Collectionner au féminin : la cantatrice Joséphine Mainvielle-Fodor (1789-1870) et ses vases napolitains

  • K 74 B
    Fig. 5b : Cratère à volutes apulien à figures rouges, vers 350-340 av. J.-C. Paris, Musée du Louvre, inv. K 74, © Photo RMN / H. Lewandowski
  • K 74
    Fig. 5a : Cratère à volutes apulien à figures rouges, vers 350-340 av. J.-C. Paris, Musée du Louvre, inv. K 74, © Photo RMN / H. Lewandowski
  • K 561
    Fig. 4c : Lécythe aryballisque paestan à figures rouges, vers 330-310 av. J-C. Paris, Musée du Louvre, inv. K 561 © Photo RMN / H. Lewandowski.
  • K 561 C
    Fig. 4a : Lécythe aryballisque paestan à figures rouges, vers 330-310 av. J-C. Paris, Musée du Louvre, inv. K 561 © Photo RMN / H. Lewandowski.
  • K 561 B
    Fig. 4b : Lécythe aryballisque paestan à figures rouges, vers 330-310 av. J-C. Paris, Musée du Louvre, inv. K 561 © Photo RMN / H. Lewandowski.
  • Joséphine_Mainvielle-Fodor
    Fig. 1 : Joséphine Mainvielle-Fodor / 1828 © Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
  • Rossini
    Fig. 2 : Rossini soutenant Manuel Garcia dans Otello, Mme Mainvielle-Fodor dans Rosine et Pellegrini dans le Barbier de Séville / Eugène Delacroix. © Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
  • laGazzaLadra
    Fig. 3 : [2e acte. La Gazza Ladra 1821 opéra de Rossini. Mme Mainvielle-Fodor] : [estampe] / dessiné par Chéry / lith. de A. Cornillon (Paris) / 1821 © Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
  • Joséphine Mainvielle-Fodor Léon Noël, d'après R. Des Robert_1827
    Joséphine Mainvielle-Fodor Léon Noël, d'après R. Des Robert / 1827 © Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

En mars 1828 a lieu à Paris, sous le marteau du commissaire-priseur Bonnefonds de Lavialle, la vente du cabinet de la célèbre cantatrice Joséphine Mainvielle-Fodor (1789-1870). Les travaux du programme Répertoire des ventes aux enchères d’Antiques en France au XIXe siècle ont permis de recomposer l’histoire de sa collection d’antiquités, de sa composition à sa dispersion. Ayant pratiqué l’art du chant en Russie, en France et en Italie, c’est dans ce dernier pays et en particulier à Naples, des années 1822 à 1825,  qu’elle acquiert notamment des vases grecs et italiotes, vendus en 1828 à de nombreux collectionneurs et marchands parisiens de l’époque. Quelques vases identifiés sont aujourd’hui conservés au Musée du Louvre et au Musée Antoine Vivenel de Compiègne.

 

Les jeunes années d’une cantatrice, de la Russie à Paris (1810-1822)

Née le 13 octobre 1789 à Paris, Joséphine Mainvielle-Fodor (1789-1870) (fig. 1) est la fille de Josephus Andreas Fodor (1751-1828), violoniste et compositeur d’origine hollandaise au service de la cour de Russie depuis 1792, qui l’initie aux arts de la musique et du chant. Éduquée à l’École théâtrale alors dirigée par Cavos et Bianchi, elle débute sa carrière de soprano dès 1810 dans la Compagnie russe de l’Opéra impérial de Saint-Pétersbourg avec le rôle de Zarina dans l’opéra de Valentino Fioravanti (1770-1837), Le cantatrici villane (Derevnskie pevicy), avec près de soixante représentations. Russophone, elle chante aussi le rôle de la magicienne Zlomeka dans l’opéra Il’ja-bogatyr’ et fait une tournée à Moscou en 1811.

