« Un satyre et une biche »

A propos des « spintriennes » et du non-dit érotique dans les catalogues de vente.

k

« 398. — F. 31. Peinture noire. — Vulci. — Un Satyre et une biche. Sur les côtés, deux grands yeux et deux Sphinx assis. Spintrienne. »

Voici un exemple de notice pour un vase grec à figure noire dans un catalogue de vente du milieu du XIXe s. Laconique, imprécise, cette description se refuse à toute interprétation mais ajoute un adjectif curieux pour préciser la scène.

Lorsqu’au XIXe s. se multiplient les ventes aux enchères, les catalogues, à défaut d’être illustrés, s’ornent de descriptions parfois longues, précises, augmentées de commentaires et de notes qui peuvent être d’un grand intérêt scientifique. Tel est le cas du catalogue de la vente Pourtalès-Gorgier en 1865.

Pourtant, il arrive que certaines notices, comme celle-ci, soient d’une sécheresse radicale. On le comprend aisément lorsqu’il s’agit de l’une des quarante-trois amulettes de deux centimètres représentant une divinité égyptienne ou de l’une des vingt-trois petites coupes en céramique sans décor – l’auteur se contentant parfois d’écrire, las, « Encore une autre ».

En revanche, on se heurte parfois à une notice très courte au milieu d’autres plus développées, terminées par ce mot, souvent entre parenthèses, (spintrienne). Des notices a priori bien innocentes, dont voici quelques autres exemples :

885. Lampe à un bec. — Au-dessus, un homme et une femme montés sur un même mulet, près d’un arbre (spintrienne).
1001. — Émail. Spintrienne (répété deux fois).

D’autres fois, des notices plus développées utilisent ce mot pour préciser une iconographie qui est évoquée de manière certes succincte, mais plus suggestive :

392. — F. 85. Peinture jaune. — Vulci. — Danse de trois éphèbes et de deux femmes. Ces personnages sont nus et couronnés de myrte. Une chlamyde et une corbeille sont suspendues sur le fond. Revers. — Les mêmes figures couchées sur un lit, près duquel sont déposées deux paires de bottes, et un vase (forme 97) sur un trépied. […] (spintrienne). (Fig. 1)
393. — F. 103. Peinture jaune. — Vulci. — Un homme nu et barbu, et une jeune femme également nue qui appuie son bras gauche sur un coussin. Au-dessus, un panier suspendu, et le mot ΚΑΛΟΣ (beau.), répété trois fois (spintrienne). (Fig. 2)
397. — F. 63. Peinture. noire. — Vulci. — Six hommes nus. L’un d’entre eux porte un coq, et l’autre un jeune cerf, deux autres tiennent des couronnes. Sur le fond sont suspendus un lièvre et un renard. Revers. — Sept hommes nus, dont trois éphèbes et les autres barbus. Deux de ces personnages portent des coqs (spintrienne). (Fig. 3)

Ce terme est un véritable signal pour les avertis ; il passe en revanche complètement inaperçu à qui ne sait pas ce que désigne une spintria. Autant dire qu’hier comme aujourd’hui, peu sont les lecteurs en mesure de comprendre de quoi il retourne.
A l’époque impériale on été émises des pièces, ou plutôt des tessères en métal, ornées de scènes que Martial (VIII, 164) évoque sans doute lorsqu’il mentionne les lasciva numismata ou « pièces obscènes », distribuées sous le règne de Domitien (81-96) lors de jeux. Ces petits jetons sont ornés de couples de toute nature ou de personnages isolés, dans toutes les positions envisageables, à renfort de moult détails.

Fig. 1 « danse de trois éphèbes et de deux femmes… », Coupe à figure rouge, vente Pourtalès 1865, lot n°392, conservé au Fines Art Museum, Boston.

Ce sont les modernes qui ont nommés ces pièces spintriae, en référence au terme qui apparaît chez Pétrone (Sat. 113), Suétone (Tib. 43, 1) et Tacite (Ann. VI, 1). Pétronne l’utilise pour une une prostituée. Suétone l’emploi pour désigner les scènes orgiaques et voyeuristes organisées par Tibère (14-37) à Capri pour « raviver ses désirs éteints », quos spintrias appellabat. Tacite précise que le terme a été spécifiquement forgé pour de telles « débauches ». Pour plus de détails, nous renvoyons au récent article de Marie-Adeline Le Guennec, « De l’usage de jetons à motifs érotiques : les spintriae romaines », inBSFN, 2017.

Le Guennec rappelle que l’usage de ces pièces, en bronze ou argent, est débattue. L’interprétation la plus commune est de considérer qu’elles étaient utilisées pour payer les services de prostitués. Qui dit commune ne dit pas vraie. Selon elle, trois hypothèses sont à retenir : « celle de « tickets » de spectacle, de contremarques de prostitution ou de jetons de jeu », et c’est cette dernière hypothèse qui emporte le plus son assentiment.

Fig. 2. « Un homme barbu et une femme. »; vente Pourtalès, 1865, lot n°393, conservé au British Museum. © The Trustees of the British Museum

A partir du XVIIIe s., la multiplication des découvertes archéologiques confrontent les européens à leur pudeur et à celle, bien différente, des Anciens : nombreuses sont les œuvres grecques, romaines ou égyptiennes à représenter des scènes à faire rougir les esprits les plus libéraux, sinon les plus libertins.

A Pompéi et Herculanum, les scènes érotiques – un mot bien tendre aujourd’hui étant donné l’iconographie en question – font jaser au XVIIIe siècle ; le roi de Naples en fait même une partie privilégiée de sa collection dans son célèbre « Cabinet Secret » (qui n’avait de secret que le nom), qui exposait en une salle, aujourd’hui au Musée National de Naples, les œuvres qu’on ne pouvait montrer publiquement aux gens de bonne mœurs et aux âmes fragiles.

Aussi, le terme « spintrienne », initialement forgé pour désigner des pièces métalliques non monétaires, plutôt rares au demeurant, est-il devenu dans un cercle restreint d’initiés un nom de code pour désigner plus généralement une scène à caractère pornographique. Le lecteur profane est ainsi épargné de cocasses possibilités descriptives.

Fig. 3. « Six hommes nus », amphore à figure noire, vente Pourtalès, 1865, lot n°397, conservé au British Museum. © The Trustees of the British Museum

Parler de ces objets, les décrire, n’a rien d’évident ; il s’agit de narrer des scènes souvent très crues et où toute tentative de périphrase condamne presque irrémédiablement l’auteur au ridicule, face à l’incontournable risque des jeux de mots involontaires. Difficile d’être subtil sans être équivoque. En outre, nombre de ces œuvres représentent des rapports sexuels que la morale de l’époque condamnait, et d’autres que le bon sens – sinon le bon goût – continue de condamner.

Cela prête évidemment à sourire, mais on imaginera autrement, désormais, la scène représentant « Un satyre et une biche ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.