le célèbre archéologue allemand, au cours d’une simple promenade sur la Croisette, avait en effet repéré le jardin de cette villa Cannoise (fig. 2) appartenant à Valentin Chodron de Courcel (1838-1917). Les sculptures antiques qui y étaient disposées l’avaient intrigué, et il avait obtenu l’autorisation d’en faire une très rapide étude. Une partie encastrés d’entre-elles dans la façade comme ce fut la mode dans les villas et palais italiens depuis la Renaissance jusqu’au XVIIIe s., mais c’est la statue présumée de l’impératrice Faustine qui lui donnait son surnom de “Villa Faustina” (fig. 4). Michaelis dresse donc un court inventaire et avoue ne pas avoir reçu d’informations concernant l’origine de ces œuvres, cette villa n’étant que l’humble résidence secondaire d’une famille de Parisiens. Aujourd’hui détruite, elle a été remplacée par un immeuble qui porte encore le nom de Palais Faustina (n°95 de la Croisette). Valentin de Courcel, historien à ses heures, issu de la petite noblesse d’empire, fut maire d’Athis-Mons en Ile-de-France ; de manière plus anecdotique, il est l’oncle du grand-père de Bernadette Chodron de Courcel, que nous connaissons mieux sous le nom de Bernadette Chirac.

Fig. 2. Villa Faustina, Cannes, en arrière plan, avant 1914. Archives municipales, Cannes.

La collection de Courcel fut mise en vente en 1825, avec un catalogue rédigé un peu plus tôt par René Morot : Catalogue des sculptures grecques, romaines et du Moyen-Age…, décorant les jardins de la “villa Faustina” à Cannes, dont la vente aura lieu par suite du décès de Madame V. de Courcel (1923). La collection est donc aujourd’hui intégralement dispersée, et on en retrouve des fragments dans de nombreuses ventes, y compris récentes ( par exemple la vente Prunier du 18 novembre 2012 à Louviers où on peut lire le nom de Courcelle, Courcelles ou Coucelle…).  Sotheby’s en a vendu plusieurs : un relief de sarcophage en 2009 et un un pilier en marbre acheté 149000 $ par le Metropolitan Museum lors de la même vente de 2013 (Fig. 3); deux autres fragments se trouvent au J.P. Getty Museum de Malibu. L’œuvre la plus connue de cette collection est un sarcophage représentant le mythe d’Alceste qui aurait inspiré Verrochio au XVe s., mais que nous n’avons pu, comme d’autres avant nous, localiser (fig. 5).

Si c’est bien un relief Pourtalès qui se trouvait sur la Croisette, comment est-il arrivé là ? Par quelles étapes est-il passé avant de réapparaître en 2013, puis de disparaître à nouveau ?

Une identification contestée : Michon vs Michaelis

Le relief néo attique vendu en 2013 correspond assez bien à celui décrit dans le catalogue Courcel de 1925 et par Michaelis en 1893. Ce dernier écrit, par exemple,

“Restano a sinistra la base triangolare di un tripode votivo”
 
Ce qui ressemble à un pilier à gauche de la composition est effectivement une haute base pour trépied, comparable à celle d’un relief de la Villa Albani à Rome. En revanche, Michaelis n’affirme pas qu’il provient de la collection du comte ; il dit simplement
 
probabilmente questo marmo faceva già parte della collection Pourtalès”  
 
Et ce terme de probablement est repris dans le catalogue Courcel de 1923. La description de Dubois en 1841 (n°4) recopiée dans le catalogue Pourtalès de 1865 (n°7) indique :

“Débris d’un bas-relief représentant une femme qui marche en relevant son péplum. Cette figure, imitée du style ancien, peut avoir été employée à la décoration d’un monument chorégique”

Les dimensions coïncident : 40 cm selon Dubois, 43,5 cm selon Sotheby’s. Toutefois il s’agit d’un type de relief avec une iconographie assez commune, fabriqué en série et répandu depuis les ateliers athéniens (ou “néo-attiques”) entre le IIe s. avant et le IIe s. ap. J.-C.

