Les marbres de la vente Pourtalès -1- les indications de collections antérieures.

La collection du comte de Pourtalès vendue en 1865 comprenait un ensemble conséquent de marbres antiques, dont certains figurent encore parmi les pièces maîtresses des musées nationaux des grandes capitales européennes, que ce soit la tête dite Vogüé ou tête d’Athéna casquée d’Egine à Paris, l’Auguste cuirassé à Berlin, la copie de l’Eros à l’arc de Lysippe à Bruxelles,  le bas-relief archaïsant de Bacchus à Varsovie ou encore la tête de l’Apollon Pourtalès à Londres.

Le catalogue de vente, rédigé sans hâte et avec une rare minutie dès avant 1865, reprend en grande partie les notices de Panofka dans Les Antiques du cabinet du comte de Pourtalès-Gorgier de 1834 et de Dubois dans sa Description des Antiques faisant partie de la collection de M. le Comte de Pourtalès de1841. Bien qu’il s’agisse là d’un catalogue commercial, il n’y a pas de raison de douter du sérieux des auteurs, Roussel et Mannheim, d’autant que la plupart des informations qu’ils divulguent se vérifient dans ces publications antérieures. Néanmoins, si le catalogue répète l’érudition des précédents catalogues, aussi en reproduit-il les lacunes ; ainsi, seule une minorité des marbres ont reçu une indication de collection antérieure, sans jamais dire en quelle année le comte en fit l’acquisition (fig. 1). Les rédacteurs  ont tout de même indiqué les collections antérieures de près de la moitié des marbres ; c’est insuffisant, sans doute, mais cela compose une documentation déjà très abondante.

Grâce au répertoire des ventes d’antiques, nous sommes déjà à même de compléter une partie de ces lacunes. A titre d’exemples, un sphinx (lot 33) est emporté par Pourtalès le 17 août 1818 lors de la vente Choiseul-Gouffier,  le “buste de Néron enfant” (lot 84) fut acheté le 6 Mai 1840 par le comte lors de la vente Beugnot pour 701 Francs et la “main tenant un fruit” (lot 113) fut acquise le 12 avril 1847 lors de la vente Piot pour 20 Francs.

 

fig. 1 : La répartition des mentions de collections antérieures pour les sculptures antiques dans le catalogue de la vente Pourtalès (1865)

De quelles collections de marbres antiques le comte de Pourtalès a t-il nourri son musée ? Le graphique de répartition (fig. 1) montre à quel point la collection Choiseul-Gouffier est la plus représentée. Cette indication des marbres Choiseul est due à leur importance relative au sein de la collection Pourtalès, 19 marbres sur 131, tout autant sans doute qu’au prestige de cette collection et de l’homme lui-même, auteur des trois tomes du Voyage pittoresque de la Grèce, qui a grandement participé au mouvement philhellène qui traverse l’Europe au début du XIXe s. N’oublions pas qu’il s’agit avant tout de vendre et le seul nom de Choiseul-Gouffier est, à ce titre, un bon argument.

D’autres collections tout aussi prestigieuses sont à signaler : italiennes, avec les collections princières et cardinalices romaines Lanti, Albani, Carpegna et Giustiniani, et française, avec les collections du cardinal de Richelieu, du cardinal Fesch, des Bonaparte à la Malmaison, du vicomte Beugnot. Des collections moins célèbres sont aussi signalées : Mazois, Crawfurt, Dodwell, Allier de Hauteroche, Halgan, Tiolier, Van Hoorn et Boutin. Des noms qui, pour certains, évoquent un ou deux objets emblématiques, et d’autres qui nous sont encore, personnellement, parfaitement inconnus. Une partie des marbres Choiseul avait été acquise pour lui par Louis-François-Sébastien Fauvel ; deux autres marbres semblent provenir directement de la  collection Fauvel.

Nous ne sommes pas les premiers à nous interroger sur les sources de la collection Pourtalès, en particulier lorsque aucune indication n’est donnée par le catalogue. Pour revenir sur la tête d’Athéna casquée du Louvre, le catalogue de vente ne dit rien de plus que « trouvée à Egine ». Quarante années plus tard, le 22 décembre 1906, l’historien Seymour de Ricci évoque trois lettres inédites dans La Chronique des arts qui pourraient être liées à son acquisition. L’une de Pourtalès à Dubois, datée de 1842 se réfère directement à cette tête. Une seconde, plus ancienne, du collectionneur Alquier à Dubois en 1819, mentionne un “marbre d’Egine“. Une troisième enfin, en 1822, évoque des œuvres données par Alquier à Pourtalès. Aussi de Ricci se demande t-il si ce « marbre » et la tête sont bien la même œuvre, et si cette tête est entrée dans la collection Pourtalès en 1822. Il établit en tous cas le lien avec la notice du catalogue, mais il explique que “n’ayant pu [s]e résoudre à faire le voyage de Compiègne pour aller consulter le catalogue annoté des prix”, il ignore alors qui l’avait emportée aux enchères et ce qu’il était advenu de la tête. 

Le conservateur du Louvre Maxime Collignon, probablement dans les semaines qui suivirent en 1906-1907, s’empare de l’affaire dans un article publié dans les Monuments Piot (1906, 13-2). Il connaissait en effet cette tête achetée en 1865 par le marquis de Vogüé pour 280 Francs et qui se trouvait encore entre ses mains (il devait l’offrir au Louvre après sa mort survenue en 1916), et il en connaissait aussi l’acquisition lors de la vente Pourtalès, mais n’avait trouvé aucune trace antérieure pour reconstituer ce qu’il qualifie “d’état civil” de la tête, ce que de Ricci participe à révéler. Selon Collignon, l’acquisition par Pourtalès se serait effectuée en 1842, car l’objet n’est pas mentionné dans l’ouvrage de Dubois publié l’année précédente, et que Dubois le découvre sans doute au moment de la lettre de 1842 ; il s’agit peut-être du marbre Alquier, mais ce n’est pas directement auprès de lui, mort en 1826, que Pourtalès s’est fourni. Auprès de qui alors ?

Répondre à cette question permettrait peut-être de s’assurer que la tête Vogüé et le marbre Alquier ne sont qu’un, et peut-être de saisir comment cette tête – dont la provenance éginète ne fait presque aucun doute – a quitté l’île pour Paris, comme se le demande Collignon : “A-t-il été trouvé par quelque fouilleur clandestin à la suite des recherches faites à Egine, en 1811, par Cockerell et ses compagnons ? Est-ce par l’intermédiaire de Fauvel qu’il a passé de Grèce en France? On l’ignore, comme on ignorait naguère de qui son avant-dernier possesseur [Pourtalès] avait pu l’acquérir”. Aussi de Ridder va t-il peut-être un peu vite lorsqu’il écrit en 1908 “achetée à Egine (?) en 1842 par le comte Pourtalès” dans le bulletin archéologique de la Revue des Études Grecques.

Notre objectif est donc, un siècle après de Ricci et Collignon, de pousser un peu plus loin et plus largement ces restitutions de parcours. Nous ne serons toutefois pas en mesure de le faire pour tous les objets. Aussi, même si cela n’est pas parfait, la présence sur ce catalogue de vente des indications de collections antérieures d’une grande partie des marbres est particulièrement précieuse ; on ne peut malheureusement pas en dire autant des catalogues de vente actuels où la provenance et les indications des précédents collectionneurs sont au mieux vagues, le plus souvent parfaitement inexistantes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.