Joséphine se marie à l’acteur français Jean-Baptiste Tharaud-Mainvielle en 1812, alors engagé par le Théâtre-Français au service de la cour de Russie. Après s’être produite à Stockholm et Copenhague, elle s’installe à Paris pour quelques années. À partir de 1814, elle est engagée à l’Opéra-Comique de Paris, mais ne rencontre que peu de succès dans les opéras français comme La Fausse Magie, le Concert interrompu, le Calife de Bagdad, la belle Arsène et Zémire et Azor. C’est suite au décès soudain de Mme Barilli que Joséphine Mainvielle-Fodor rentre ensuite comme prima donna au Théâtre italien de l’Odéon, sous la direction d’Angelica Catalani. La cantatrice s’illustre dès 1815 dans Le Nozze di Figaro, Il Re Teodore et Peneloppe, puis à Londres en 1816 dans le Don Giovani, avant de partir après l’été 1818 en Italie. Elle rencontre un succès triomphant en décembre 1818 à La Fenice de Venise avec l’Elisabetta in Derbyshire, ossia Il castello di Fotheringhay de Michele Carafa (1787-1872). De retour à Paris, elle revient au Théâtre italien en 1819, alors réorganisé, pour incarner Rosine dans Le Barbier de Séville de Gioachino Rossini (1792-1868). Sa prestation est encensée par la critique et entérine sa renommée. Elle lui valut même une caricature de la main d’Eugène Delacroix (fig. 2). Dès lors, les succès parisiens s’enchaînent : Don Giovanni (1820), La gazza ladra (1821) (fig. 3), ou encore Elisabetta, regina d’Inghilterra (1822).

 

Le séjour napolitain et les raisons de la vente (1822-1828)

Son biographe, François-Joseph Fétis (1784-1871), nous apprend que au mois d’avril 1822 la cantatrice doit se résoudre à un voyage prolongé en Italie pour des raisons de santé, une affection du pylore qui l’affaiblit. Elle fait le choix de partir pour Naples afin de profiter d’un climat plus clément et se rétablit vite. Dès le mois d’août, elle chante au Teatro San Carlo de Naples dans le rôle de Desdémone d’Otello, puis continue dans la Semiramide et Zelmira du même Rossini ainsi que dans une vingtaine d’autres rôles. Manifestement remise, Joséphine chante aussi à Vienne en 1823 et revient à Paris en 1825, engagée pour cinq ans par le vicomte de la Rochefoucauld, alors directeur général des beaux-arts, en qualité de première cantatrice du théâtre italien. Malheureusement, son état s’aggrave et dès l’une de ses premières prestations dans la Semiramide, sa voix vient à manquer et elle se voit substituée par sa rivale Giuditta Pasta. Elle est très rapidement licenciée au vu de l’impossibilité d’exercer. S’en suit un long procès administratif entre la Rochefoucauld et Joséphine Mainvielle-Fodor, cette dernière réclamant 36.000 francs pour arrérages de son traitement, qui fait les choux-gras de la presse parisienne pendant près de trois ans, jusqu’en 1828.

Bien qu’une transaction financière conciliant les deux parties a finalement lieu, tranchée par le Conseil d’État, c’est à ce moment que la cantatrice vend sa collection personnelle d’antiquités le lundi 10 mars 1828 et les jours suivants à sa résidence parisienne au 31 rue Taitbout, afin de retourner à Naples comme nous l’apprend le titre exact du catalogue, publié au Journal de l’Imprimerie (1828, p. 160, n° 1279) : «  Notice des vases grecs en terre peinte, et autres objets d’art, bijoux, cachemires et mobilier qui seront vendus pour cause du départ de mme Mainvielle Fodor (…) ». La vente est exécutée sous le marteau du commissaire-priseur Benoît-Antoine Bonnefons de Lavialle (1781-1856) avec l’aide de Léon-Jean-Joseph Dubois (1780-1846), probablement l’auteur des courtes notices du catalogue.

