Identification : une amphore de la collection Durand au Metropolitan Museum de New-York

L’un des enjeux du répertoire des ventes d’antiques est de pouvoir restituer un “état civil”, une histoire, à des objets ayant parfois longtemps circulé sur le marché de l’art et dont le souvenir n’a pas été perpétué. Idéalement, nous visons à la  des objets ; pragmatiquement, pouvoir redonner un nom de collectionneur à une œuvre exposée au public est déjà un succès qui n’est possible, hélas, que pour une minorité d’œuvres bien documentées.

Un exemple parmi d’autres, qui ouvre une série de courts articles « identifications », concerne le vase n°361 du catalogue de la collection Durand en 1836 :

Forme 65 [amphore], avec couvercle rapporté. Peint. n. Vulci.
Deux Centaures combattent contre Cénée; l’un est armé d’une branche d’arbre, l’autre soutient au-dessus de sa tête un énorme quartier de rocher. Cénée, dont on ne voit que la partie supérieure du corps jusqu’aux genoux, est armé de pied en cap et se défend avec sa lance. Son grand bouclier rond est orné d’une tête de panthère peinte en blanc.
R. Hélène voilée entre les Dioscure armés de toutes pièces, dont l’un porte un bouclier béotien orné de deux serpents; l’autre, qui n’a pas de bouclier, se retourne vers les deux autres personnages, et tient de la main droite l’épée nue, tandis que de l’autre il porte le fourreau.
Haut. : 15 pouces, non compris le couvercle.

 

Ce vase fut vendu 310 francs à un certain “Huvé”, dont nous ne savons rien. Peut-être s’agit-il de l’architecte Jean-Jacques-Marie Huvé (1793-1858). C’est son iconographie plutôt rare qui nous autorise, à l’aide la la pottery database du Beazley Archive, à l’identifier au vase n°320086, qui correspond au vase 69.233.1 du Metropolitan Museum de New-York, attribué au peintre d’Antiménès et daté vers 520 av. J.-C.

Certains détails permettent d’étayer solidement cette proposition : sur la face A, la position particulière de Cénée/Kaineus et sa tête de panthère peinte en blanc sur le bouclier, ainsi que la disposition des centaures ; sur la face B, les gestes précis des guerriers et les deux serpent peints en blanc sur le bouclier.

Nous sommes ainsi en mesure de préciser au musée la provenance de l’objet, Vulci. Ce n’est qu’un petit pas, mais qui permet de connaître un peu mieux l’objet et de le situer dans cette foule de vases grecs découverts dans les tombes étrusques de la région de Vulci, dont les fouilles les plus importantes furent entreprises par les époux Canino dans la première moitié du XIXe s., inondant le marché de l’art parisien, ainsi que certaines collections privées… À l’image de celle d’Edme Antoine Durand.

Si le catalogue Durand nous informe du début de son histoire, la fiche du Metropolitan ne nous en raconte que la fin : le vase, publié par Beazley en 1956, a été donné par son propriétaire Christos G. Bastis au musée en 1969. Que s’est-il passé entre son achat en 1836 et cette donation ? 

Nous pouvons dire, a minima, que toute la partie supérieure, col et couvercle, ont disparu entre ces deux phases ; le vase est déjà incomplet dans la collection Bastis. Pour le reste, quelqu’un prendra sans doute le relais de cette petite recherche et complètera certainement cette chaîne avec de nouveaux maillons.

Historique du vase
Produit en Attique, vers 520 av. J.-C., attribué au peintre d’Antiménès.
Découvert en Etrurie, sur le site de Vulci, avant 1836 [date exacte inconnue].

Acquis avant 1836 par E. A. Durand

Vente Durand 1836 : achat par M. Huvé, 310 Fr.

[lacune de 1836 à 1956]

Acquis avant 1969 par C. G. Bastis, donné au Metropolitan Museum de New-York.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.