Dubois emploie le mot “débris”, mais ne dit pas que la tête manque, pas plus qu’il n’indique la présence d’une base ; connaissant sa précision, ce genre d’omission est plutôt rare.

C’est peut-être pour cela qu’en 1932, le conservateur du Louvre Etienne Michon, dans un article sur le relief de l’Extispicine du Musée du Louvre, critiquait cette identification dans sa note 4 :

“Il s’agirait, selon Michaelis, d’un fragment de bas-relief choragique ayant probablement fait partie de la collection Pourtalès, mais la chose me paraît peu probable. La plus grande prudence s’impose dans les identifications de ce genre.”

Malheureusement pour Michon, il illustre sa mise en garde en citant l’exemple d’un autre relief archaïsant très générique, découvert par le marquis de Nointel au XVIIe siècle, qui avait atterri au Musée des monuments Français puis à l’Académie, puis à la Malmaison, et que Dubois avait reconnu dans la collection Pourtalès. Michon s’était convaincu d’avoir démontré que le relief Nointel était celui du Musée du Louvre (Ma 968). Or c’est un relief de la collection Albani ; Michon se trompait, le relief Nointel est celui acheté par Pourtalès à la dispersion des collections de la Malmaison, vendu en 1865 à Mademoiselle Rousset pour la collection Dzialynski, et aujourd’hui conservé au Musée National de Varsovie.

Fig. 4. Jean Binot, portail de la villa Faustina, 1908 (détail d’une stéréo). Musée du Quai Branly.
Une affaire Damour ?

Michon peut-il se tromper deux fois ? Si Michaelis n’a pas eu d’indications du propriétaire des lieux sur l’origine de ses objets, il note une deuxième pièce dans cette collection provenant de la vente Pourtalès : son numéro 24, une stèle inscrite mutilée, découverte à Athènes, qui provenait de la collection Choiseul-Gouffier et qui correspond au n°7 de la vente Pourtalès. Nous n’avons pas réussi à la localiser.

Mais ce seraient ainsi deux reliefs la vente Pourtalès qui auraient été présentés à Cannes. Ce n’est pas un hasard : ces deux objets ont été achetés par le même personnage, un certain Damour. Parfois délicieusement orthographié “d’Amour” sur les premiers numéros, cela peut laisser sous-entendre que le greffier de la vente ne connaissait pas cet acheteur, et nous faire penser qu’il n’était probablement pas un habitué. Il n’achète que trois lots, six pièces en tout, de petite valeur, uniquement des marbres : 5, 6, 7, 16, 17 et 30, lots 2370, 2376 et 2383. Plus curieusement, ces trois lots partent au même prix, la somme maigrelette de 31 francs. Sur les trente vacations que comporte la vente, il n’est là qu’un seul après-midi.

Identifier cet acheteur est donc une priorité, mais rien aujourd’hui ne nous permet d’être catégorique. Quelques éléments cependant :

-Un Damour apparaît comme collectionneur dans un almanach de 1865, ainsi que dans l’Annuaire artistique des collectionneurs de Paris en 1882-1883 comme collectionneur de céramique, émaux et tableaux ;

-Un Charles Damour était peintre, élève d’Ingres, collectionneur de gravures ;

-Son frère Augustin Alexis Damour, un minéralogiste réputé, archéologue à ses heures, qui collabora à la création du Musée des Antiquités Nationales ;

-Amédée Damour, le fils de ce dernier, n’a certes que 32 ans en 1865, mais est un cartographe et dessinateur qui a accompagné au moins une mission archéologique à Chypre.

Aussi, cette famille Damour nous semble la meilleure piste à suivre. D’autant que si deux de ces reliefs, 6 et 7, étaient à la villa, il y a fort à parier que le n°5, issu du même lot,  y était aussi. Mais aucune des 30 descriptions de Michaelis, certes rapidement ébauchées, ne correspond vraiment à cette “Stèle grecque en marbre blanc. Une femme debout et vêtue de long, donne la main, en signe d’éternel adieu, à un homme assis devant elle” issue de la prestigieuse collection Choiseul-Gouffier ; vraisemblablement une stèle funéraire attique.

