Les Antiques à l’épreuve du marteau. Souvenirs de l’Antiquité. Ventes aux enchères et culture bourgeoise dans le Paris du second XIXe siècle, par Manuel Charpy

À côté des ventes d’antiquités fréquentées par les grands collectionneurs, se multiplient à partir de l’ouverture de Drouot en 1852 les ventes de bribes d’antiquités à destination des appartements bourgeois. Catalogues, récits dans la presse, affiches : les ventes aux enchères consacrent par l’écrit ces bribes du passé encore importées, même frauduleusement, en masse d’Italie, de Grèce et d’Egypte. Le jeu des enchères lui-même permet de fixer collectivement le prix de ces objets par définition sans prix. Et par la présentation de la généalogie des objets et la présence d’experts, les ventes aux enchères sont par excellence le lieu de l’authentification des objets. Peut-être ne faut-il pas s’en tenir qu’aux antiquités authentiques, disséminées dans quantité de ventes. Car la fétichisation nouvelle de ces restes du passé rend possible un immense commerce de moulages et de copies, qu’elles soient issues du XVIIIe siècle, des ateliers d’artistes, de l’atelier de moulages du Louvre ou encore des mouleurs et fondeurs. Car les techniques nouvelles de moulages mais aussi de réduction (en particulier le système Collas) permettent d’adapter l’Antiquité aux appartements bourgeois et petits bourgeois. La Gazette des Beaux-Arts se souvient des années 1840 et de cette «révélation » : « Ce fut un beau jour que celui où des mécaniciens de génie […]découvrirent le procédé merveilleux par lequel la Vénus de Milo, ramenée aux deux cinquièmes du marbre original,apparut tout à coup aux yeux étonnés des artistes, comme s’ils l’apercevaient dans l’éloignement avec la lorgnette retournée du souvenir. […] Il leur était permis de le posséder chez eux, assez grand encore pour conserver la majesté de son style, assez réduit pour être dans leurs mains […]. Désormais, l’antiquité put se faire voir, se laisser comprendre. […] Bientôt, à force de regarder aux étalages de Barbedienne, les Parisiens s’initièrent peu à peu à l’intelligence des grandes et belles choses. » (Gazettedes Beaux-arts, 1862). De fait, plus une vente aux enchères d’ameublement sans son jeu d’antiques de toutes les tailles, en plâtre imitant le bronze oule marbre. Les ventes, mises en regard des archives privées, témoignent ainsid’une nouvelle culture domestique des antiques.

Extrait de la journée d’étude « Les Antiques à l’épreuve du marteau. Premiers résultats et perspectives du programme Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle » (INHA – Musée du Louvre), 26 Janvier 2018. https://venteantique.hypotheses.org/files/2018/01/2018_JE_Antiques_programmeA5_pages.pdf.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search