De Retour à Naples, Joséphine Mainvielle-Fodor fait de rares apparitions au Teatro San Carlo, mais l’enrouement de sa voix lui a fait inexorablement perdre son aisance d’antan et elle se retire progressivement de la scène : elle chante une dernière fois à Bordeaux, en 1833. Se consacrant aux œuvres de bienfaisance, demeurant un temps à Passy puis à Limoges avec son mari dans leur propriété de La Grange de Feytiat et la terre du Chalard, près de Bujaleuf, elle publie en 1857 un ouvrage destiné aux jeunes filles où elle prodigue ses conseils sur l’art de bien chanter, Réflexions et conseils sur l’art du chant. Veuve, elle meurt le 10 août 1870 à l’âge de 82 ans à Saint-Genis-Laval, dans la région lyonnaise, où vit son fils Martial.

 

Une collection dispersée de vases grecs et italiotes

Seuls le catalogue et le procès-verbal de la vente de 1828 nous donnent des informations sur la collection d’antiques de Joséphine Mainvielle-Fodor, sûrement constituée lors de son séjour napolitain entre 1822 et 1825. On y recense 148 antiquités, dont 135 vases, 13 antiquités variées, 37 pierres, mobiliers et objets divers. Les quelques vases identifiés sont en grande partie des productions italiotes d’Apulie, de Lucanie, de Campanie ou de Paestum, susceptibles d’avoir été acquis dans le marché napolitain du premier quart du XIXe siècle, plaque tournante du commerce des découvertes archéologiques de la Grande Grèce à la même époque où, par exemple, le chevalier Edme-Antoine Durand (1768-1835) constitue sa propre collection d’antiques. Ce dernier achète d’ailleurs deux vases à la vente, dits “de Fabrique de Nola” dans le catalogue, un guttus décoré de deux sangliers et un vase à une anse figurant une tête de femme, qui n’ont pas encore été identifiés.

Le peintre d’histoire et baron Antoine Jean Gros (1771-1835) y fait l’achat le plus élevé pour 1360 francs : un lécythe aryballisque paestan figurant le jugement de Pâris, attribué au Peintre de l’Oreste de Boston (fig. 4). Il achète aussi neuf autres lots dont un cratère en cloche attique à figures rouges attribué au Peintre de Cadmos, décoré d’un thiase de satyres et de ménades (Achat 601 francs). Les deux vases, revendus à la mort du baron en 1835 (Catalogue des tableaux, esquisses, dessins et croquis de M. le Baron Gros, peintre d’histoire, membre de l’Institut, Officier de la Légion d’honneur, etc. Paris : [s.n.], 1835, n° 322 et 323) sont aujourd’hui conservés au musée du Louvre (inv. K561 et G503), tout comme un autre vase de la collection Mainvielle-Fodor, cette-fois apulien, acheté à la vente par le comte de Clarac (1777-1847) et Léon-Jean-Joseph Dubois (1780-1846) (inv. K47. Achat 500 francs). Il s’agit d’un cratère à volutes à figures rouges attribué au Groupe des Amphores de Sotheby (fig. 5), décoré de mascarons aux têtes de gorgones, représentant sur les deux faces des scènes d’offrandes à la tombe. Il présente par ailleurs sur le pied la trace d’un cachet de cire rouge de la Commissione di Antichità du Royaume des Deux-Siciles, attestant de son origine napolitaine tant en termes d’achat que, très probablement, de restauration.

Enfin, le jeune collectionneur Antoine Vivenel (1799-1862) achète en tout douze objets dont une dizaine de vases à figures rouges pour la somme de 649,55 francs. Ils sont aujourd’hui conservés au musée qu’il a fondé en 1843 dans sa ville natale de Compiègne : s’y retrouvent entre autres un alabastre apulien (inv. L 1076), deux vases campaniens, une amphore à col et une hydrie (inv. L 967 et L 973), ainsi que trois vases de production lucanienne : un skyphos et deux Nestorides attribuées au Peintre de Naples 1959 et au Peintre du Primato (inv. L 1006, L 964 et L 966).