Quoi qu’il en soit, contrairement à ce que Michon pensait, il semble bien justifié de penser que le relief Sotheby’s est issu de la collection Pourtalès. Mais il a raison sur un point : il faut de la prudence dans ce type d’identification, et si Michaelis n’en manquait pas, le catalogue Sotheby’s se contente de répéter brutalement les choses. D’autant que, ne vérifiant pas, Richard M. Keresey et Florent Heintz de Sotheby’s se trompent aussi sur l’identification de la collection d’origine.

Et si la collection d’antiquités “Valentin de Courcel” n’existait pas ?

L’histoire de la villa est la clé. Aucune date de construction n’est connue ou diffusée pour cette petite maison de campagne bourgeoise, bâtie au bord d’une prestigieuse avenue qui n’était encore qu’une partie de plage. Tout au plus le service de l’inventaire du patrimoine du Var indique “construite avant 1880”. On retrouve en effet une mention de cette villa dans “L’illustration horticole, revue mensuelle des serres et jardins” en 1877, qui nous dit, à propos de la plantation du dattier en France, “M. Mailand est propriétaire à Cannes de la Jolie Villa faustina“, où il cultive semble t-il merveilleusement ses palmiers. Il s’agit du peintre et collectionneur Gustave Mailand, décédé dans sa propriété cannoise en 1880, dont la collection de peinture, relativement fameuse, a été dispersée en vente en 1881 à Drouot. Cela nous prouve donc que V. de Courcel n’est pas le concepteur de cette demeure qui, portant déjà le nom de la statue qui en ornait la façade, abritait déjà toute ou partie de cette collection.

Fig. 5. Relief d’Alceste, sarcophage de la “Villa Faustina”. Warburg institute, iconographic database.

Une simple vérification sur la liste des inventaires après décès indique que sa nièce et fille adoptive, Angèle Mailand, a hérité de la villa et ses collections en 1880. Ayant perdu son père en 1872, alors mineure, c’est son oncle qui avait assuré sa curatelle. Nous découvrons par la même occasion qu’Angèle n’est autre que l’épouse d’un certain… Valentin de Courcel ! Et comme c’est un homme, et que nous sommes en 1880, c’est bien entendu son nom qui apparaît comme propriétaire de la collection… Quand bien même il n’a peut être rien à voir avec sa constitution. Elle est la propriété de son épouse, et c’est à la mort de celle-ci que la collection est vendue. Aussi c’est plutôt le nom d’Angèle Mailand Chodron de Courcel qui devrait apparaître sous les notices de musées et catalogues de vente.

Valentin de Courcel a bien été, toutefois, un collectionneur. Michon nous indique qu’il avait fait venir à Paris des antiquités, issues de la villa Faustina ; mais il est surtout réputé pour sa collection d’archives historiques sur l’Ile-de-France aujourd’hui conservées aux Archives départementales des Yvelines. Faisant œuvre d’historien d’art, il a notamment publié une étude de l’église de la Ferté-Alais.

 

La recherche continue

Ces diverses constatations ne règlent pas les problèmes majeurs : où sont désormais les deux reliefs Pourtalès-Mailand ? Le n°7 de Pourtalès a été vendu pour 10000 $ mais nous ne savons pas à qui. Le n°6 n’est pas réapparu à notre connaissance depuis 1925 ; qu’en est-il des n°5, 16, 17 et 30 achetés eux-aussi par “Damour” ? Quel est le lien entre Damour et Mailand ? Une recherche plus approfondie pourra, peut-être, révéler qui était ce mystérieux acheteur et si ces autres reliefs ont été dans la collection qu’il conviendra désormais d’appeler Mailand-Courcel sur la Croisette.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.