Le répertoire de la vente Pourtalès : remarques préliminaires.

Les antiquités de James-Alexandre de Pourtalès-Gorgier, plus simplement connu comme comte de Pourtalès, formaient probablement la plus célèbre collection privée parisienne – sinon française – du milieu du XIXe s. Destinée a être dispersée par ses héritiers, elle fut, selon ses vœux, exposée dix ans durant, entre sa mort en 1855 et sa vente en 1865.

Cette collection était immense et exceptionnelle, en terme de nombre d’objets comme d’intérêt pour l’art et la science. Pour l’essentiel, elle fut composée d’objets acquis par le comte sur le marché de l’art dans le second quart du XIXe s. Le catalogue de vente de la collection du comte de Pourtalès, en 1865 à Paris, comporte ainsi plus de 1414 lots dits d’antiquités (il est possible que quelques faux se soient glissés dans l’ensemble…) sur un ensemble de 2150 lots. Certains lots comportent plusieurs objets, et le décompte permet de dénombrer près de 2000 pièces antiques.

Dans le cadre du programme, nous répertorions donc ces antiquités sur Aghora, en cherchant à savoir non seulement ce que sont devenus ces objets, mais aussi d’où ils proviennent, la manière dont ils sont entrés en la possession de Pourtalès, qui les a acquis lors de la vente et à quel prix. Ces lots sont organisés de manière simple en dix catégories par matériaux et supports : 1. Sculptures antiques ; 2. Vases antiques ; 3. Bronzes antiques ; 4. Terres cuites antiques ; 5. Monuments égyptiens ; 6. Mélanges ; 7. Pierres gravées ; 8. Pâtes [de verre] antiques ; 9 Bijoux ; 10. Verres. La répartition générale de ces lots (fig. 1) montre la nette domination des vases grecs, comme cela était le cas de la majorité des principales ventes de la première moitié du siècle (Canino, Beugnot, Magnoncour…). En revanche, plus originale est la vente d’un nombre très important de petits bronzes, de pierres gravées et de sculptures, objets surtout grecs et romains, ainsi qu’une centaine d’antiquités égyptiennes.

Fig. 1. Répartition des lots du catalogue de la vente Pourtalès en 1865

Aussi, pour éviter la submersion sous le flot des données à recueillir et à analyser, nos recherches suivent cet ordre bien pratique, ajoutant à la quête des objets celle des acteurs, des anciens propriétaires et des acquéreurs successifs.

Au terme de ce dépouillement, centré sur le catalogue de vente et le procès-verbal des archives de la ville de Paris, aidés des études menées précédemment, nous espérons offrir un ensemble de données exploitables à l’avenir pour d’autres chercheurs, que ce soit dans le Répertoire des ventes d’antiques sur la base Aghora de l’INHA ou sur le site de datavisualisation, Sur la piste des œuvres antiques (fig. 2).

Fig. 2. Schéma simplifié des méthodes et objectifs du Répertoire des ventes d’Antiques au XIXe s.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.