 

D’autres antiques de la vente de 1828 demeurent pour l’instant introuvables, mais l’avancée des recherches du programme Répertoire des ventes d’antiques fournira sans doutes de belles redécouvertes. Fait notable, Joséphine Mainvielle-Fodor demeure l’une des rares femmes présentes dans ce bouillonnant milieu des ventes aux enchères parisiennes de la première moitié du XIXe siècle. À la différence d’autres collectionneurs parisiens, elle ne semble pas acheter dans les ventes mais bien lors de son périple napolitain mais force est de constater que nos connaissances sur les modes d’acquisitions de sa collection de vases grecs et italiotes sont limitées. Nous ne savons rien, pour l’instant, des intentions précises à l’origine de la constitution de cette collection, peut-être un goût passager nourri par les rôles tragiques de reines et de princesses antiques que la prima delle prime donne joua au Teatro San Carlo de Naples, telles Sémiramis de Babylone ou Zelmire de Lesbos ?

 

Bibliographie ancienne

Dubois 1828 : L-J-J Dubois (?), Tableaux, dessins et objets de curiosités : [vente] 10 mars 1828. Art : J, De [Le chev.r], Paris, De Tilliard, 1828 (catalogue consulté à l’INHA, Mfilm 35 1828 03 10).

Escudier 1854 : Escudier, « Les cantatrices célèbres. Mme Mainvienne-Fodor », dans Le Nouvelliste : quotidien politique, littéraire, industriel et commercial, Paris, Lundi 26 juin 1854

Fétis 1837 : F.-J. Fétis, Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, IV. Paris, 1837 (notice biographique p. 147)

Mainvielle-Fodor 1857 : J. Mainvielle-Fodor, Réflexions et conseils sur l’art du chant, Paris, Perrotin, 1857

Prunière 1923 :  H. Prunière, Oeuvres complètes de Stendhal. Vie de Rossini ; suivie des Notes d’un dilettante. Tome 2 / texte établi et annoté, avec préface et avant-propos, par Henry Prunière, Paris, 1923 (Sur J. Mainvielle-Fodor, p. 372-380)

Unger 1823 : M. Charles Unger, Joséphine Mainvielle-Fodor, Précis historique sur sa vie, etc. Vienne, 1823

 

Bibliographie moderne

Bourgeois, Balcar 2007 : B. Bourgeois, N. Balcar, « “Abili restauratori”. Naples and the Art of Vase Restoration (Count Turpin de Crissé’s Collection, Early 19th Century) », in M. Bentz, U. Kästner (éds.), Konservieren oder Restaurieren. Die Restaurierung griechischer Vasen von der Antike bis heute, Beihefte zum Corpus Vasorum Antiquorum, Munich, 2007, p. 41-47.

Giust 2011 : Anna Giust, « Ivan Susanin » du Catterino Cavos. Un’opera russa prima dell’Opera russa, Turin, 2011 (sur J. Mainvielle-Fodor, p. 31)

Mazet 2017 : C. Mazet, « Des tombes étrusques au musée des Études. Histoire de la collection d’antiques d’Antoine Vivenel (1799-1862), in La Revue des Musées de France. Revue du Louvre 2016 – n° 4, p. 63-74 (sur J. Mainvielle-Fodor, p. 65)

 

Christian MAZET

Doctorant à l’EPHE, PSL University

Chargé d’études et de recherche à l’INHA

 

Pour citer cet article : Christian Mazet, "Collectionner au féminin : la cantatrice Joséphine Mainvielle-Fodor (1789-1870) et ses vases napolitains," in Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle, 22/01/2018, https://venteantique.hypotheses.org/122.


Christian Mazet

Chargé d'études et de recherche à l'Institut national d'histoire de l'art, domaine Histoire de l'art antique et de l'archéologie. Doctorant à l'École pratique des hautes études / PSL University - UMR 8546 AOROC.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.